•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Un déficit de 75 à 100 milliards à Ottawa?

Un investisseur portant un masque parle au téléphone à la Bourse du Pakistan.

Les cours des marchés internationaux ont légèrement remonté malgré l'incertitude persistante causée par la progression du nouveau coronavirus dans le monde.

Photo : Getty Images / Asif Hassan

La crise du coronavirus plonge la société, l’économie, les milieux de travail et les marchés dans l’inconnu. Il est très difficile de comparer la situation actuelle à la crise financière de 2008, aux attentats du 11 septembre 2001 ou au krach boursier d’octobre 1987. Les économistes ont du mal à prévoir la suite des choses, mais les déficits gouvernementaux seront majeurs.

Partons de l’économie au sens large jusqu’à votre situation personnelle. 

  1. D’abord, tous les économistes prévoient maintenant une récession mondiale ou un ralentissement d’envergure avec des récessions dans plusieurs pays, notamment au Canada et aux États-Unis. La définition la plus simple de la récession, c’est deux trimestres négatifs de suite, ce qui risque de se produire en plusieurs endroits, entre le premier et le troisième trimestre de 2020. Des organisations comme le Bureau national de recherche économique (NBER) établissent avec plus de précision la durée réelle des récessions. 
  2. Dans la situation actuelle, nous constatons un arrêt brutal de l’activité économique, organisé par les pouvoirs publics afin de réduire la vélocité de la contagion. Des milliers d’activités sont annulées, les déplacements sont réduits à l’essentiel, les frontières se referment, des milliers de commerces doivent fermer leurs portes temporairement ou revoir leurs façons de faire. Des entreprises, des petites entreprises surtout, plus fragiles, manqueront de liquidités et feront faillite. Les défauts de paiement vont augmenter. 
  3. Des milliers de travailleurs seront mis à pied temporairement. Certains sont protégés : ils seront payés. Mais d’autres, et je pense tout particulièrement aux travailleurs autonomes, subiront de lourdes pertes, incapables d’obtenir des contrats pendant un certain temps. Les gouvernements n’ont pas le choix d’annoncer des programmes spéciaux pour les travailleurs précaires, qui souffrent déjà de la crise. 
  4. Si la contagion est rapidement contrôlée, les activités pourraient reprendre et les dégâts pourraient être limités. Mais une crise prolongée pourrait avoir des répercussions majeures pour des milliers d’entrepreneurs et des PME. Les gouvernements, qui font des annonces sur ce sujet cette semaine, n’ont pas le choix d’agir et de soutenir l’économie. 
  5. D’ailleurs, l’intervention publique sera sans limites. Les gouvernements doivent injecter des centaines de milliards de dollars pour soutenir l’économie. Des économistes évoquent maintenant un déficit de 75 milliards de dollars à Ottawa. L’économiste en chef de l’Industrielle Alliance, Clément Gignac, parle d’un déficit qui pourrait atteindre, à terme, 100 milliards de dollars. Le gouvernement du Québec devra utiliser sa réserve de stabilisation, évaluée à 14 milliards de dollars, pour stimuler l’économie et respecter sa Loi sur l’équilibre budgétaire. Mais, dans les faits, sur le plan des opérations, un déficit est à prévoir à Québec cette année. Les prévisions du budget d’Éric Girard, annoncées le 10 mars dernier, ne tiennent déjà plus la route. Le premier ministre François Legault a d’ailleurs annoncé son intention de déposer une mise à jour budgétaire prochainement. 
  6. Les banques centrales abaissent leur taux à zéro et agissent en coordination pour soutenir la liquidité dans les marchés. En abaissant, une nouvelle fois, son taux directeur dimanche, la Fed a aussi annoncé l’achat de 700 milliards de dollars US d’obligations gouvernementales. La banque centrale américaine a décidé d’abaisser son taux d’un point de pourcentage à 0,25 % et de le faire dimanche, au lieu de mercredi, comme prévu alors qu’une réunion des gouverneurs était à l’horaire. Ce geste signale une incertitude quant à la solidité financière d’institutions ou de firmes d’investissements. C’est pourquoi la chute boursière s’est poursuivie en début de semaine. Les taux d’autres banques sont presque à zéro : la Banque d’Angleterre est à 0,25 %, la Banque centrale d’Europe est à 0 %, la Banque du Japon affiche un taux négatif de - 0,1 % tout comme la Banque de Suisse à - 0,75 %. 
  7. La Banque du Canada a baissé son taux directeur de 50 points de base le 4 mars puis d’encore 50 points de base le 13 mars. Le taux directeur de la Banque du Canada est à 0,75 %. Elle pourrait abaisser ses taux encore davantage dans les prochaines heures ou prochains jours. Les banques commerciales ont suivi le premier mouvement en réduisant le taux préférentiel, le faisant passer de 3,95 % à 3,45 %. Elles ont commencé à l'abaisser encore davantage, de 50 points de base, dans la foulée de la dernière baisse de la banque centrale.
  8. Les images de gens qui se bousculent pour entrer dans les supermarchés montrent une réaction irrationnelle mais compréhensible de certaines personnes. Le premier ministre du Québec a été clair : il n’y a pas de pénurie et il n’y en aura pas. La production et la distribution se poursuivent. D’ailleurs, des rayons d’épicerie sont de nouveau garnis de rouleaux de papier hygiénique. On peut imaginer que certaines personnes voulaient faire des réserves pour les deux prochaines semaines mais rien, dans les faits, n’explique qu’il fallait le faire dans l’urgence et le désordre.
  9. C’est une nouvelle crise de la mondialisation que nous vivons par ailleurs. La crise financière d’il y a plus de 10 ans nous a montré combien les marchés financiers et l’économie mondiale étaient très intégrés. Cette nouvelle crise, d’une ampleur et d’une rapidité exceptionnelles, nous révèle combien la mondialisation de l’économie accélère et amplifie tous les effets.
  10. Enfin, dernier point : la chute boursière. La dégringolade est majeure, prononcée, de plus de 30 % depuis un mois. C’est anxiogène, il n’y a pas de doute là-dessus. Mais, dans la vie, c’est important d’investir périodiquement et à long terme. La chute actuelle a été précédée d’une hausse de 400 % depuis 2009 et sera suivie d’une remontée des bourses, si on se fie aux données historiques. Il n’est certainement pas approprié de réagir sur un coup de tête aux informations boursières inquiétantes actuelles.

Le ralentissement économique que nous connaissons a trois sources : la première, c’est la crainte de la maladie. La seconde, c’est l’incertitude face à la force et à la durée de la propagation. Et la troisième, c’est la décision des pouvoirs publics d’arrêter la quasi-totalité des activités sociales et économiques afin de stopper, réduire ou ralentir la propagation. 

Nous sommes entrés dans une zone inconnue. Les experts imaginent que la chute sera limitée dans le temps, quelques mois tout au plus, et que nous allons assister à une reprise importante ensuite. C’est possible. Mais, en attendant, peu importe les effets économiques, toutes les mesures de précaution et de prévention ne peuvent être négligées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Économie