•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les employés d'une institution fédérale forcés de faire du télétravail

Sur la porte, une affiche sur laquelle on peut lire : « Prenant effet immédiatement, vous êtes priés de travailler de la maison.»

Des espaces de travail sont vides au Bureau du surintendant des institutions financières du Canada à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Les bureaux du siège social du surintendant des institutions financières (BSIF) à Ottawa sont fermés temporairement puisqu'un employé est présentement testé pour le coronavirus.

Selon Michael Toope, porte-parole du BSIF, les 360 employés qui travaillent dans cet édifice font du télétravail en attendant les résultats du test. À noter qu’à l’heure actuelle, il ne s’agit pas d’un diagnostic présumé ou confirmé, a précisé M. Toope. Les opérations continuent normalement.

Le liquide désinfectant est sur le comptoir près d'une sonnette d'appel.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le gel désinfectant dans les espaces évacués du Bureau du surintendant des institutions financières du Canada.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Le siège social du BSIF est situé au 255 , rue Albert, au centre-ville d'Ottawa. Au douzième étage, les espaces du bureau sont vides et des affiches ont été installées sur les portes.

On peut y lire : « Prenant effet immédiatement, vous êtes priés de travailler de la maison. Si vous avez besoin d'assistance, veuillez vous présenter au 12e étage. »

Le porte-parole a expliqué que la santé et la sécurité des employés étaient primordiales et qu'aucune date de retour n'est encore fixée. Il a affirmé que l'organisme aurait pris les mesures nécessaires pour nettoyer les aires affectées de ses bureaux.

Des individus entrent dans l'édifice du 255 Albert.

Des individus entrent au 255 Albert à Ottawa, édifice qui compte entre autres, le Bureau du surintendant des institutions financières du Canada.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Dans l'édifice jeudi, plusieurs personnes continuent leur va-et vient, en entrant et sortant du 255, Albert, un édifice de 16 étages qui compte une multitude d'entreprises et d'autres départements fédéraux.

Les employés de Service partagés Canada, eux, sont toujours présents au 12e étage. Leurs bureaux sont séparés des espaces du BSIF.

Une affiche montre que Services partagés Canada est aussi au 12e étage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des bureaux de Services partagés Canada se trouvent aussi au 12e étage, près des espaces évacués du Bureau du surintendant des institutions financières du Canada.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Le BSIF compte 4 bureaux à Ottawa, Toronto, Montréal et Vancouver avec un total d'environ 800 employés dans l'ensemble du pays. Selon Michael Toope, le BSIF a demandé à ses employés de cesser temporairement tout voyage à l’international ainsi que les voyages entre nos quatre bureaux.

Le BSIF est un organisme fédéral indépendant qui réglemente et surveille plus de 400 institutions financières et 1 200  régimes de retraite fédéraux pour déterminer s’ils sont en bonne santé financière et s’ils respectent les exigences qui leur sont applicables.

Les fonctionnaires ont besoin d'être rassurés, dit le syndicat

Selon la vice-présidente nationale exécutive de l’Alliance de la fonction publique du Canada, Magali Picard, les fonctionnaires fédéraux doivent être mieux encadrés et mieux protégés.

Les membres aimeraient vraiment avoir le plan du gouvernement. Un message au-delà de ''nous prenons la situation au sérieux''

Magali Picard, vice-présidente nationale exécutive de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC)

Cette dernière rapporte qu’un nombre grandissant de fonctionnaires réclament la possibilité de faire du télétravail.

Magali Picard dans les studios de Radio-Canada.

La vice-présidente nationale exécutive de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Magali Picard, dans les studios de Radio-Canada. (archives)

Photo : Radio-Canada / Agnès Chapsal

La représentante syndicale souligne par ailleurs que plusieurs des 140 000 membres que représente l’AFPC sont directement impliqués avec la gestion de la pandémie, entre autres ceux qui travaillent sur la base militaire à Trenton, où les vacanciers canadiens sont en quarantaine actuellement, nos membres qui travaillent dans les bureaux de Service Canada, qui reçoivent la population de façon journalière, ou encore nos douaniers à travers le pays qui sont de première ligne en ce moment, lance Mme Picard.

Le sous-ministre de Santé Canada, Stephen Lucas, a réclamé de l’aide aux autres ministères afin de soutenir l'Agence de la santé publique du Canada et Santé Canada dans leurs travaux sur la COVID-19. Sa demande de soutien concerne notamment un besoin criant de personnel supplémentaire à tous les niveaux, y compris les cadres, dans trois domaines: les communications, les politiques et les opérations, a-t-il déclaré jeudi matin.

Cette intervention d’urgence est la priorité absolue du gouvernement du Canada, et les Canadiens comptent sur nous pour bien faire les choses, a écrit le sous-ministre Lucas.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !