•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : le bilan grimpe à 177 cas en Ontario

Doug Ford en conférence de presse.

Le premier ministre Doug Ford en compagnie de la ministre de la Santé, Christine Elliott, et du Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Le premier ministre ontarien Doug Ford admet que la province est en « eaux troubles », alors que le nombre de cas de COVID-19 a encore augmenté lundi, pour atteindre 177.

L'Ontario est le foyer de la pandémie de coronavirus au Canada. La santé publique de la province a annoncé 32 cas de plus, lundi matin, comparativement à son bilan de la veille.

Deux de ces nouveaux cas sont liés à des voyages aux États-Unis, alors qu'un troisième est attribuable à un « contact étroit » avec un autre patient, précise la santé publique.

Le mode d'infection pour les autres cas est classé comme « en attente » pour l'instant.

Toutes ces personnes sont en isolement volontaire à domicile.

La plupart sont des résidents du Grand Toronto, mais nombre de cas viennent d'Ottawa et de Hamilton. Il y a aussi un cas à Sudbury.

Lundi, Ottawa a par ailleurs annoncé la fermeture de la frontière canadienne aux visiteurs de l'étranger, sauf ceux des États-Unis. Plus tôt dans la journée, le premier ministre ontarien Doug Ford s'était dit en faveur de contrôles renforcés à la frontière, y compris une interdiction d'entrée aux voyageurs étrangers.

Fini les billets médicaux

Le premier ministre Ford a aussi annoncé, lundi, que son gouvernement déposerait un projet de loi afin de lever l'obligation qu'ont nombre de travailleurs de présenter un billet du médecin à leur employeur s'ils doivent s'absenter à cause de la COVID-19.

Le projet de loi protégerait aussi les emplois des travailleurs qui sont en quarantaine.

Après avoir pris le pouvoir en 2018, les progressistes-conservateurs avaient annulé la réforme du précédent gouvernement libéral qui avait soustrait les travailleurs à l'obligation d'obtenir un billet médical et leur avait accordé deux congés de maladie payés.

L'Ontario ne ferme pas les restaurants et les bars

Le Québec a forcé les bars, les gyms et les cinémas à fermer leurs portes, en plus d'ordonner aux restaurants d'amputer de moitié leur nombre de tables.

Les autorités en Ontario, toutefois, ne voient pas actuellement la nécessité d'aller aussi loin.

On ne pense pas qu'on en est rendu là pour l'instant.

Christine Elliott, ministre de la Santé

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, défend l'approche provinciale, en expliquant qu'il n'y a pas eu de transmission communautaire à grande échelle pour le moment.

Le Dr Williams souligne que la très grande majorité des cas recensés en Ontario sont liés à des voyages à l'étranger. Par ailleurs, cinq de ces patients sont guéris.

Pour sa part, l'infectiologue Neil Rau du service de santé de Halton, en banlieue de Toronto, remet en question les mesures qu'il qualifie de « draconiennes », comme la fermeture des écoles et l'annulation de concerts et de congrès. Les coûts économiques et sociaux de la quarantaine sont stupéfiants et, en fait, contre-productifs, soutient-il.

Pour lui, il vaudrait mieux se concentrer sur les personnes les plus vulnérables, comme les aînés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Coronavirus