•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : Iqaluit demande aux visiteurs de ne pas se rendre en ville

Un panneau d'arrêt en trois langues à Iqaluit.

Un panneau d'arrêt en trois langues à Iqaluit.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Philippe Moulier

La Municipalité d’Iqaluit demande aux non-résidents de ne pas se rendre en ville à moins d’une urgence afin de réduire les risques de propagation du nouveau coronavirus dans le Nunavut.

Les conseillers municipaux réunis dimanche ont approuvé l’initiative à l'unanimité. Il s’agit avant tout de décourager les touristes ou les déplacements d’affaires non essentiels.

Cette mesure sera revue dans trois semaines, a indiqué le maire Kenny Bell. « C’est aux gens de déterminer ce qui constitue une urgence, ajoute-t-il. Il est évident que s’il y a un problème avec votre famille, vous allez vouloir vous rapprocher d’elle. »

Nous voulons nous assurer de protéger nos citoyens les plus vulnérables.

Kenny Bell, maire d'Iqaluit

Les conseillers ont également soulevé le besoin de vérifier l’état de santé de tout voyageur en provenance d’Ottawa ou de Montréal. La chef administrative de la Ville, Amy Elgersma, a cependant expliqué aux élus qu’il serait difficile de suivre de telles recommandations, car les personnes touchées par le nouveau coronavirus n’ont pas forcément de symptômes.

Il a été souligné qu’Iqaluit est une plaque tournante pour les voyages dans la région de Qikiqtaaluk, avec plusieurs vols à destination de 10 communautés du Nunavut.

Jusqu’à présent, aucun cas de la COVID-19 n’a été décelé dans le territoire. Cependant, la décision d’Iqaluit intervient deux jours après une demande du gouvernement fédéral que les Canadiens évitent les voyages internationaux et les voyages non essentiels ailleurs au Canada.

Samedi, la Ville a annulé certains évènements, dont le festival Toonik Tymee qui devait avoir lieu du 9 au 19 avril et le congrès Nunavut Mining Symposium qui devait commencer le 30 mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Coronavirus