•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les banques alimentaires d'Ottawa et de l'Outaouais ont besoin de dons

L'entrepôt de la banque alimentaire d'Ottawa.

L'entrepôt de la banque alimentaire d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Roxane Léouzon

Patricia Sauzede-Bilodeau

En cette période de gestion de crise de la COVID-19, la banque alimentaire d'Ottawa et Moisson Outaouais demandent l'aide de la population afin de remplir ses étagères et renflouer ses coffres alors qu'elles entrevoient une augmentation de la demande pour leurs services.

Les besoins deviennent donc plus importants pour ceux et celles qui peinent à mettre de la nourriture sur la table.

Nous tentons d'amasser le nécessaire pour durer au moins jusqu'au 5 avril. C'est la date suggérée par la Ville. Nous demandons que les gens soient généreux dès maintenant, a précisé Rachael Wilson, directrice des communications à la Banque d'alimentation d'Ottawa.

D'habitude, on donne de trois à cinq jours d'alimentation, et maintenant on veut donner cinq à sept jours de nourriture en avance.

Rachael Wilson, directrice des communications à la Banque d'alimentation d'Ottawa

De son côté, Moisson Outaouais croit qu'elle écoulera ses stocks plus rapidement qu'en temps normal, car plus de familles devront se tourner vers ses services.

Il faut penser aussi aux familles qui ont des enfants, des familles qui présentement ne se servent pas des services d’une banque alimentaire, mais qui vont devoir rester à la maison pour s’occuper des enfants, a noté la présidente du conseil d'administration de Moisson Outaouais, Diane Dupont-Cyr.

Diane Dupont-Cyr, présidente du c.a. et Armand Kayolo, directeur général de Moisson Outaouais dans l'entrepôt de l'organisme.

Diane Dupont-Cyr, présidente du c.a. et Armand Kayolo, directeur général de Moisson Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Roxane Léouzon

La recommandation de la Ville de sortir le moins possible dans les lieux publics pour au moins deux semaines force des familles à se procurer le nécessaire pour une plus longue période, détaille Rachael Wilson.

Il y aura une perte de revenus [...] Donc c'est plus de personnes qui vont se tourner vers une banque alimentaire, a-t-elle conclu.

Des enfants vulnérables

S'ajoutent à cette équation déjà complexe les enfants, notamment ceux qui bénéficiaient de repas fourni à l'école.

Maintenant, ils doivent manger à la maison. C'est plus de stress sur nos familles, a indiqué Mme Wilson. C'est une situation que redoute notamment Marilyne Vallière, une Gatinoise mère de deux enfants qui bénéficie de l'aide sociale.

L'argent rentre le 20 [mars], vendredi, mais je ne toffe pas jusque là, a-t-elle constaté avec un certain désarroi. Je suis très inquiète en ce moment si je vais avoir un petit 5 $ pour pouvoir aller chercher un pain.

Des campagnes de financement annulées

Le besoin le plus pressant pour les banques alimentaires en ce moment demeure les dons en argent. Si on a de l’argent, on peut acheter directement des industries alimentaires, a précisé le directeur général de Moisson Outaouais, Armand Kayolo.

À Ottawa, certains événements de collecte de fonds ont d'ailleurs dû être annulés ou reportés afin d'éviter un rassemblement de centaines de personnes.

Rachael Wilson, directrice des communications à la Banque d'alimentation d'Ottawa

Rachael Wilson, directrice des communications à la Banque d'alimentation d'Ottawa

Photo : Radio-Canada

Au moins trois événements ont été annulés ou reportés. Ça représente environ 50 000 dollars. Nous ne savons pas comment composer avec ce manque, a ajouté Mme Wilson.

Les organismes recommandent de faire des dons en argent en ligne afin d'éviter des sorties non nécessaires. Ils suggèrent également aux gens de déposer des denrées non périssables dans les épiceries qui ont des boîtes à cet effet.

Moisson Outaouais est également à la recherche de bénévoles, car bon nombre d'entre eux sont âgés de plus de 70 ans et sont donc parmi les personnes plus vulnérables à la COVID-19.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !