•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout le village l'appelle Mémère

Une dame devant l'emblème de Foleyet.

Mémère est établi à Foleyet depuis 1941.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Mémère, voilà comment les habitants de Foleyet surnomment affectueusement Rollande Vallée Desrochers. Cette femme de 88 ans veille sur les aînés du village en leur faisant de la popotte ou encore en tricotant une paire de bas de laine.

Rollande Vallée Desrochers connaît tous les moindres secrets de Foleyet, elle y est débarquée en plein milieu de la Deuxième Guerre mondiale, en 1941. On peut voir la fierté dans ses yeux quand elle souligne qu'elle vient de fêter le 79e anniversaire de son déménagement dans cette petite municipalité.

Une femme pose avec la tête d'un orignal blanc.

Mémère pose avec l'un des plus grands symboles de Foleyet; l'orignal blanc qui porte un chapeau de Noël.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Le fait qu'on la surnomme Mémère au village vient un peu de là. Elle raconte qu'elle est celle qui habite Foleyet depuis le plus longtemps. Le surnom a pris naissance lorsque mes petits-enfants allaient à l'école, leurs amis m'appelaient aussi Mémère et maintenant c'est mémère avec le grand monde.

La mémoire d'un village

En plein après-midi, on cogne à la porte de Mme Vallée Desrochers. Le visage à la porte n'a aucun lien de parenté et pourtant on entend : Bonjour Mémère.

Denise Godin a une enveloppe à la main contenant des photos d'archives de Foleyet.

Mémère, c'est mon historienne, elle a une excellente mémoire et se souvient de tout le monde qui a vécu ici. Elle retient les faits très, très bien. Quand je veux savoir si tel évènement est arrivé à Foleyet, je viens voir Mémère.

Une citation de :Denise Godin
Une grand-mère tricote.

Mme Desrochers occupe de son temps en tricotant pour les familles dans le besoin du Mexique et de Foleyet. ( Photo prise avant la pandémie)

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Mme Vallée Desrochers se souvient de la Deuxième guerre, et maintenant traverse l'actuelle pandémie.

Je dirais que la COVID-19 est la Troisième Guerre mondiale. Au lieu que ce soit juste les hommes qui sont envoyés au combat, tout le monde se bat contre le même ennemi.

Une citation de :Rollande Vallée Desrochers

Je sortais juste pour faire mes petites commissions ou je sortais dans ma cour, c'est toute. Je courais pour pas l'attraper, relate-t-elle.

Mme Desrochers prend toutes les précautions nécessaires. Elle ne voudrait surtout pas tomber au combat comme l'ont fait les héros de guerre de Foleyet, les soldats Tremblay, Courtemanche et Bowman.

C'était plus brutal à Foleyet entre 1939-1945 qu'aujourd'hui avec le COVID.

Une citation de :Rollande Vallée Desrochers

La petite communauté de Foleyet, situé entre Chapleau et Timmins, a été épargnée par le virus, alors qu'aucun des 200 habitants de ce petit village n'a contracté la COVID-19.

Une dame montre des photos d'archives à l'aîné du village.

Quand Mme Godin veut des conseils sur l'histoire de Foleyet, elle va voir Mémère qui connaît tout sur ce village. Mme Desrochers n'a jamais quitté le village depuis 1941. ( Photo prise avant la pandémie)

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Mémère souligne que Mme Godin vient aussi lui rendre visite pour d'autres services. Quand elle a une petite déchirure dans ses vêtements, Mme Godin vient me voir.

Mme Godin éclate de rire, elle avait oublié ce détail qui refait surface. Ça fait 3-4 fois que j'ai un petit défaut avec un morceau de linge qui est précieux pour moi, mémère est toujours là pour nous sauver.

Le tricot pour le réconfort

Veuve, Mémère passe la majeure partie des journées à faire du tricot. Elle fait des paires de bas de laine, de mitaines, des couvertures. La majeure partie de sa production est envoyée directement au Mexique.

J'ai envoyé une cinquantaine de paires de bas au Mexique. Ma fille et son mari restent là. Ils voient beaucoup de familles dans le besoin et ça me fait chaud au coeur de les aider.

Une citation de :Rollande Vallée Desrochers
Une grand-mère remet des bas à une dame.

La fille de Mme Desrochers pose avec les paires de bas qu'elle amènera au Mexique.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

La fille de Mme Desrochers, Francine Lévesque, raconte avoir eu l'idée d'amener les paires de bas de laine que tricote sa mère avec elle au Mexique après y avoir vu le mercure chuter jusqu'à 5 degrés Celsius.

Comme Canadiens, on est équipés pour le froid, au Mexique quand le mercure chute à 5 degrés en janvier, c'est glacial pour eux.

Mme Lévesque dit prendre le temps de les offrir à ceux qui vont l'apprécier. Ce moment de partage nous permet de créer de beaux souvenirs et de beaux sourires.

Cuisiner pour les aînés du village

Rien n'arrête Mémère, qui occupe aussi son temps en faisant la cuisine telle une grand-mère pour le vieux monde. Pendant la pandémie, elle fait des fèves au lard pour M. Bélanger ou encore une tourtière pour un homme de 94 ans.

Ça me tient heureuse, je sais qu'il y a toujours quelqu'un qui attend pour quelque chose, souligne Mémère qui se garde saine d'esprit en donnant au suivant et en tricotant.

Mémère cuisine des fèves aux lards.

Mémère cuisine comme elle le dit, un met de l'ancien temps, de bonnes fèves au lard. ( Photo prise avant la pandémie)

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Dans le village de Foleyet, tout le monde peut compter sur Mémère en situation de crise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !