•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba ferme les écoles à compter du 23 mars en raison du coronavirus

Les enseignants resteront dans les écoles pour préparer des leçons que les élèves pourront faire à la maison.

Une petite fille avec un sac à dos vue de dos alors qu'elle entre dans la cafétéria d'une école.

Les écoles seront fermées pendant trois semaines entre le 23 mars et le 13 avril.

Photo : Getty Images / SDI Productions

Gavin Boutroy

Le gouvernement du Manitoba annonce qu’il va fermer les écoles pendant trois semaines à compter du 23 mars.

Le ministre de l’Éducation du Manitoba, Kelvin Goertzen, indique que cette fermeture « proactive » de trois semaines vise à enrayer la propagation de COVID-19 dans la province.

« Nous pensons avant tout à la santé et au bien-être de tous les Manitobains. Nous croyons que le Manitoba doit être proactif quant à la COVID-19. Nous devons prendre une longueur d’avance sur le virus, plutôt que de courir derrière », explique le ministre, en précisant que la province pense que ses écoles sont sécuritaires.

Les écoles du Manitoba seront donc fermées pendant la semaine de relâche qui débute le 30 mars, ainsi que pendant la semaine qui la précède et celle qui la suit. Elles rouvriront le 13 avril, à moins d’avis contraire.

Le Dr Brent Roussin, médecin hygiéniste en chef du Manitoba, souligne que cette décision a été prise après des discussions avec les autorités d’autres gouvernements au pays et en consultation avec le secteur de l’éducation.

Jusqu’ici, un cas de COVID-19 a été confirmé au Manitoba et trois autres personnes sont en attente de confirmation. Dans ces quatre cas, les personnes ont contracté la maladie alors qu’elles étaient à l’extérieur du pays. Il n’y a aucune indication que le virus a été transmis au Manitoba même jusqu’ici, note le ministre.

Des actions comme celle-ci montrent que nous ne sommes pas impuissants face à ce virus.

Brent Roussin, médecin hygiéniste en chef du Manitoba

Kelvin Goertzen affirme que la fermeture des écoles est annoncée une semaine avant son entrée en vigueur pour permettre aux parents d’organiser la garde de leurs enfants et aux enseignants de préparer des leçons que les élèves pourront suivre à domicile « lorsque c’est possible ».

Les enseignants ne seront pas renvoyés chez eux pendant cette période. Nous allons demander aux enseignants d’être à l’école avant et après la semaine de relâche pour préparer ces leçons, ajoute le ministre.

Les autres employés des écoles pourraient être appelés à effectuer du nettoyage et à préparer les écoles pour le retour des élèves, poursuit-il.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a souligné que cette mesure vise à faire régner la confiance plutôt que la peur.

La province n’a pas encore pris de décisions concernant les établissements postsecondaires ou les garderies, ajoute-t-il.

M. Pallister dit que le public saura avant le 13 avril si les écoles doivent rester fermées plus longtemps.

Un défi pour les parents

C’est quelque chose que l'on suit de très près depuis deux jours, affirme la directrice générale de la Fédération des parents du Manitoba, Brigitte L’Heureux.

Si elle estime que la période d’ici au 23 mars sera utile, elle s'inquiète pour les parents qui ne pourront pas rester à la maison avec leurs jeunes. C’est vraiment l’impact économique de cette situation-là, comment est-ce que les employeurs vont être prêts à accommoder les parents qui doivent rester à la maison, dit-elle.

Elle souligne que les services de garde attendent toujours des consignes de la province.

Malgré une semaine de préparation, certains parents disent qu'ils devront redoubler d'ingéniosité pour se réorganiser. C'est le cas de Liliane Jègues, qui a trois enfants d’âge scolaire.

Ô, mon doux, qu’est-ce que je dois faire, lance-t-elle. Elle affirme qu’il faudra faire preuve de créativité pour occuper les enfants et pour s’assurer qu’ils ne perdent pas la matière qu’ils ont apprise.

J’espère vraiment que les enseignants vont être capables au moins de nous envoyer un petit livret d’activités, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé publique