•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Coronavirus et désinformation : modifiez vos comportements sur les réseaux sociaux

En plus d'appliquer les mesures de santé publique, il est important d'éviter de propager de fausses informations à propos du coronavirus.

Une jeune femme porte un masque et utilise un ordinateur portable.

Les réseaux sociaux aussi peuvent être infectés par la désinformation.

Photo : Getty Images / filadendron

Les autorités de santé publique à travers le monde demandent aux citoyens de modifier leurs habitudes pour tenter de ralentir la pandémie de COVID-19 : se laver les mains fréquemment, éviter les foules, se mettre en quarantaine volontaire lorsque l'on ressent des symptômes grippaux. En plus de ces mesures, nous devons aussi tous modifier nos comportements sur les réseaux sociaux pour éviter de propager des fausses nouvelles à propos de la crise.

Déjà, le 30 janvier, les Décrypteurs vous disaient que l'éclosion du coronavirus en Chine avait provoqué « une crise de désinformation sans précédent ». C'est toujours vrai. Or, à mesure que la crise progresse de pays en pays, nous devons tous faire preuve d'une vigilance accrue.

En plus d'alimenter la panique, la désinformation à propos de la crise ne peut que compliquer le travail des gens qui tentent réellement de freiner la progression de la pandémie. Les fausses nouvelles peuvent avoir de vraies conséquences.

Voici quelques pistes de réflexion pour que vous puissiez aider à ralentir la pandémie de désinformation.

Partagez seulement des sources d'informations fiables

Deux micros, avec un drapeau canadien en arrière-plan.

Privilégiez les sources d'informations locales que vous connaissez bien.

Photo : getty images/istockphoto / Rawf8

Les réseaux sociaux font en sorte que nous sommes exposés à des sources d'informations provenant des quatre coins de la planète. Il est déjà compliqué en temps normal de départager les sources fiables des sources douteuses. Or, en temps de crise, c'est encore pire.

Privilégiez les sources d'informations médiatiques locales que vous connaissez bien. Si vous ne connaissez pas le média ou la page Facebook qui relaie une information, évitez de la partager.

Un avis de santé publique émis par le gouvernement marocain ne s'applique pas ici. Une nouvelle provenant de la France ne représente pas nécessairement la réalité d'ici non plus.

Il en va aussi des supposés remèdes ou des conseils de santé pour combattre la pandémie : ne faites confiance qu'aux autorités de santé publique locales.

Ne partagez pas d'images ou de vidéos qui décrivent « ce qui se passe réellement »

Depuis le début de la crise, nous avons reçu énormément de questions à propos de vidéos ou d'images qui circulent sur les réseaux sociaux et qui montrent supposément ce qui se passe sur le terrain dans tel ou tel pays.

Non seulement est-il souvent impossible de vérifier ces vidéos, filmées par des personnes inconnues dans des lieux non déterminés, mais il est beaucoup trop facile de détourner le sens d'une image ou d'une vidéo. Nous avons vu, par exemple, des vidéos datant de 2018 être récupérées pour parler de la crise actuelle.

Privilégiez plutôt les reportages qui expliquent le contexte des images que vous voyez.

Évitez la spéculation

Bien malin est celui ou celle qui peut prédire l'avenir.

La situation actuelle évolue extrêmement rapidement. Ce qui était vrai hier ne l'est plus nécessairement aujourd'hui.

Évitez donc de partager des publications qui contiennent de la spéculation sur l'évolution de la crise. Personne ne sait vraiment ce qui se passera demain. Prenons la situation un jour à la fois. Suivez les informations provenant de sources fiables à mesure que la crise évolue.

La spéculation donne souvent lieu à la peur et la panique, ce qui n'est bon pour personne.

Vous avez vu une publication circuler et vous voulez que les Décrypteurs la vérifient?

Envoyez-nous un courriel (Nouvelle fenêtre). Vous pouvez aussi joindre le groupe Facebook des Décrypteurs (Nouvelle fenêtre), ou nous suivre sur Twitter (Nouvelle fenêtre).

Faites moins de bruit

Le coronavirus inquiète tout le monde. Il est normal de vouloir donner son opinion, d'y mettre son grain de sel. Par contre, les fils d'actualité sont gorgés de publications à propos de la COVID-19 provenant de toutes parts. Ça peut non seulement créer de la confusion, mais aussi une sorte de paralysie : quoi et qui croire? Où donner la tête?

Avant de cliquer sur « publier », posez-vous quelques questions :

  • Est-ce nécessaire?
  • Pourquoi est-ce que je veux publier ceci?
  • Est-ce que j'alimente la peur?
  • Est-ce que j'informe mes amis?

Prenez une grande respiration

Un homme est « zen » devant un ordinateur portable.

Il faut réfléchir avant de publier quelque chose sur les réseaux sociaux.

Photo : getty images/istockphoto / Prostock-Studio

Sur les réseaux sociaux, la vitesse tue.

Avant de partager quelque chose, prenez une grande respiration. Évaluez calmement ce que vous vous apprêtez à partager. Allez vous servir un café ou prenez une petite marche. Arrosez une plante. Flattez votre animal de compagnie.

Vos amis – et la société en général – vous en remercieront.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Santé