•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales au Nouveau-Brunswick : l’incertitude

Insertion d'un bulletin de vote dans une tabulatrice au Nouveau-Brunswick

Les élections municipales au Nouveau-Brunswick doivent avoir lieu le 11 mai 2020.

Photo : Radio-Canada

La pandémie de coronavirus pourrait compliquer la tenue du prochain scrutin municipal dans les villes du Nouveau-Brunswick, laisse entendre vendredi la directrice générale des élections de la province, Kimberly Poffenroth.

Mme Poffenroth dit être en discussions depuis plusieurs jours avec des responsables du gouvernement provincial pour déterminer si les élections peuvent se dérouler comme prévu.

Les élections municipales au Nouveau-Brunswick doivent avoir lieu le 11 mai.

Il n’y a pas de solution facile à la situation actuelle, explique Kimberly Poffenroth vendredi.

Étant donné les avertissements des responsables de la santé au sujet des rassemblements de masse durant cette éclosion, et compte tenu du fait qu’une élection générale représente des centaines de milliers de citoyens du Nouveau-Brunswick votant dans des milliers de bureaux de scrutin opérés par 4000 travailleurs d’élections, il y a des préoccupations évidentes au sujet de la sécurité publique, écrit-elle.

Kimberly Poffenroth assise à un bureau devant une affiche d'Élection NB.

La directrice générale des élections au Nouveau-Brunswick, Kimberly Poffenroth, en 2018.

Photo : La Presse canadienne / Kevin Bissett

Ces dernières semaines, plusieurs villes, provinces ou États, notamment des provinces canadiennes, ont interdit les rassemblements de plusieurs centaines de personnes afin de minimiser les risques de contagion, et de nombreux événements sportifs et culturels ont été remis ou annulés.

La directrice générale des élections souligne qu’elle ne détient pas l’autorité de remettre ou d’annuler une élection. Pour que cette chose soit possible, l’Assemblée législative doit entériner par un vote des modifications à la loi électorale de la province.

Quelles alternatives?

Bulletin de vote par la poste d'Élections Colombie-Britannique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un bulletin de vote par la poste utilisé lors d'un référendum provincial sur la réforme du mode de scrutin en Colombie-Britannique en 2018.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Selon Élections NB, il y avait 372 900 électeurs admissibles aux élections municipales de 2016. Environ la moitié, soit 187 914 électeurs, se sont prévalus de leur droit de vote. En plus du jour même du scrutin, il y avait deux journées de vote par anticipation. Le total des votes inclut 13 000 bulletins spéciaux, certains acheminés par courrier postal.

Dans un rapport faisant le bilan du scrutin de 2016, le directeur des élections municipales Michael Quinn, prédécesseur de Kimberly Poffenroth, évoquait la possibilité de tenir une élection entièrement par courrier postal, afin notamment de réaliser des économies substantielles.

On y donnait en exemple la Colombie-Britannique, qui a tenu avec succès des référendums provinciaux entièrement par courrier. En 2011, plus d'un million et demi de personnes avaient voté de cette manière.

Vendredi, la directrice générale des élections Kimberly Poffenroth ne s’est pas avancée sur les options envisagées pour le scrutin municipal de cette année. Elle indique qu’elle communiquera les directives du gouvernement provincial dès que possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !