•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : la France ferme les cafés, les restaurants et les bars

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Édouard Philippe lors d'une allocution, samedi.

Le reportage d'Eva Lecouteur-Bédard

Photo : Getty Images / Thomas Samson

Radio-Canada

Les Français sont confinés chez eux : le gouvernement de l'Hexagone a annoncé, samedi, la fermeture des cafés, restaurants, bars et autres discothèques pour contrer l'épidémie de coronavirus. Tous les établissements publics non essentiels ont dû fermer leurs portes dès samedi soir.

Dans une annonce officielle, le premier ministre français Édouard Philippe a aussi indiqué que nous devons impérativement limiter les déplacements, les réunions, les contacts, demandant au passage aux entreprises et aux administrations de développer le télétravail pour permettre au plus grand nombre de personnes possible de demeurer à la maison.

Le premier tour des élections municipales pourra en revanche se tenir ce dimanche dans le respect strict des consignes, notamment de « distanciation », a ajouté le chef du gouvernement.

J'ai conscience des efforts et des sacrifices qui sont demandés, mais j'ai confiance dans la capacité des Françaises et des Français à comprendre la gravité du moment et à adopter tous ensemble des comportements civiques, responsables et solidaires qui nous permettront de surmonter cette crise.

Le premier ministre français Édouard Philippe

Avec 12 décès et 838 cas confirmés supplémentaires en 24 heures, la France compte désormais 4499 cas de contamination par le nouveau coronavirus, dont 91 mortels, selon les donnés publiées samedi par l'agence Santé publique France.

Plus de 300 patients français sont en ce moment dans un état grave et se trouvent en réanimation, a de son côté indiqué le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

La moitié de ces patients sont âgés de moins de 60 ans.

L'Espagne en quarantaine

Après l'Italie, l'Espagne a annoncé samedi soir une mise à l'isolement quasi totale de ses habitants qui ne pourront sortir de chez eux que pour aller travailler ou acheter à manger notamment, afin de freiner la propagation du coronavirus.

L'annonce de cette mesure d'urgence, qui rentre dans le cadre de l'état d'alerte décrété samedi pour deux semaines, intervient alors que 1500 nouveaux cas ont été enregistrés depuis vendredi soir.

Au total, plus de 5700 cas ont été détectés et au moins 183 personnes sont mortes dans le pays qui est le deuxième plus affecté en Europe derrière l'Italie, qui a déjà pris de telles mesures.

L'épouse du premier ministre Pedro Sanchez, Begona Gomez, a par ailleurs été testée positive au virus.

1441 décès en Italie

En Italie, en 24 heures, les autorités ont enregistré 175 décès supplémentaires, ce qui porte le nombre de morts depuis le début de l'épidémie à 1441. Plus de 3490 nouveaux cas ont aussi été découverts samedi. Le pays a entamé son premier week-end d'isolement dans un silence pesant.

Dans le sud du pays, à Naples, les autorités ont prévenu qu'elles mettraient en quarantaine forcée ceux qui seraient dehors sans raison impérieuse ou professionnelle.

Quelque 157 000 personnes ont été contrôlées et 7000 feront l'objet de poursuites pour ne pas avoir respecté les interdictions de rassemblement et restrictions aux déplacements, a annoncé samedi le ministère de l'Intérieur.

Les Italiens ont adressé de leur balcon à la mi-journée une minute d'applaudissements aux personnels soignants. Ceux-ci sont épuisés, sous pression, surtout en Lombardie, la région de Milan, qui compte 890 des quelque 1300 morts dans le pays.

La Norvège ferme ses aéroports

La première ministre norvégienne a annoncé que le pays fermait ses ports et aéroports. Le pays, qui compte environ 1000 cas, renforcera ses contrôles frontaliers à compter de lundi, se réservant le droit d'interdire l'entrée sur son territoire en raison de l'épidémie de COVID-19.

Nous faisons cela pour nous protéger contre l'épidémie, a déclaré la première ministre norvégienne Erna Solberg. Cela implique en pratique que personne ne peut entrer en Norvège, c'est-à-dire que nous pouvons refouler des gens quand ils arrivent à la frontière à moins qu'ils n'aient une bonne raison de venir ici, a-t-elle dit lors d'une conférence de presse.

Boris Johnson critiqué

Au Royaume-Uni, le gouvernement de Boris Johnson est critiqué pour sa lenteur à prendre des mesures radicales. Selon le dernier bilan officiel, le pays compte 798 cas de la COVID-19, dont 21 mortels. Mais un haut responsable de santé a estimé que le nombre de personnes infectées se situerait en réalité entre 5000 et 10 000 personnes.

Pour l'heure, le gouvernement, qui espère retarder le pic de l'épidémie à l'été afin d'amortir le choc pour les services de santé, a seulement demandé aux personnes présentant des symptômes de rester confinées chez elles pendant une semaine.

Boris Johnson s’apprête toutefois à revoir sa manière de gérer la situation et à interdire les rassemblements de masse, selon des sources gouvernementales citées par les médias britanniques. Une législation d'urgence devrait être adoptée la semaine prochaine au Parlement et l'interdiction pourrait entrer ensuite en vigueur à partir du week-end prochain.

L'Autriche renonce au déficit zéro

Une barrière bloque une route menant à une communauté en Autriche.

