•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, la Chine n’enterre pas « tous ses animaux porteurs du virus »

Une vidéo virale affirme faussement que la Chine tue massivement des porcs et de la volaille porteurs du coronavirus.

Des camions remplis de porcs. Le mot FAUX est écrit sur l'image.

Une vidéo prétend montrer que des animaux sont enterrés vivants en Chine car ils seraient porteurs du coronavirus.

Photo :  Capture d’écran - YouTube

Un montage vidéo visionné près de 200 000 fois sur YouTube prétend montrer des exécutions massives d’animaux qui seraient liées à l’épidémie de coronavirus.

La vidéo intitulée « La Chine enterre vivants tous ses animaux porteurs de virus » montre différentes séquences où l’on voit d’abord des centaines de porcs vivants transportés par camion et jetés dans des fosses. Par la suite, on voit des canards et des poussins subir le même sort.

Le montage insinue que ces animaux seraient tués parce qu'ils seraient porteurs du coronavirus. Cette affirmation est fausse.

Selon une vérification de l’agence Associated Press (Nouvelle fenêtre), les vidéos de porcs remontent à 2018 et seraient liés à l’épidémie de peste porcine africaine qui a frappé la Chine à l’époque. Plus d’un million de porcs ont dû être tués en Chine parce qu'ils étaient porteurs de ce virus et risquaient de contaminer le reste du bétail. Ce virus ne s’attaque toutefois pas à l’humain.

L’origine des vidéos de canards et de poussins tués est plus nébuleuse. L’agence de presse Reuters (Nouvelle fenêtre) a toutefois interviewé des producteurs de volaille en Chine et ceux-ci affirment qu’ils ont été obligés d’euthanasier une partie de leur élevage, car ils ne sont plus en mesure de les nourrir ni de les vendre.

En effet, les mesures pour éviter la propagation du coronavirus en Chine ont interrompu le transport de volaille et de nourriture. Les autorités chinoises croient que la volaille pourrait poser un risque de propagation du virus. Toutefois, rien n’indique que les animaux des éleveurs interviewés par Reuters étaient porteurs de la maladie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International