•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kevin Cormier à la tête des bibliothèques : le processus du gouvernement examiné

Kevin Cormier

Kevin Cormier est le nouveau directeur général du Service des bibliothèques publiques du Nouveau-Brunswick.

Photo : Facebook/Kevin Cormier

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick est en train de revoir le programme interne dans le cadre duquel le nouveau chef du service provincial des bibliothèques publiques a été nommé, a déclaré le ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Trevor Holder a fait cette annonce vendredi à l'Assemblée législative en réponse aux questions du chef du Parti vert David Coon qui s'est dit « consterné » par la nomination de Kevin Cormier au poste de directeur général des bibliothèques publiques. 

David Coon siégeant dans l'Assemblée législative

David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick

Photo : La Presse canadienne / James West

M. Coon est mécontent étant donné « son manque apparent de formation ou d'expérience en bibliothéconomie », dit-il en parlant de Kevin Cormier. 

« Je parie qu'il n'a même pas de carte de bibliothèque », dit David Coon.

« Le ministre va-t-il admettre que c'était une erreur et s'assurer qu'une personne ayant une formation qui lui permettrait d'être qualifiée pour ce poste, comme une maîtrise en bibliothéconomie, par exemple, soit embauchée pour diriger notre important service de bibliothèque publique », a-t-il demandé, sous les applaudissements.

La décision du gouvernement de confier à M. Cormier la responsabilité des 64 bibliothèques publiques de la province a fait l'objet d'un grand débat public, depuis le reportage de CBC News sur sa nomination, le 18 février dernier, à ce poste qui rapporte 114 000 dollars par an.

L'offre d'emploi mentionnait, comme « qualifications essentielles », une maîtrise en bibliothéconomie et/ou en sciences de l'information d'un programme accrédité par l'American Library Association, ainsi qu'un minimum de huit ans d'expérience professionnelle connexe.

Le profil LinkedIn de M. Cormier indique qu'il a étudié une année à la Schulich School of Business de l'Université York à Toronto (2005) et deux ans au Moncton Flight College (1998-2000).

Il a passé l'année dernière au bureau du conseil exécutif du gouvernement et a auparavant occupé pendant sept ans le poste de directeur général du village historique de Kings Landing, près de Fredericton.

Le ministre Holder, qui est responsable des bibliothèques, a réitéré vendredi qu'il a « une confiance totale » dans la nomination controversée faite par son ancienne sous-ministre Sadie Perron dans le cadre du programme de Gestion des talents de l'entreprise.

Le ministre Holder s'adresse à la presse.

Le ministre de l'Éducation post-secondaire, de la formation et du travail, Trevor Holder

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Ce programme offre aux cadres actuels et futurs des échelles salariales supérieures et la possibilité de développer davantage leurs compétences au sein et/ou en dehors de leur ministère actuel.

« Il a été utilisé au fil des ans pour déplacer les gens dans l'ensemble du gouvernement et c'est exactement ce qui s'est passé ici », explique Trevor Holder.

« Cela étant dit, je comprends qu'il y ait une certaine préoccupation publique ici et c'est pourquoi le premier ministre [et] moi-même avons parlé au ministère des Ressources humaines et nous sommes actuellement en train de revoir le programme de Gestion des talents pour nous assurer qu'il fait ce qu'il est censé faire », dit-il.

« Et si des améliorations peuvent être apportées à ce programme, nous le ferons. »

Aucune réponse de M. Cormier

Kevin Cormier n'a pas répondu aux nombreuses demandes d'interview de CBC et de Radio-Canada.

Kevin Cormier à côté d'une maison

Kevin Cormier a essuyé des critiques lorsqu'il était PDG de Kings Landing et qu'il a remplacé des interprètes par des expositions fixes.

Photo : CBC/Sarah Petz

Le ministre Holder a déjà défendu la nomination, affirmant qu'il n'y avait « aucun favoritisme politique ».

Mais il a refusé de discuter des qualifications de M. Cormier, ou des qualifications des 11 personnes qui ont postulé pour le poste lorsqu'il a été initialement affiché comme un concours public.

« Ce que je suggère, c'est que les Néo-Brunswickois donnent à cette personne le temps de faire ses preuves », demande M. Holder.

Deux jours plus tard, le Conseil de la bibliothèque de l'Université Mount Allison a écrit une lettre à M. Holder, qualifiant la nomination « d’injustifiable ».

Selon ce groupe de Sackville, tout poste de bibliothécaire professionnel au Canada requiert un diplôme de niveau maîtrise.

La nomination d'un directeur général qui n'a pas de maîtrise - ou de diplôme universitaire - est « troublante et sera préjudiciable au [Service des bibliothèques publiques du Nouveau-Brunswick], à la profession de bibliothécaire et à la réputation de notre province », affirme cette lettre.

Plan rapproché de livres dans des rayons de bibliothèque.

Des rayons de bibliothèques.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

« En effet, votre gouvernement dit à la population du Nouveau-Brunswick et du reste du pays que les connaissances et l'expérience professionnelles ne sont plus respectées ni nécessaires pour poursuivre le travail du SBPNB. »

Le conseil soutient que M. Cormier ne sera pas en mesure d'offrir « des conseils ou des orientations utiles ou éclairés » concernant les services et la programmation de la bibliothèque, ou le développement des collections de la bibliothèque imprimée et numérique. Cela « démoralisera » le personnel et rendra leur travail plus difficile à accomplir, déclare le conseil.

Il a demandé à M. Holder de reconsidérer « cette décision des plus malheureuses ».

« C'est une erreur »

Maureen McKee, résidente de Fredericton, demande au gouvernement d'annuler la nomination de M. Cormier.

Elle était à l'Assemblée législative mardi avec une des pancartes qu'elle a achetée, portant le slogan « Nomination à la bibliothèque de Higgs, honteuse ».

Maureen McKee, résidente de Fredericton.

Maureen McKee, résidente de Fredericton, demande au gouvernement d'annuler la nomination de M. Cormier.

Photo :  CBC

Mme McKee a également été très occupée à afficher et à distribuer des dépliants ces dernières semaines, encourageant les citoyens à « agir maintenant », à « se lever » et à « dire au premier ministre Blaine Higgs d'annuler la nomination ».

Elle dit n'avoir rien contre Cormier personnellement et bien qu'elle soit une usagère de la bibliothèque, ce n'est pas le principal problème pour elle.

C'est le fait que le gouvernement « ignore de manière flagrante » ses propres offres d'emploi et les qualités énumérées des candidats potentiels qui démontrent avoir les qualités essentielles requises pour l’emploi. 

« Essentiel - ce mot ne veut-il pas dire quelque chose ? », se questionne Maureen McKee, notant que l'offre d'emploi indiquait que « les candidats doivent clairement démontrer les qualifications essentielles pour être pris en considération ».

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !