•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec se dit prête à une propagation de la COVID-19

Un pompier et un camion d'Hydro-Québec devant un bâtiment enveloppé de fumée.

Hydro-Québec assure que des plans sont prêts pour faire face à la pandémie.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Hydro-Québec se dit prête à assurer son service d’alimentation en électricité à la population dans l'éventualité d'une propagation de la COVID-19 au sein de ses 19 500 travailleurs.

Hydro-Québec explique que dès l'apparition des premiers cas de contagion en Chine, un plan a été préparé.

Notre sécurité corporative a les yeux braqués sur cette pandémie-là depuis les premiers cas qui ont été rapportés de façon concentrée en Chine. Donc, on a un plan d'action qui a été fait et qui prévoit différents scénarios à différents degrés de contagion ou de contamination dans la population donc on est prêt, assure Francis Labbé, porte-parole de la société d'État.

Aucun employé de la Société d’État ne serait présentement atteint du virus.

Des personnes clés identifiées

Hydro-Québec explique avoir quantifié différents scénarios de contagion, à savoir précisément combien de travailleurs sont nécessaires pour maintenir le service malgré des circonstances exceptionnelles.

Si une contagion devait toucher les employés, des personnes clés pourraient être protégées pour garantir le service en électricité.

Tout le monde névralgique a été identifié. On sait exactement on a besoin de combien de travailleurs pour que tout soit offert normalement, dit M. Labbé.

Hydro-Québec affirme aussi avoir également adopté une série de mesures visant à limiter la propagation du virus tant dans ses bureaux administratifs que sur ses chantiers.

Avec les informations de Nicolas Lachapelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Coronavirus