•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coronavirus prive Québec de 30 000 croisiéristes

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le bateau de croisière Norwegian Gem est en arrière-plan derrière des toits de bâtiments de la basse-ville de Québec.

Le Norwegian Gem accosté au port de Québec le 13 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

L'interdiction pour les navires de croisière d'une capacité de plus de 500 personnes de faire escale au Canada va priver la ville de Québec d'environ 30 000 visiteurs et de 12 millions $ en retombées économiques.

L'Administration portuaire de Québec (APQ) confirme qu'un total de 18 escales prévues dans la capitale sont annulées, en vertu des mesures de prévention de la COVID-19 annoncées par le gouvernement fédéral vendredi.

Tous les navires de croisière ayant plus de 500 personnes à bord, passagers et membres de l'équipage, ne peuvent faire escale au pays. La restriction est en vigueur au moins jusqu'au 1er juillet.

Mario Girard, président-directeur général de l'APQ, évalue les pertes à 3 millions $ en dépenses directes des passagers dans les commerces. Le chiffre monte à 12 millions $ de retombées économiques perdues en ajoutant le ravitaillement et l'avitaillement des navires.

Ce n'est pas énorme en termes de pourcentage, parce qu'on sait que le cœur de la saison des croisières à Québec, c'est septembre-octobre. Mais on est quand même impacté de manière significative, a affirmé M. Girard en entrevue à Radio-Canada.

Les vraies conséquences sont pour les commerçants.

Mario Girard, président-directeur général, Administration portuaire de Québec

À titre comparatif, Québec a déjà reçu jusqu'à 55 000 croisiéristes pour une seule fin de semaine d'activités, à l'automne 2018.

La santé d'abord

L'APQ continuera malgré tout d'accueillir les plus petits navires de croisière. À cet égard, Mario Girard assure que toutes les mesures de sécurité et d'hygiène sont déployées.

On a déjà déclenché les procédures d'hygiène. Tout ce peut être touché publiquement est nettoyé, surnettoyé, a-t-il dit. Ce sont des procédures avec lesquelles nous sommes habitués et familiers.

M. Girard estime que l'APQ veut placer la santé des citoyens d'abord. Soyons 100 % responsables face à la situation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !