•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Télétravail : des techniciens en technologie en mode « premiers répondants »

La pandémie de la COVID-19 force de plus en plus d'employeurs à se pencher sur des plans de contingence pour maintenir leurs activités. Parmi les possibilités, le télétravail.

Une jeune femme travaille sur son ordinateur à la maison.

Une jeune femme travaille à la maison (archives).

Photo : iStock

Le télétravail comporte son lot d'incertitudes pour certaines entreprises qui ne sont pas outillées pour le faire en toute sécurité. Une situation qui crée de la pression sur le secteur technologique.

À Vaughan, en banlieue de Toronto, la petite entreprise de 36 employés My Blue Umbrella fournit des services informatiques et de cybersécurité depuis 25 ans.

Le secteur technologique a bien évolué depuis, mais avec la pandémie de la COVID-19, la compagnie a atteint un record de demandes de clients.

En 24 heures, on a vu une augmentation allant jusqu'à 65 % du nombre d'appels d'entreprises pour des conseils.

Bryan Chiasson, directeur commercial de My Blue Umbrella
Bryan Chiasson, directeur commercial My Blue Umbrella

Bryan Chiasson, directeur commercial My Blue Umbrella

Photo : Radio-Canada

Ces entreprises, qu'elles comptent cinq employés ou des centaines, tentent de mettre en place des plans de maintien de leurs affaires.

Et cela passe beaucoup par des stratégies afin de permettre à leurs employés de travailler à distance, souligne le directeur commercial de My Blue Umbrella, Bryan Chiasson.

Parce que donner un ordinateur à quelqu'un ne veut pas dire qu'il peut travailler n'importe où, il faut prendre en compte la protection des données, renchérit le directeur des opérations, Al-Karim Esmail.

Ce type de compagnie aide justement les employeurs à mettre en place les outils sécuritaires pour travailler à distance, comme des systèmes de réseau privé virtuel (ou VPN).

Al-Karim Esmail, directeur des opérations de My Blue Umbrella

Al-Karim Esmail, directeur des opérations de My Blue Umbrella

Photo : Radio-Canada

Je dirais vraiment que nos techniciens sont des travailleurs de première ligne pour nos clients en ce moment, car ils aident à faire survivre leurs entreprises.

Al-Karim Esmail, directeur des opérations de My Blue Umbrella

Si vous êtes sévèrement malade, vous appelez le 911. Si votre entreprise est en réel danger, vous appelez un consultant, compare M. Esmail.

Plus de 50 % de leur travail est relié au coronavirus depuis la dernière semaine. La plus grosse inquiétude des entreprises qui nous appellent c'est de savoir si elles vont survivre à tout ça... Est-ce que la semaine prochaine elles seront encore là?, indique le directeur des opérations.

Un retard dans le monde technologique

Bryan Chiasson explique que cela fait pourtant plusieurs années que le secteur technologique recommande aux compagnies de se doter d'une stratégie pour s'adapter à toute circonstance.

En 2018, la Banque de développement du Canada indiquait dans une étude que seulement 19 % des PME canadiennes avaient résolument intégré la culture numérique dans leurs activités.

Il pense toutefois que la situation actuelle montre aux entreprises l'importance de planifier, tant aux compagnies privées qu'au secteur de la fonction publique. En effet, des milliers de fonctionnaires pourraient bien devoir travailler de la maison en raison du virus.

Des gens à l'ordinateur

Afin de prévenir ou du moins de ralentir la transmission du coronavirus et de protéger la santé des membres de leur personnel, les directions de certaines grandes entreprises ont fortement suggéré à ceux et celles qui en avaient la possibilité de travailler de la maison.

Photo : Radio-Canada

Or les systèmes informatiques du gouvernement ne sont pas prêts pour le télétravail à grande échelle, selon des experts informatiques, notamment en rapport à la confidentialité des données et la sécurité des télétravailleurs.

De son côté, le représentant des ventes internes de My Blue Umbrella, Simon Strantzas, dit remarquer une certaine prise de conscience et un intérêt croissant pour les nouvelles technologies.

Maintenant, plus que jamais, nous devons être présents pour nos clients, pour qu'ils puissent non seulement continuer à travailler, mais aussi le faire en toute sécurité.

Simon Strantzas, représentant des ventes internes de My Blue Umbrella
Simon Strantzas, représentant des ventes internes de My Blue Umbrella

Simon Strantzas, représentant des ventes internes de My Blue Umbrella

Photo : Radio-Canada

C'est une période très occupée. Les gens ne savent pas exactement comment cela fonctionne, ils savent juste qu'ils vont devoir travailler de la maison, alors on doit leur expliquer ce qu'on peut faire pour les aider, dit-il.

M. Strantzas estime aussi que malgré certaines craintes et de l'incompréhension qui persistent face au secteur technologique, cette pandémie va éveiller les consciences sur l'importance d'être à jour avec les plus récentes technologies du télétravail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Relations de travail

Société