La communauté de Heiligenblut en Autriche est en quarantaine jusqu'au 29 mars.

Photo : AFP / Getty Images / Johann Groder

En Autriche, le gouvernement a renoncé à son objectif de déficit zéro et a annoncé vendredi le déblocage de quatre milliards d'euros pour éviter l'insolvabilité des entreprises, favoriser le maintien des salariés dans leur emploi et soutenir les indépendants face à la pandémie de COVID-19.

Ce à quoi on fait face est plus grave, plus dangereux que la crise financière de 2008.

Werner Kogler, vice-chancelier écologiste autrichien

Le gouvernement autrichien compte assurer les liquidités des entreprises pour qu'elles puissent honorer leurs factures auprès des fournisseurs, dans le but d'éviter les mises en faillite et de garantir le fonctionnement des chaînes de production.

L'Autriche se confine chaque jour de façon un peu plus draconienne : 602 nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés samedi. Ce chiffre est actuellement en augmentation quotidienne de 40 %.

La Suisse mobilise l'armée

L'armée suisse a annoncé samedi qu'elle s'apprêtait à mobiliser l'un de ses quatre bataillons hospitaliers pour aider les hôpitaux du pays à combattre la pandémie du nouveau coronavirus.

Le chef de l'armée Thomas Sussli a indiqué dans un tweet que le bataillon, qui compte de nombreux effectifs ayant à leur actif un entraînement aux soins de base, accomplirait une mission spéciale pour la sécurité et la protection de nous tous.

Le porte-parole de l'armée Daniel Reist a déclaré à l'AFP que le bataillon, qui compte entre 500 et 600 personnes, sera prêt à apporter son aide aux hôpitaux dans l'ensemble du pays si on le lui demande, notamment en matière de logistique.

Pour le moment, il n'y a pas encore eu de demande, a-t-il dit.

Un pompier désinfecte une rue devant un magasin.

Un pompier désinfecte une rue de Téhéran dans l'espoir de freiner la propagation du coronavirus.

Photo : AFP / Getty Images

Premier décès au Danemark et 97 décès en Iran

Le Danemark a annoncé la mort d'un premier malade de la COVID-19, qui était âgé de 81 ans. Cette semaine, le pays a pris des mesures draconiennes pour enrayer la propagation du virus, dont la fermeture des écoles et des universités. Les employés du secteur public qui ne travaillent pas dans des secteurs essentiels ont également été renvoyés chez eux.

L’Iran, qui est l’un des principaux foyers de l’épidémie, a annoncé 97 nouveaux décès, portant le bilan officiel de l’épidémie à 611 morts dans le pays.

Lors d'une conférence de presse télévisée, le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, a déclaré que 1365 nouveaux cas de personnes contaminées ont été recensés ces dernières 24 heures.

Le nombre de contaminations en Iran s'élève désormais à 12 729. Plus de 4300 personnes ont guéri.

Mise en quarantaine pour 114 Sud-Africains

Samedi, 114 citoyens sud-africains expatriés dans la ville chinoise de Wuhan ont été rapatriés dans leur pays. Ils ont été conduits, masque sur le nez, sous escorte policière, dans un vaste complexe hôtelier isolé de la campagne voisine, où ils resteront pendant trois semaines en quarantaine sous stricte surveillance de l'armée.

L'Afrique du Sud est pour l'heure le pays d'Afrique subsaharienne le plus touché par la maladie COVID-19, avec 24 cas identifiés, tous contaminés lors de récents séjours en Europe.

L’Afrique subsaharienne est nettement moins touchée que le reste de la planète par la pandémie, avec officiellement 6 décès pour plus de 200 cas. Mais des pays ont rapporté leur première contamination ces dernières 24 heures, notamment la Guinée, le Kenya, l'Éthiopie et le Rwanda.

Apple ferme tous ses magasins hors Chine jusqu'au 27 mars

Le fabricant d'ordinateurs et de téléphones intelligents a tiré les leçons de mesures de confinement prises en Chine, où il vient juste de rouvrir ses 42 boutiques, a déclaré Tim Cook dans un communiqué publié vendredi soir aux États-Unis.

Une des leçons est que la façon la plus efficace de minimiser le risque de transmission du virus est de réduire la densité [de population] et d'augmenter au maximum la distanciation sociale, a-t-il dit.

Apple indique prendre ces nouvelles mesures pour protéger nos équipes et nos clients.

Levée de confinements en Chine

Les autorités chinoises ont annoncé samedi avoir de nouveau allégé les restrictions de déplacements dans la province du Hubei, berceau de l'épidémie, levant les confinements de certains quartiers et villages.

Toutes [les autorités administratives] dans les quartiers urbains et communes rurales qui sont classés en risque faible ont levé le confinement.

Liu Dongru, vice-directeur de la Commission de la santé du Hubei

Un assouplissement similaire est appliqué dans les zones à risque modéré et élevé, sous réserve qu'aucun cas confirmé n'y ait été recensé, a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse, sans apporter de précisions complémentaires.

Le président Xi Jinping a affirmé mardi à Wuhan que l'épidémie était pratiquement jugulée. Dans la foulée, les autorités du Hubei avaient annoncé de premières mesures d'assouplissement pour les déplacements.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !