•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick recommande la fermeture des lieux publics « non indispensables »

Blaine Higgs.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, lors d'une annonce le lundi 16 mars sur de nouvelles mesures pour contrer la propagation du coronavirus dans la province.

Photo : Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick annonce des nouvelles mesures pour contrer la propagation du coronavirus dans la province.

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, recommande la fermeture dès le mardi 17 mars de tous les espaces publics « non indispensables ».

Suivant cette recommandation, tous les services gouvernementaux non essentiels fermeront à compter de cette date, et ce, jusqu’à avis contraire.

La Dre Russell recommande aussi aux employeurs d’encourager leurs employés à travailler à partir de la maison.

Il est important pour tous de rester à la maison, peu importe où vous habitez et que vous avez ou non voyagé à l'extérieur de la province.

Une citation de Dre Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef

Consultez notre dossier : Tout sur la COVID-19 en Atlantique

La COVID-19 en Atlantique

Consulter le dossier complet

Une représentation du coronavirus.

Les espaces publics qui sont appelés à fermer incluent les bibliothèques, les musées, les salles de spectacles, les piscines, les spas, les cinémas, les centres sportifs, les bars et les restaurants de type buffet.

Nous demandons à tous les Néo-Brunswickois de poser ces gestes pour sauver des vies.

Une citation de Dre Jennifer Russell, médecin-hygiéniste en chef

Les autorités sanitaires demandent aussi aux restaurateurs de réduire leur capacité d'accueil de 50 %. Les repas à emporter, les livraisons et les services au volant sont autorisés.

Il est impératif que chaque personne garde une distance de deux mètres (six pieds) entre elle et les autres, et ce, en tout temps, déclare la Dre Russell. Tous les résidents doivent pratiquer l’éloignement social dans toutes leurs interactions avec leurs voisins, leurs collègues et les autres résidents.

La distanciation sociale n'est pas synonyme d'isolement, précise la Dre Russell, en évoquant notamment le pouvoir des technologies.

Nous sommes chanceux de vivre à une époque où nous pouvons utiliser les outils technologiques pour apprendre et rester en contact avec les autres, dit-elle

Elle met toutefois en garde la population contre le stress engendré par les réseaux sociaux et recommande aux Néo-Brunswickois de limiter leur consommation d'informations en continu.

Un septième cas

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick a aussi annoncé un nouveau cas présumé de COVID-19, une femme dans dans la vingtaine du sud-est de la province qui a voyagé en Grèce.

Jennifer Russell, la médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick.

Jennifer Russell, la médecin-hygiéniste en chef, annonce un septième cas présumé de coronavirus.

Photo : Radio-Canada

D’autres tests seront menés au Laboratoire national de microbiologie, à Winnipeg, pour confirmer qu’il s’agit bel et bien d’un cas positif de la COVID-19.

Ce nouveau cas présumé porte le nombre total de cas au Nouveau-Brunswick à sept, soit deux cas confirmés et cinq cas présumés.

La jeune femme est présentement en auto-isolement.

Les autorités de la santé publique recherchent activement toutes les personnes avec qui elle aurait été en contact.

Ces personnes sont déjà en isolement, et les représentants de la santé publique ont déjà agi rapidement pour mettre en œuvre des mesures préventives efficaces en vue de prévenir la propagation de l’infection, indique la Dre Jennifer Russell.

Nouveaux centres d’évaluation

Les régies régionales de la santé ouvriront des centres d’évaluation communautaires pour permettre aux personnes qui ont été identifiées comme étant à haut risque d’être évaluées dans devoir se rendre aux urgences.

Télé-Soins 811 redirigera les personnes qui présentent des symptômes légers ou modérés vers les centres d’évaluation. Une fois que la personne aura été évaluée par Télé-Soins, et si elle a besoin d’une évaluation en personne, elle sera redirigée vers le centre d’évaluation communautaire de sa région.

Ces centres ne sont pas des cliniques sans rendez-vous. Pour y avoir accès, une personne doit obtenir un rendez-vous par l’entremise de Télé-Soins 811.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.