•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les écoles demeurent ouvertes en Saskatchewan... pour le moment

Une salle de classe vide avec un tableau, des tables et des chaises.

Les élèves de la Saskatchewan devront aller en classe comme prévu lundi.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement de la Saskatchewan n’entend pas fermer les écoles à travers la province pour le moment, malgré l’augmentation du nombre de cas présumés de COVID-19.

Les recommandations par rapport à la fermeture des écoles sont basées sur une évaluation des risques et sont faites au cas par cas. Une telle décision ne doit pas être prise en l’absence de raisons valables sur la santé publique, a fait savoir le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Saqib Shahab, lors d'une conférence de presse dimanche matin.

Ce dernier rappelle que rien n’indique que le virus se propage dans les communautés en Saskatchewan et que les cas de COVID-19 dans la province sont des gens qui ont voyagé à l’étranger récemment.

Toutefois, la province n’exclut pas de fermer les écoles si la situation devient plus problématique.

Selon Saqib Shahab, trois critères essentiels sont nécessaires pour inciter la province à fermer les écoles, soit la transmission du virus à l’intérieur des communautés, l’augmentation rapide des cas de coronavirus signalés en Saskatchewan ainsi que la transmission du virus sans lien avec un voyage ou un cas de COVID-19 confirmé.

Saqib Shahab qui s'adresse aux médias.

Le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Saqib Shahab, s'est adressé aux médias, dimanche matin, lors d'une conférence de presse à Regina.

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

Lors d’une conférence de presse dimanche, Ryan Meili ne s’est pas insurgé contre la décision du gouvernement provincial, admettant que ce n’est pas une mauvaise chose que les établissements scolaires demeurent ouverts pour l’instant.

La décision de la province était justifiable, selon lui, à condition que la province ait un plan en prévision d’une éventuelle fermeture pour appuyer les parents qui ne pourront pas rester à la maison auprès de leurs enfants.

« Ce n'est pas de savoir si les écoles seront fermées, c'est plutôt de savoir quand elles le seront. »

— Une citation de  Ryan Meili, chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan

À son avis, la province doit s’assurer que les professeurs et les autres travailleurs aient des garanties financières pour les aider à composer avec les conséquences de la propagation du virus.

Ryan Meili répond aux questions des journalistes sous le regard de la porte-parole en matière d'Éducation de son parti, Carla Beck.

Le chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Ryan Meili, s'est adressé aux médias dimanche pour faire le point sur la situation dans les écoles.

Photo : Radio-Canada / Trevor Bothorel

Or, dans une série de publications sur Twitter en fin d’après-midi dimanche, Ryan Meili avait un propos plus tranchant sur la question de la fermeture des écoles.

En s’appuyant sur la décision du gouvernement de Jason Kenney de suspendre les cours dans toutes les écoles et universités en Alberta, le chef néo-démocrate implorait le gouvernement saskatchewanais d’emboîter le pas à son tour.

Un premier cas confirmé en Saskatchewan

Par ailleurs, le ministère de la Santé de la Saskatchewan indique qu’un échantillon envoyé au laboratoire national de l’Agence de la santé publique du Canada à Winnipeg s’est avéré positif à la COVID-19.

Ce faisant, la province compte désormais un cas confirmé de la maladie alors que les cinq autres cas présumés annoncés par le gouvernement sont toujours en train d’être analysés.

Parmi ces cas, trois ont été répertoriés à Regina, deux à Saskatoon et un autre dans la communauté de Southend, située à environ 600 kilomètres au nord-est de Saskatoon.

Congestion chez Info Santé

La province déclare avoir ajouté du personnel vendredi et samedi afin de répondre à la grande demande de renseignements téléphoniques auprès d’Info Santé 811.

Saqib Shahab réitère toutefois que les personnes qui reviennent d’un séjour à l’étranger ne devraient pas appeler Info Santé si elles ne présentent pas de symptômes liés à la COVID-19.

On ne doit pas faire de tests qui ne sont pas nécessaires, note-t-il, tout en expliquant que les personnes qui présentent des symptômes doivent être traitées en priorité pour contrer la propagation du virus.

Avec les informations de Romain Chauvet et de Guy Quenneville

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !