•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures douloureuses pour la restauration

L'affiche d'un bar avec les heures d'ouverture et les promotions.

Tous les bars devront fermer leurs portes pour les deux prochaines semaines.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les nouvelles mesures imposées par le gouvernement du Québec pour prévenir la propagation du coronavirus feront mal aux restaurants et bars de la province, notamment en région.

Les restaurants doivent réduire de moitié leur capacité d'accueil et respecter une distance d'un mètre entre les tables, tandis que les bars doivent complètement fermer leurs portes.

Avant même ces nouvelles mesures, on notait, depuis quelques jours, une baisse de 50 % des consommateurs dans les restaurants de la province. C’est le cas à l’épicerie fine de Gaspé, Le Marché des saveurs, où le propriétaire, Jean-François Gavioli, constate que les clients se sont faits plus rares au cours du week-end.

Quelques minutes à peine après avoir pris connaissance des nouvelles mesures préventives imposées par la Santé publique, Jean-François Gavioli était déjà de retour dans son commerce pour enlever deux des quatre tables de son petit coin lunch. J'espère que le monde va continuer à venir acheter dans nos épiceries tout ça, mais je comprends que le monde a certaines craintes, commente le commerçant.

La restauration est une industrie qui représente 11 milliards de chiffre d'affaires, rappelle la présidente de l’Association des restaurateurs du Québec, Claudine Roy.

Une femme debout dehors dans une rue commerciale en hiver.

Claudine Roy espère que le gouvernement mettra en place des mesures pour aider les restaurateurs quand la crise se sera résorbée.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Elle souligne qu’il s’agit malgré tout d’une industrie fragile. C'est sûr qu'on invite nos restaurateurs à respecter ce que le gouvernement vient de nous imposer à nouveau. On incite les gens à faire du take out, à venir chercher leur bouffe dans les restaurants.

C'est justement ce que Simon Poirier, propriétaire du bar et restaurant le Brise-Bise à Gaspé, a décidé de faire. Son menu de plats à emporter est déjà prêt. Il souhaite éviter le plus possible les contrecoups de ces mesures de prévention.

Ce sera difficile, puisque son restaurant passera de 120 à 60 places et que le bar devra fermer jusqu’à ce que la situation soit revenue à la normale.

Un homme debout devant un bar

Simon Poirier n'a pas attendu les directives du gouvernement pour s'ajuster.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Tous les spectacles et activités prévus au cours des prochaines semaines au Brise-Bise seront annulés ou reportés. Le Brise-Bise emploie 35 personnes. Inévitablement, des employés se retrouveront temporairement au chômage. Il n’y a pas de mise à pied, nuance M. Poirier, mais c'est sûr qu'on va réajuster par rapport aux besoins qu'on a quant aux employés, mais il y a en effet possibilité que des employés soient mis en arrêt de travail par manque de travail.

La présidente de l’Association des restaurateurs du Québec espère que le gouvernement viendra soutenir l’industrie lorsque la crise sera terminée. Pour qu'on puisse s'en sortir dans les prochains mois, souligne Claudine Roy.

Déjà, Ottawa a annoncé qu'il n'y aurait pas de délai dans le traitement des demandes d'assurance-emploi pour éviter que les employés mis à pied temporairement se retrouvent sans revenu.

Avec les informations de Martin Toulgoat

Consultez notre dossier COVID-19 : tout sur la pandémie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !