•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an après la mort de Joe Fafard, des artistes et des amis se réunissent

Trois hommes s'affairent minutieusement autour d'une presse.

Les artistes Julien Hamon-Fafard, Frans Lotz, et VIc Cicansky, procèdent à l'impression d'une gravure à l'eau-forte.

Photo : Radio-Canada / Raphaële Frigon

Un an après la mort du sculpteur, les artistes Vic Cicansky, Wilf Perreault, Frans Lotz, Gabriela Garcia-Luna et Julien Hamon-Fafard se sont réunis vendredi et samedi derniers pour créer des impressions. Il s'agissait d'une façon de se souvenir de Joe Fafard, mais aussi de redonner un envol à la création artistique dans le studio des Hamon-Fafard.

Le studio était à l'arrêt depuis le décès du sculpteur, le 16 mars 2019. Selon Alyce Hamon, veuve de Joe Fafard, inviter les artistes à l’utiliser est un moyen de revigorer l’espace de création.

On crée des choses pour la première fois depuis que Joe nous a quittés. On a invité cinq artistes, on est en train de créer de très belles oeuvres, des gravures, c’est vraiment pour remettre cette belle énergie dans l'atelier.

Une citation de :Alyce Hamon

Alyce Hamon, qui dirige maintenant le studio, veut que la vie y reprenne son cours :l'idée est de continuer d’accueillir des ateliers, toujours en souvenir de Joe.

Si la production artistique s’est interrompue pendant un moment, les ventes, elles, se sont poursuivies de façon marquée, admet Alyce Hamon : les ventes augmentent, honnêtement, assez bien.

Wilf Perreault, Gabriella Lucia, et Alyce Hamon discutent en travaillant.

Gabriela Garcia-Luna, artiste photographe, confie que Joe Fafard était une force de la nature à ses yeux : «Il a inspiré de très nombreux artistes, le caractère enjoué de son travail nous a vraiment connectés».

Photo : Radio-Canada / Raphaële Frigon

Les sculptures en bronze de Joe Fafard font généralement partie d'éditions de plusieurs exemplaires. La fonderie Julienne Atelier, située à Pense, continue de produire des sculptures à partir des moules existants :

On va continuer à couler et vendre les pièces jusqu'à ce que l’édition soit complètement vendue. Après ça on doit détruire le moule.

Cependant, même si les bronzes continuent d'être coulés, Alyce Hamon reconnaît que la touche du maître n’est plus présente :La seule chose que l’on ne peut pas reproduire évidemment, ce sont ses patines incroyables de couleurs, alors on a choisi une dizaine de patines de couleurs traditionnelles que Joe avait approuvées alors qu’il savait qu’il était mourant.

Mais pour Alyce Hamon, l’important est de relancer le studio : C’est le début d’une nouvelle énergie, qui se disperse dans toute la place. Ce qu’on veut, c’est recréer la communauté qui existait avant avec la belle énergie de Joe qui est toujours avec nous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !