•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario reporte son budget et prépare une aide pour les employés

Le ministre Rod Phillips au micro en conférence de presse

Le ministre des Finances de l'Ontario, Rod Phillips

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Radio-Canada

Le gouvernement de l'Ontario a reporté le dépôt de son budget et le remplace par un énoncé économique pour répondre à la crise du coronavirus

Le budget ontarien devait être présenté le 25 mars. Le ministre des Finances, Rod Phillips, déposera plutôt son énoncé économique.

Il l'a annoncé lors d’une conférence de presse, lundi matin, à laquelle participait également le premier ministre Doug Ford.

Une aide pour l'emploi en préparation

Le gouvernement y a confirmé le dépôt d'un projet de loi qui permettra notamment de protéger les emplois des gens qui doivent s'absenter du travail en raison du coronavirus, d'une quarantaine ou de la nécessité de prendre soin d'un enfant à la suite de la fermeture d'une école ou d'une garderie.

Nous allons appuyer les travailleurs; personne ne doit avoir à perdre son travail, a soutenu le ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences, Monte McNaughton, lors de la même conférence de presse.

La province va aussi annuler, et ce, rétroactivement, l’obligation qu’ont nombre de travailleurs de présenter un billet du médecin à leur employeur s’ils doivent s’absenter à cause de la COVID-19.

Un homme regarde la caméra devant un micro.

Le maire John Tory

Photo : Radio-Canada

Plus tôt lundi, le maire de Toronto avait annoncé une série de mesures destinées à aider les commerces et les travailleurs touchés par la crise de la COVID-19.

La COVID-19 a un impact dévastateur sur l’économie de la Ville de Toronto, constate John Tory.

Les impacts économiques de cette pandémie vont avoir des conséquences sur les revenus des résidents et les commerces de Toronto.

John Tory, maire de Toronto

Il a annoncé la création d’un « Groupe de travail sur le soutien économique et le rétablissement » censé aider Toronto à « surmonter l’impact économique de cette pandémie en écoutant les gens et en faisant les choses de manière intelligente et responsable pour les aider ».

Des rencontres avec des représentants de secteurs des différentes industries auront lieu dès lundi. D'autres rencontres seront aussi menées avec « des leaders religieux et communautaires, les universités, les services sociaux et les organismes à but non lucratif, les syndicats de travail, le secteur de la technologie et les grandes compagnies », peut-on lire sur son communiqué.

John Tory, qui est en isolement volontaire dans sa résidence du centre-ville après avoir séjourné à l’étranger la semaine dernière, a partagé ces initiatives sur Twitter.

Les bars et restaurants visés

Je demande à tout le monde d'augmenter ses efforts pour mettre en pratique la distanciation sociale. La Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto a quant à elle clairement énoncé lundi après-midi la nécessité pour les Torontois de limiter au maximum les interactions physiques.

Une femme s'adresse aux médias.

La médecin hygiéniste en chef de Toronto, la Dre Eileen de Villa

Photo : Radio-Canada

Parmi ses recommandations, la Dre de Villa demande à ce que tous les bars et restaurants arrêtent le service en salle à partir de minuit lundi soir. Les services de plats à emporter et de livraisons à domicile peuvent néanmoins continuer.

Elle demande également aux cinémas, aux théâtres et aux boîtes de nuit de fermer leurs portes pour éviter au maximum la propagation du coronavirus.

Les établissements qui ne respecteraient pas ces recommandations pourraient faire face à des amendes de 25 000 dollars par jour, a-t-elle précisé aux journalistes.

Des entreprises incapables de survivre plus d'un mois sans aide

L'aide doit arriver vite, note l'Association des restaurants, hôtels et motels de l'Ontario (ORHMA).

En tant qu’industrie de la clientèle, nous sommes extrêmement vulnérables à cette crise. Ces derniers jours, les réservations dans les hôtels et les restaurants ont chuté de moitié, et parfois même entièrement.

Tony Elenis, PDG de l'ORHMA

Selon lui, des réductions de temps de travail et même des mises à pied ont eu lieu, sans qu'il puisse en évaluer l'ampleur. Nous n’avons pas besoin de bureaucratie, mais d’une aide urgente, comme c’était le cas lors de la tempête de verglas en décembre 2013, affirme M. Elenis.

Tony Elenis, président de l'Association des restaurants, des hôtels et des motels de l'Ontario.

Tony Elenis, président de l'Association des restaurants, des hôtels et des motels de l'Ontario (archives)

Photo : Radio-Canada

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), qui revendique 42 000 membres en Ontario, confirme que l'effet économique le plus intense de la progression de la COVID-19 se trouve bel et bien dans le secteur de l'hospitalité. Les secteurs des arts et des loisirs, du commerce de détail ou des services personnels sont également touchés, selon Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales de l'organisme.

Un homme pose en complet veston et cravate.

Jasmin Guénette est vice-président des affaires nationales à la FCEI. (Archives)

Photo : FCEI

La moitié des entreprises membres ont vu une baisse de leur chiffre d'affaires depuis le début de la pandémie. Les résultats préliminaires d'un sondage au sein de la FCEI qui sera publié mardi, indiquent qu'un quart des entreprises ne seraient pas capables de survivre un mois si jamais il y avait une grosse baisse dans le chiffre d'affaires des entreprises.

Ça démontre à quel point la situation actuelle est préoccupante, et donc il faut des réponses appropriées. Je pense qu'il faut s'assurer que les réponses des gouvernements concernent évidemment les enjeux de santé et de sécurité, mais qu'il faut aussi des mesures pour stabiliser l'économie pour que l'impact ne soit pas trop dommageable à long terme.

Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Entrepreneuriat