•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants catholiques de l’Ontario s’entendent avec le gouvernement

Des enseignants manifestent dans une rue de Toronto.

Des enseignants manifestent à Toronto en février.

Photo : Radio-Canada / Evan Tsuyoshi Mitsui

Radio-Canada

Le syndicat représentant les enseignants catholiques de l’Ontario (OECTA) a conclu une entente de principe avec le gouvernement Ford.

Il devient le premier syndicat majeur de travailleurs de l’éducation à s’entendre avec le gouvernement depuis le début du conflit de travail qui a eu cours lors des derniers mois.

L'Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens (OECTA) représente 45 000 enseignantes et enseignants (élémentaire et secondaire) du système scolaire catholique anglais.

De son côté, le syndicat qui représente les enseignants francophones, l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), dit qu'il vient d'apprendre la nouvelle et qu'il n'est pas prêt à réagir pour le moment.

Liz Stuart, présidente de l'OECTA, affirme que le syndicat suspend tous les moyens de pression jusqu'à ce que les membres votent sur l'accord. Le vote devrait se dérouler les 7 et 8 avril prochains, selon le syndicat.

Les détails de l'accord n’ont pas été rendus publics.

Pas d'accord en vue du côté des enseignants francophones

L’OECTA a négocié la meilleure entente possible pour ses membres, a réagi le président de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), Rémi Sabourin. Pour ce qui est de son syndicat, bien que la négociation a avancé avec le gouvernement et les conseils scolaires, il reste encore du travail à faire, surtout au niveau des conseils scolaires, pour en arriver à une entente qui est gagnante pour les élèves et gagnante pour les enseignantes et enseignants.

Pendant ce temps, la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l'Ontario (FEEO) négocie avec le gouvernement pour la deuxième journée consécutive, après que les pourparlers se sont prolongés tard dans la soirée de mercredi.

La FEEO a également annoncé jeudi qu'elle suspendait la grève tournante, qui devait commencer le 23 mars, en raison de la pandémie de COVID-19.

Les négociations ont repris avec tous les syndicats, à l'exception de la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO), après les concessions du ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, sur les questions de la taille des classes et des cours en ligne.

Le gouvernement a proposé d'augmenter la taille moyenne des classes du secondaire de 22, l'année dernière, à 23, l'année prochaine, au lieu de l'objectif initial de 28, et d'autoriser une dérogation pour les cours en ligne que le gouvernement voulait rendre obligatoires.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !