•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, cette vidéo ne prouve pas que le coronavirus est une arme biologique

La vidéo, provenant d'un site conspirationniste allemand, contient plusieurs mensonges et inexactitudes.

Une présentatrice sur ce qui semble être un plateau de télévision.

Ce « reportage » n'a pas vraiment été diffusé à la télévision.

Photo : Capture d’écran - Facebook

Une vidéo affirme démontrer que le coronavirus serait en fait une arme biologique. Or, même un des deux « scientifiques » cités dans celle-ci a changé d'avis depuis. De plus, la situation actuelle contredit certaines affirmations mises de l'avant dans cette vidéo, publiée avant que la pandémie ne devienne mondiale.

« CORANAVIRUS : Incroyable que ça passe à la TV... Voici la confirmation que nous attendions... ARME BIOLOGIQUE !!! (sic) », affirme une publication Facebook partagée plus de 12 000 fois. Celle-ci contient une vidéo regardée près de 400 000 fois.

Contrairement à ce qu'affirme l'auteur de la publication, ce « reportage » n'a pas été diffusé à la télévision. La vidéo en question, en allemand avec traduction française, provient d'un site conspirationniste allemand qui publie aussi des vidéos en plus de 40 langues. D'autres vidéos publiées sur ce site affirment, entre autres, que les « réfugiés sont utilisés pour déstabiliser l'Europe », par exemple.

Dans une vidéo expliquant la raison d'être du site (Nouvelle fenêtre), une présentatrice affirme que celui-ci « ne garantit pas de présenter la vérité, mais garantit de présenter des avis contraires [à ce qui se dit dans les médias traditionnels]».

La vidéo que nous examinons contient plusieurs affirmations. Passons-les au crible.

Deux scientifiques n'ont pas prouvé que le coronavirus est artificiel, et ils ne sont pas virologues

La vidéo cite deux « virologues », Alan Cantwell et James Lyons-Weiler. Ils ne sont pas virologues.

Alan Cantwell affirme depuis des années que le VIH est une arme biologique (Nouvelle fenêtre) créée par le gouvernement américain. James Lyons-Weiler est un militant antivaccin (Nouvelle fenêtre) de longue date.

Aucun des deux n'est pris au sérieux par la communauté scientifique.

Dans la vidéo, on affirme que Alan Cantwell a trouvé 107 expériences menées sur le coronavirus dans la base de données de papiers scientifiques Pub Med.

La nature de ces expériences n'est pas détaillée dans la vidéo, mais il n'est pas surprenant que des expériences aient été menées sur le coronavirus. Le coronavirus est une famille de virus connue depuis les années 1960. L'épidémie de SRAS, au début des années 2000, a été causée par un coronavirus. Des études ont été menées pour tenter de trouver un vaccin.

La vidéo avance aussi que James Lyons-Weiler a trouvé des preuves que le coronavirus a été créé en laboratoire.

Non seulement cette idée a été largement démentie (Nouvelle fenêtre), mais M. Lyons-Weiler a lui-même reconnu son erreur. Dans une mise à jour sur son blogue (Nouvelle fenêtre) publiée le 9 février, il écrit qu'étant donné de nouvelles études sur le génome du virus, « nous croyons que nous pouvons écarter la thèse que le virus a été créé par une recombinaison en laboratoire ».

Vous avez vu une publication circuler et vous voulez que les Décrypteurs la vérifient?

Envoyez-nous un courriel (Nouvelle fenêtre). Vous pouvez aussi joindre le groupe Facebook des Décrypteurs (Nouvelle fenêtre), ou nous suivre sur Twitter (Nouvelle fenêtre).

Un roman de 1981 n'a pas parfaitement prédit la pandémie actuelle

La vidéo affirme que le roman Les Yeux des ténèbres (« The Eyes of Darkness »), du romancier américain Dean Koontz, publié en 1981 (et non en 1982, comme l'avance la vidéo), a prédit la crise actuelle. « Ce roman écrit il y a près de 40 ans décrit en détail le scénario actuel de la pandémie », lance la présentatrice.

Il est vrai qu'il est question dans le roman d'un virus créé en laboratoire (Nouvelle fenêtre), mais celui-ci est décrit comme une « arme parfaite » avec un taux de mortalité de 100 %, ce qui est loin du vrai taux de mortalité du coronavirus, qui se situe généralement entre 2 % et 3 %.

Une femme sur ce qui semble être un plateau de télévision.

La vidéo n'explique pas en quoi des similitudes entre la pandémie et un roman de 1981 prouve que le coronavirus a été créé en laboratoire.

Photo :  Capture d’écran - Facebook

Dans certaines éditions plus récentes du roman, le virus se nomme le « Wuhan-400 », puisqu'il a été créé dans cette ville chinoise. La pandémie actuelle de coronavirus a en effet été décelée pour la première fois à Wuhan.

Or, dans la version originale du roman, le virus était nommé le « Gorki-400 », et avait été créé en Russie. Ce passage a été changé suite à la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide.

De plus, la vidéo affirme que le roman avait lieu en 2020, mais ce n'est pas le cas. L'année précise dans laquelle celui-ci se déroule n'est pas nommée. À noter aussi que l'éclosion de coronavirus a débuté en 2019 et non en 2020.

Le coronavirus ne tue pas seulement les Chinois et les Japonais

 La ville de Milan, poumon économique de l'Italie, est l'épicentre de l'éclosion du COVID-19 en Italie.

La ville de Milan, poumon économique de l'Italie, est l'épicentre de l'éclosion du COVID-19 en Italie.

Photo : The Associated Press / Luca Bruno

La dernière affirmation faite dans cette vidéo est facile à démentir, puisque les événements des dernières semaines la contredisent.

« Une autre indication que le coronavirus pourrait être une arme biologique militaire ciblée est le fait que certains peuples, en particulier les Chinois et les Japonais, sont génétiquement beaucoup plus menacés par le coronavirus que d’autres peuples, comme les Arabes et les Européens. Cela se reflète dans le nombre de malades et de morts », avance la présentatrice.

Or, la pandémie touche actuellement tous les pays européens, et l'Italie est particulièrement bouleversée. Des pays arabes sont aussi atteints, dont le Qatar, qui compte plus de 400 cas (Nouvelle fenêtre). Il est donc faux de dire que le coronavirus est « ciblé » et qu'il n'affecte que ces populations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fausses nouvelles

Santé