•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec annonce la fermeture des écoles, cégeps et universités

Des mesures d'aide financière seront annoncées sous peu par Québec pour aider entreprises et personnes qui ne pourront pas travailler, en raison de la COVID-19.

Une cour d'école vide.

Écoles, cégeps et universités sont fermés jusqu'au 30 mars au Québec, en raison de la pandémie de coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, François Legault, annonce que les écoles, les cégeps et les universités demeureront fermés pour deux semaines. Les services de garde sont aussi touchés par cette fermeture.

La réouverture prévue des établissements d'enseignement et des services de garde est fixée au 30 mars.

On n’exclut pas [...] si c’est nécessaire, de fermer l’Assemblée nationale, a déclaré le premier ministre Legault.

Au Québec, à ce jour, 17 cas de coronavirus ont été confirmés. Au Canada, le risque global de contagion demeure faible et un seul décès − en Colombie-Britannique − a été recensé à ce jour en lien avec la COVID-19.

Pour dresser l'état de la situation vendredi, le premier ministre Legault était notamment accompagné de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, et du directeur national de la Santé publique du Québec, Horacio Arruda.

La fermeture des garderies touche l'ensemble du réseau des services éducatifs de garde à l'enfance, que ce soit en installations ou en milieu familial, a précisé le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

Des services de garde resteront ouverts pour s'adapter au personnel qui assure les services essentiels, en santé notamment.

Je comprends que ça va amener de gros casse-tête aux parents, mais c'est une responsabilité qu'on a, un défi pour les deux prochaines semaines : s'assurer qu'on ait le moins de cas possible.

François Legault
Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le premier ministre du Québec François Legault.

Covid-19 : toutes les écoles et les garderies fermées

Photo : Radio-Canada

Si la fermeture englobe aussi les services de garde, c'est parce que certains des enfants qui les fréquentent sont allés à l’extérieur dans un certain pourcentage assez élevé durant la semaine de relâche, a dit M. Legault.

Bon, ces personnes sont revenues la plupart la semaine dernière donc, techniquement, [elles] ont pu contaminer des personnes dans ces établissements-là cette semaine, a-t-il reconnu.

Des employés absents...

Le premier ministre a demandé la coopération des employeurs à cet égard. Il affirme que des mesures seront annoncées dans les jours à venir pour aider financièrement les entreprises et les individus qui ne pourront pas se rendre au travail.

On ne vous laissera pas tomber, mais je vous demande votre collaboration.

François Legault

Tout le monde va être payé dans les garderies, les écoles, a spécifié le premier ministre.

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, travaille, lui, sur des mesures destinées au secteur privé.

Ce programme de compensation financière sera conçu pour éviter que les gens se sentent forcés d'aller au travail, a indiqué M. Legault. Il visera les entreprises et les personnes. On dit aux employés : ne vous inquiétez pas, on va arriver avec une mesure très rapidement.

Une clôture d'une cour d'école fermée avec un cadenas.

La santé publique se dit consciente que des familles ont pu voyager à l'étranger durant la semaine de relâche.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les enfants ne sont pas en péril

Pour rassurer les personnes qui s'inquiéteraient en raison de la fermeture des écoles, le directeur de la santé publique du Québec a fourni ces explications : Ce n’est pas parce que les enfants sont à risque de maladies plus importantes. J’aimerais rassurer les parents qui ont peur pour leurs enfants [...].

Horacio Arruda a rappelé qu'aucun cas de mortalité d'enfant lié à la COVID-19 ne s'est produit jusqu'à présent, même dans l'expérience de [la] Chine.

La décision de fermer écoles et services de garde est davantage liée aux voyages qu'ont pu effectuer les familles récemment. Les cas qui sont revenus, qu'on a eus récemment, sont des cas qui ont voyagé dans certains pays, particulièrement durant la semaine de relâche, a expliqué M. Arruda.

On veut éviter là que ça s'introduise [...] parce qu'il y a une augmentation des voyages des parents, etc.

La situation étant évaluée au jour le jour, la Direction de la santé publique n'exclut pas que les fermetures d'établissements soient prolongées, selon l'évolution de la maladie.

Le directeur de la santé publique a reconnu qu'il fallait de bonnes raisons pour brimer ainsi les droits des personnes. Mais on pense que c'est important maintenant, a-t-il insisté.

M. Arruda a expliqué que, pour prendre ces décisions, les autorités ont été influencées par ce qui s'est fait ailleurs, notamment en Italie, tout entière en quarantaine depuis lundi.

Au Québec, une telle décision de fermer écoles et garderies n'aurait pas été judicieuse à la fin de janvier, a poursuivi M. Arruda, la population n'était pas au rendez-vous.

Trop tard?

