•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Les enfants, on annule le voyage parce que… »

Un avion en train d'atterrir au coucher du soleil.

De nombreux Ontariens annulent leurs projets de voyages pendant la semaine de relâche scolaire en raison de la pandémie de la COVID-19.

Photo : iStock

Le sujet est partout. La pandémie de COVID-19 nous touche tous d’une manière ou d’une autre, y compris nos enfants. L’heure est venue pour bon nombre d’entre eux d’apprendre que leurs projets de sorties à l’occasion de la relâche scolaire seront annulés. Comment leur expliquer? Nous avons demandé conseil à des experts.

La réaction émotionnelle des enfants est très liée à la façon qu’on leur présente, explique d’emblée la psychologue Monique Savoie, de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Les parents devraient d’abord s’assurer d’être honnêtes avec leurs enfants lorsqu’ils abordent le sujet.

Une femme est devant un micro dans un studio de radio.

Dre Monique Savoie, psychologue

Photo : Radio-Canada / Emmanuelle Robinson

La Dre Savoie y voit de belles occasions d’accompagner les enfants pour tirer des leçons de vie de leur déception.

Souvent, dans notre société, on aime protéger les enfants et les jeunes des émotions qui sont difficiles, mais la réalité est que parfois ils vont faire face à des épreuves ou des situations où ce n’est pas plaisant, ou ils vont vivre des deuils.

Une citation de :Dre Monique Savoie, psychologue

Dans de telles circonstances, elle insiste sur l’importance de laisser les enfants exprimer leurs émotions et de faire preuve de compassion.

Le pédiatre Jean-François Chicoine du CHU Sainte-Justine, à Montréal, abonde dans le même sens.

Le pédiatre Jean-François Chicoine parle dans un micro.

Le pédiatre Jean-François Chicoine

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Il ajoute qu’il faut être particulièrement créatif avec les enfants âgés de moins de 7 ans, pour qui le vocabulaire est parfois insuffisant pour exprimer des sentiments. Il suggère, par exemple, de dessiner avec votre enfant le virus pour ensuite le détruire de façon originale.

Un enfant est capable de jouer avec de l’information. À partir du moment où l’information est un jeu et un langage, deux choses importantes, y’a une énorme partie des angoisses et des bouderies qui vont se dissiper.

Une citation de :Jean-François Chicoine, pédiatre au Service de maladies infectieuses du CHU Sainte-Justine

Les docteurs Savoie et Chicoine s’entendent aussi pour dire qu’en annulant leurs projets de voyage et d’activités, les parents peuvent amener leurs enfants à se recentrer sur de simples et petits bonheurs.

Je pense que c’est un bon moment aussi pour les éduquer avec ça. Dans la vie, on peut avoir beaucoup de plaisir, beaucoup de joie et partager notre amour sans être obligé de faire de grosses vacances ou de gros voyages élaborés.

Une citation de :Dre Monique Savoie, psychologue

Microbes et déceptions

Marie-Eve Pépin, de Sudbury, et Lisa Dumont, de Nipissing Ouest, ont chacune dû annoncer à leur petite famille respective qu’elle annulait leur voyage prévu dans les prochains jours.

Un petit garçon en habit d'hiver se prépare à glisser dans une structure de jeu d'un parc.

Lucas devra s'amuser près de chez lui dans les prochains jours puisque ses parents ont choisi de minimiser leurs déplacements dans la foulée de la pandémie de COVID-19.

Photo : Courtoisie : Marie-Eve Pépin

Mme Pépin a vite compris qu’elle devait d’abord s’assurer que son fils de 4 ans comprenne la nature du problème : un virus invisible.

Là où le défi est, c’est de rendre un concept intangible, un virus, un microbe qui ne peut être capté dans l’air, de le rendre tangible dans la tête d’un enfant.

Une citation de :Marie-Eve Pépin, mère d'un garçon de 4 ans

Sourire en coin, elle raconte que son petit Lucas avait ensuite une rafale de questions pour elle. Comment ça va arriver? Il n’est pas visible le virus, il est où? Où est-ce qu’il va se déposer dans mon visage ou sur ma main? a-t-il demandé. Ce n’était que le début, avant qu’il cherche ensuite à comprendre « pourquoi? , poursuit-elle.

Le cycle du pourquoi éternel dans un petit cerveau de 4 ans n’est pas évident à ce niveau-là. Alors on peut gérer à la maison le fait qu’il y a des suspensions, des annulations d’activités, on remplace, on adapte, mais au niveau de l’explication, c’est un petit peu plus un défi.

Une citation de :Marie-Eve Pépin

Un défi qui peut se relever grâce à des histoires imaginaires inspirées de la réalité, suggère le Dr Chicoine. La COVID-19 devient ainsi un virus roi qui essaie de prendre différents royaumes, lance le pédiatre comme inspiration de base.

Un couple entouré de leurs 3 enfants.

Lisa Dumont et son conjoint ont dû expliquer à leurs enfants qu'ils n'iront pas en croisière dans les Caraïbes comme prévu.

Photo : Courtoisie : Jessie St-Onge

Lisa Dumont n’a pas eu à raconter d’histoire de méchant virus et de royaumes. Annoncer à ses enfants de 12, 14 et 16 ans que le voyage familial en croisière dans les Caraïbes était annulé n’était cependant pas un conte de fées.

Ma fille et moi étions allées faire du magasinage, on avait vraiment hâte, on pensait plus aux vacances, on se disait qu’on allait être correct. [...] Ça été difficile, mais au bout du compte, je pense qu’ils ont compris que c’était inquiétant [...] et qu’on n'allait pas faire un beau voyage.

Une citation de :Lisa Dumont, mère de 3 enfants et résidente de Nipissing Ouest

La famille de Lisa Dumont se console à l'idée que ce n'est que partie remise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !