•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget de Blaine Higgs est adopté et des élections hâtives sont évitées

Le premier ministre Blaine Higgs le 17 février 2020 à Fredericton.

Photo : La Presse canadienne / Stephen MacGillivray

Dans le cadre d'une mesure exceptionnelle, le budget du Nouveau-Brunswick a été adopté de manière précipitée.

Les députés des partis politiques représentés à l'Assemblée législative ont décidé à l'unanimité d'accélérer le passage du vote en raison de la COVID-19.

Nous sommes au beau milieu d’une situation sans précédent avec les préoccupations entourant la propagation de la COVID-19, a affirmé le chef du Parti libéral, Kevin Vickers.

Les détails du budget provincial sont devenus désuets au cours des 24 dernières heures, alors que notre système de santé et notre fonction publique doivent rapidement prélever des fonds à partir de ce budget excédentaire pour répondre aux besoins des gens du Nouveau-Brunswick durant l’éclosion de la COVID-19, a affirmé le chef du Parti vert, David Coon.

Les travaux de la Chambre se poursuivront à l’Assemblée législative le mardi 17 mars, alors que les députés détermineront ce qui est nécessaire pour appuyer les opérations gouvernementales en réponse à la COVID-19.

Un budget adopté grâce au vote de David Coon

Tous les députés libéraux se sont abstenus de voter ainsi que deux députés verts, mais grâce au vote de David Coon et à ceux des trois députés de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, le gouvernement minoritaire de Blaine Higgs reste au pouvoir.

Depuis le dépôt du budget mardi, l’avenir du gouvernement minoritaire progressiste-conservateur reposait entre les mains des députés verts. Le chef David Coon avait affirmé que les trois élus étaient libres de voter comme ils le souhaitaient. Il n'y avait pas de ligne de parti chez les verts.

Finalement, Kevin Arsenau et Megan Mitton se sont abstenus, mais leur chef, lui, a voté en faveur du budget. L'issue de ce vote déterminait si le gouvernement de Blaine Higgs restait en place ou non.

Nous n'avons pas besoin de faire confiance à ce gouvernement pour préserver le bien public, a déclaré le chef David Coon en Chambre alors qu’il annonçait ses intentions d’appuyer le budget vendredi.

Ce n’est pas assez, mais c’est un progrès.

David Coon, chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick

Depuis plusieurs jours, les libéraux, l’opposition officielle, partageaient haut et fort leur l’intention de voter contre le budget dans une tentative de renversement du gouvernement de Blaine Higgs. Finalement, ils se sont abstenus de voter en bloc.

Un gouvernement minoritaire sauvé

Considérant que les progressistes-conservateurs ont 20 députés et que les libéraux en ont 19 députés à l’Assemblée législative en plus du président de la Chambre, tous les yeux étaient rivés sur les trois députés du Parti vert, les trois de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick et le député indépendant Robert Gauvin.

Le positionnement de chaque député par rapport au budget est devenu une véritable course.

L’issue de ce vote de confiance et donc le déclenchement d’élections hâtives reposaient sur les épaules des plus petits partis.

Robert Gauvin s'est abstenu de voter. Les alliancistes s'étaient pour leur part engagés à appuyer le budget de Higgs.

C'est un gouvernement minoritaire où mes collègues et moi-même, au sein du caucus des verts, avons la balance des responsabilités. Nous n'avons pas besoin de faire confiance à ce gouvernement pour sauvegarder le bien public. Pas un seul projet de loi ne peut être adopté sans notre soutien, a déclaré David Coon.

Récemment, David Coon a indiqué qu'il était prêt à appuyer le budget afin d'éviter le déclenchement d'élections en raison du coronavirus.

Réduire la pauvreté

Depuis des mois, les verts ont fait de la lutte contre la pauvreté une priorité. Ils font pression sur les progressistes-conservateurs pour qu’ils bonifient les prestations d’aide sociale.

Dans son nouveau budget, le gouvernement s’est engagé à augmenter les prestations et les indexer au coût de la vie.

Cette mesure n’est pas suffisante aux yeux des verts, mais mieux que rien, ont-ils dit.

Voter contre ce budget, c’est nier que l’aide sociale est indispensable pour les bénéficiaires. C’est réduire l’aide financière pour les jeunes qui s’endettent et c’est annuler les augmentations de salaire pour le personnel d’aide à domicile et les jeunes travailleurs, a expliqué le chef.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale