•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des célébrations religieuses annulées dans les Maritimes

Intérieur d'une église du Nouveau-Brunswick

Des fidèles assistent à la messe du dimanche à la cathédrale de Bathurst. Dès le 20 mars, toutes les messes seront annulées dans les quatre diocèses du N.-B. pour éviter la propagation du virus COVID-19.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Radio-Canada

Quatre diocèses du Nouveau-Brunswick et plusieurs églises de la Nouvelle-Écosses annulent leurs messes. L'association musulmane de Moncton annule aussi ses célébrations.

À des fins sanitaires et sécuritaires, les provinces des Maritimes mettent en place des mesures contraignantes afin de limiter la propagation du coronavirus.

Depuis quelques jours, les rassemblements de plus de 150 personnes sont proscrits en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick.

Après l'imposition de mesures d'hygiène comme enlever l'eau des bénitiers et le refus de donner l'hostie sur la langue des communiants, les diocèses catholiques vont plus loin.

On a décidé de supprimer les messes dominicales du samedi soir et du dimanche matin..., déclare le Mgr Daniel Jodoin à l'église de Bathurst.

Consultez notre dossier : Tout sur la COVID-19 en Atlantique

Entre évêques, on a discuté, étant donné que beaucoup de nos rassemblements sont plus que cent cinquante, c'est difficile de gérer tout cela, poursuit-il.

D'autant plus que les personnes âgées sont plus vunérables face à la COVID-19.

Les messes du samedi soir et du dimanche seront donc suspendues à compter du samedi 21 mars au Nouveau-Brunswick.

Les messes en semaine et les baptêmes, mariages et funérailles auront lieu comme prévu, précise l'évêque, pourvu que ces événements rassemblent moins de 150 personnes.

Le pape François dit avoir fait de la lutte contre les agressions sexuelles commises dans l'Église catholique une des priorités de son pontificat.

Le pape François

Photo : Reuters / Yara Nardi

Les églises catholiques de tout le pays pourront suivre une procédure nationale afin de faire face à la propagation du virus, explique Robert Di Pede, secrétaire général adjoint de la Conférence des évêques catholiques du Canada. 

«Nous prévoyons de publier quelque chose dès que possible, a-t-il déclaré. Nous y travaillons en ce moment même.

M. Di Pede soutient que les autorités religieuses ont collaboré avec un responsable médical pour essayer de dresser une liste des « meilleures pratiques » pour les guider dans les semaines à venir. Chaque diocèse sera libre d'adopter n'importe laquelle, toutes ou aucune des suggestions, a-t-il souligné.

Les suggestions incluront de placer la Sainte Communion dans les mains, et non dans la bouche des participants et de décourager les poignées de main dans le cadre du service.

Il ajoute qu'il sera également rappelé aux fonctionnaires religieux l'importance de se laver les mains et de bien nettoyer tous les récipients utilisés lors d'un service.

Plan sur les mains du prêtre qui tient, d'une main, des hosties et de l'autre, un verre.

Un prêtre pratique un rite liturgique lors d'une messe.

Photo : Radio-Canada / Justin Fraser

Les catholiques seront invités à rester chez eux s'ils présentent des symptômes de COVID-19, explique M. Di Pede.

Il appartient toujours à chaque évêque de mettre en œuvre ces meilleures pratiques comme il l'entend.

Églises vides, mosquées vides...

L'association musulmane de Moncton a suspendu les prières du vendredi jusqu'à nouvel ordre, explique le président de l'association, Abdal Khan.

Bien que ce soit une décision difficile à prendre, M. Khan soutient que c'était la bonne, compte tenu de la propagation rapide de la COVID-19, et il dit que « la grande majorité » de sa communauté soutient cette décision.

Un homme prie dans une mosquée.

Archives - Plusieurs croyants sont venus prier.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

C'était une décision très difficile parce que beaucoup de gens ont des attentes et un attachement émotionnel à venir prier tous les vendredis, dit-il.

M. Khan dit que l'association encourage les gens à prier chez eux à la place.

La décision suit une recommandation conjointe du Conseil canadien des imams et de l'Association médicale musulmane du Canada.

Les deux groupes ont rencontré les dirigeants de la communauté jeudi lors d'une réunion d'urgence et ont publié une déclaration : Nous recommandons fortement à tous les masjids de suspendre la prière hebdomadaire du vendredi Jummah à partir de maintenant, y compris le vendredi 13 mars 2020, et ce jusqu'à nouvel ordre.

Les deux groupes ont également décidé d'élaborer une fiche d'information et de former un groupe de travail pour aider à fournir des conseils à l'avenir.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Croyances et religions