•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Places en garderies pour les travailleurs de la santé : les indications se font attendre

Des enfants tiennent des jouets.

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent ne peut dire pour le moment combien d'employés ont besoin d'une garderie (Archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Les indications du gouvernement se font attendre pour les nombreux travailleurs du milieu de la santé qui auront besoin de places en garderie pour leurs enfants.

Suite à la fermeture des établissements scolaires et des garderies décrétée vendredi par François Legault, le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSS) n'a toujours pas de directives claires de la part du gouvernement sur la façon de procéder.

Plusieurs aspects devront être précisés dans les prochaines heures et les prochains jours. Il faudra notamment déterminer qui pourra être considéré comme un travailleur essentiel et le nombre de places en garderies qui seront nécessaires.

Pour l'instant, le CISSS du Bas-Saint-Laurent, qui emploie environ 8000 personnes, n'a pas de réponse à ces questions.

On estime quand même qu'il y a beaucoup de nos travailleurs qui sont parents d'enfants scolaires et d'âge préscolaire.

Ariane Doucet, porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent
Ariane Doucet.

La porte-parole du CISSS Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet.

Photo : Radio-Canada

Ariane Doucet, la porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent explique que les travailleurs du réseau de la santé sont déjà extrêmement sollicités. Elle dit souhaiter que rien ne contribue à ajouter à la pression déjà forte dans les différents milieux.

Stratégies mises en place

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent prévoyait de fournir une liste de garderies disponibles à ses employés dimanche pour qu'ils puissent réserver une place, mais les directives ont changé en cours de route.

Ariane Doucet assure qu'une façon de faire sera développée rapidement pour arrimer les besoins des employés avec les places disponibles en garderie, et que les ressources humaines prendront le dossier en charge.

Québec a appelé les garderies intéressées à se manifester rapidement vendredi pour offrir un service aux travailleurs de la santé. Les garderies n’ont eu que quelques heures pour le faire.

Shirley Dubé, la directrice générale du CPE La Trâlée, a soumis la candidature de son Centre.

On avait jusqu'à hier 20 h pour le faire, explique Shirley Dubé. Maintenant, on est en attente pour la logistique parce qu'on ne sait pas du tout le nombre d'enfants qu'on va recevoir. On n’a aucune idée du fonctionnement, ajoute-t-elle.

Les efforts s'organisent toutefois davantage à mesure que la fin de semaine avance.

Selon la présidente du Réseau des services à la petite enfance de l'Est-du-Québec, Julie Dalpé, des discussions samedi ont permis d'assurer environ un point de service d'urgence en CPE par MRC au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Le gouvernement provincial assure de son côté que les travailleurs prioritaires auront accès à des places en garderie et que des appels à collaborer seront réacheminés auprès des responsables en garderie.

Avec les informations de Laurence Gallant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Coronavirus