Le Québec a-t-il agi trop tard pour freiner la propagation de la maladie? La question a été posée à Horacio Arruda : On peut toujours dire ça, a-t-il avancé.

Je ne pense pas que c'est trop tard, a-t-il poursuivi. Certains disent qu'il n'y a pas encore de transmission locale. [Avec les mesures prises], on réduit l'impact de la semaine de relâche, on vient un peu corriger la situation.

Il est possible qu'il y ait eu de la transmission depuis, mais on n'a pas vu de signaux comme tel, ajoute le directeur de la santé publique.

J'aimerais ça vous dire qu'il n'y aura plus rien à la Saint-Jean, mais je ne suis pas en mesure de dire ça.

Horacio Arruda

Et les visiteurs étrangers?

Afin de tenter d'endiguer la propagation de la COVID-19 au pays, le gouvernement du Canada a annoncé vendredi qu'il restreignait l'arrivée des bateaux de croisière et des avions en provenance de l'étranger.

De plus, la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, a recommandé à tous les Canadiens de reporter ou d’annuler tous les voyages non essentiels hors du pays.

À Québec, le cabinet de M. Legault a fait savoir qu'il analysera ces annonces du fédéral.

Plus tôt, vendredi, M. Legault avait réclamé d'Ottawa qu'il limite dans les plus brefs délais le nombre de voyageurs de l'étranger arrivant au Canada.

Le gouvernement du Québec demande aussi au fédéral qu'il fasse mieux connaître les directives de la santé publique dans les aéroports.

Où appeler?

La ligne 811 étant engorgée, le gouvernement Legault demande aux gens de faire le 1 877 644-4545 pour toute question relative à la COVID-19 ou inquiétude vis-à-vis de leur santé dans le contexte.

Je veux rassurer la population, c'est [un problème] qu'on va régler très rapidement, a déclaré la ministre de la Santé, Danielle McCann.

La réponse sera plus robuste, a-t-elle dit, en précisant qu'il y aura dès maintenant l'ajout de 88 infirmières au service Info-Santé pour répondre aux appels.

Répondant à l'observation d'un journaliste, qui lui faisait remarquer que vendredi matin, le 1 877 644-4545 ne fonctionnait toujours pas, Mme McCann a évoqué un problème dû à un changement technique.

On va régler ça aujourd'hui, a-t-elle promis.

Le site Internet du gouvernement du Québec (Nouvelle fenêtre) contient aussi de l'information étoffée sur la COVID-19, a dit le premier ministre.

Pas de pénuries

Des consommateurs redoutant une mise en quarantaine ont pris d'assaut les rayons des épiceries, jeudi, particulièrement au Québec.

À ce chapitre, François Legault a affirmé qu'en matière d'approvisionnement en nourriture et autres, aucune pénurie n'était à craindre.

C'est important que les gens ne s'inquiètent pas; les épiceries vont continuer à être approvisionnées et les camionneurs [...] vont continuer à livrer la marchandise, a-t-il déclaré.

Le premier ministre a précisé que les camionneurs et le personnel navigant n'étaient pas assujettis à la quarantaine de 14 jours.

Des mesures draconiennes

Jeudi, dans le but de contenir le plus possible la COVID-19 dans la province, M. Legault avait annoncé des mesures draconiennes. À toute personne qui revient de l'étranger ou qui présente des symptômes s'apparentant à la grippe, il a demandé de se mettre en quarantaine préventive pour quatorze jours.

Le personnel du gouvernement et des grands réseaux de services sociaux comme ceux de la santé, des services de garde et de l'éducation s'est quant à lui vu ordonner, par M. Legault, de se mettre en quarantaine préventive. Et ce, qu’il s’agisse d’établissements privés ou publics.

M. Legault avait aussi demandé à ce que les événements rassemblant plus de 250 personnes ne soient plus tenus. Cela a entraîné l'annulation de quantités de manifestations sportives et culturelles.

Cette recommandation visant les rassemblements ne s'applique pas aux transports en commun, notamment parce qu'il faut maintenir des services essentiels, a expliqué le premier ministre.

Cela dit, les autorités cherchent à faire en sorte qu'il y ait moins de monde aux heures de pointe dans les transports en commun.

Congé de devoirs...

La situation actuelle fait qu'écoliers et enseignants se retrouvent véritablement en congé : On ne demande pas aux enseignants de rentrer travailler ni de préparer des choses de la maison pour les élèves, a dit le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge.

Arrêt proposé des négociations

Le gouvernement Legault a aussi proposé aux syndicats de suspendre les négociations dans les secteurs public et parapublic jusqu'au 5 avril prochain. Québec affirme qu'il veut ainsi agir en cohérence avec les lignes directrices annoncées par le gouvernement.

Avec les informations de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !