•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une caserne de pompiers rouverte après une frayeur à cause de la COVID-19

Une caserne de pompiers en brique avec un drapeau canadien.

La caserne de pompiers numéro 21 à Winnipeg est rouverte.

Photo : Radio-Canada / Sean Kavanagh

Gavin Boutroy

La caserne de pompiers numéro 21 de Winnipeg, située dans le quartier de Transcona, a été rouverte après avoir été placée en isolement jeudi matin, en raison d’une potentielle exposition à la COVID-19.

Les travailleurs de la caserne dans le nord-est de la ville peuvent maintenant sortir de leur isolement. Après des consultations avec les autorités sanitaires provinciales, il a été déterminé que le risque d'exposition était négligeable ou inexistant, indique un communiqué de la Ville.

Jeudi matin, des premiers répondants s’étaient présentés sur les lieux d’une urgence médicale, où il n’y avait pas de mention de symptômes de la grippe. En recueillant plus d’information, il a été déterminé qu’ils étaient peut-être à risque d’avoir eu des contacts avec un patient souffrant de la COVID-19, indiquait un communiqué précédent.

Pour des raisons de confidentialité, aucun détail supplémentaire sur l’état du patient ne peut être fourni.

Le syndicat des pompiers est inquiet

Le président du syndicat des pompiers, Alex Forrest, indique que c’était une situation qui se passe mille fois, on se présente à un appel pour une raison médicale et on découvre que c'est pour une autre raison médicale. Cette fois, l’autre raison médicale c’est la possibilité du coronavirus.

Nous sommes aux premières lignes [...] nous arrivons sur les lieux en premier et c’est le moment le plus dangereux, parce qu'on ne sait plus à quoi s’attendre lorsque l’on se présente, affirme-t-il.

Selon M. Forrest, des pompiers sont préoccupés par ce que certains qualifient d'absence de procédure ou de politiques pour les premiers répondants susceptibles d’être exposés à la COVID-19. On reçoit des douzaines d’appels de pompiers qui demandent quelle sera la procédure ou politique. Ils sont inquiets pour eux, mais aussi pour leur famille, dit-il.

Si cela se poursuit une large part des pompiers de la ville pourraient se trouver en quarantaine et cela pourrait peser sur le système d’urgence.

Des pompiers sont en quarantaine partout en Amérique du Nord en ce moment. Nous avons besoin d’une politique à Winnipeg, dit-il.

Pas de panique, dit le maire

Dans la foulée de l'annonce d'un premier cas présumé de la COVID-19 à Winnipeg, le maire de Winnipeg, Brian Bowman, lance un appel au calme.

Bien que la nouvelle du premier cas présumé de la COVID-19 dans la ville de Winnipeg est inquiétante, les citoyens devraient savoir que nous prenons toutes les étapes nécessaires pour protéger leurs santé et leur sécurité, dit-il.

Le gestionnaire du centre d'urgences de la Ville, Jason Shaw, affirme que le degré de risque pour les Winnipegois demeure bas.

C’est une situation qui change et qui évolue et la Ville est préparée. J’ai confiance que l’on pourra continuer la planification pour s’ajuster à ces changements, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Coronavirus