•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection présidentielle en Algérie

Radio-Canada

Les Algériens sont appelés aux urnes pour élire leur président. En Kabylie, des jeunes opposés à la tenue du scrutin se livrent à des actes violents.

Les Algériens sont appelés aux urnes, jeudi, pour élire leur président.

Six candidats sont en lice pour ce scrutin pluraliste sans précédent depuis l'indépendance du pays, en 1962.

Les deux principaux aspirants sont le président sortant Abdelaziz Bouteflika et son ancien premier ministre, Ali Benflis, chef du parti historique du Front de libération nationale.

Les autres candidats sont la porte-parole du Parti des travailleurs (PT trotskyste) Louisa Hanoune, Saïd Saadi, chef du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition laïque), Abdallah Djaballah, président du Mouvement de la réforme nationale (MRN, islamiste radical), et Ali Fawzi Rebaïne, président d'Ahd-54, un petit parti nationaliste.

Les autorités ont réaffirmé leur volonté d'organiser un scrutin «transparent» et «honnête». Toutefois, 125 observateurs internationaux, de la Ligue arabe et de l'Union européenne notamment, sont présents pour surveiller le déroulement du scrutin.

Tensions en Kabylie

À la veille de l'élection, des incidents ont éclaté en Kabylie, une région située à une centaine de kilomètres à l'est de la capitale Alger.

Des jeunes manifestants opposés au scrutin s'en sont pris aux sièges de deux mairies de la région et ont saccagé celle de Timizart à une trentaine de kilomètres de Tizi Ouzou. Ils ont détruit du matériel et des documents électoraux.

Près de la ville de Béjaïa, manifestants et policiers se sont affrontés. Les manifestants ont tenté d'incendier le siège de la Sonelgaz, la société publique de distribution d'électricité et de gaz.

La Kabylie, en ébullition depuis trois ans, est partagée entre partisans et adversaires du scrutin présidentiel, en raison notamment de la candidature du président du RCD, Saïd Saadi.

Aucun thème sélectionné