•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : le Canada ne fermera pas ses frontières pour l'instant

Washington interdit pour 30 jours l'entrée des personnes ayant séjourné dans l'espace Schengen.

Chrystia Freeland à la Chambre des communes.

Chrystia Freeland a indiqué s'être entretenue avec le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, après la décision des États-Unis de ne plus admettre de voyageurs provenant de l'Europe pendant 30 jours.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le gouvernement canadien n'a pas l'intention – pour l'instant, du moins – d'emboîter le pas aux États-Unis et d'envisager de fermer ses frontières aux voyageurs provenant de l'étranger, a indiqué jeudi la vice-première ministre Chrystia Freeland, alors que le premier ministre s'est placé en isolement volontaire.

Le président américain Donald Trump a décidé d'interdire l'entrée aux États-Unis pour les 30 prochains jours de toute personne ayant séjourné dans l'espace Schengen au cours des 14 jours précédant son arrivée, à l'exception des Américains et des résidents permanents.

Ottawa, qui affirme ne pas avoir été informé de cette mesure, n’a toutefois pas souhaité commenter la décision de Donald Trump.

La vice-première ministre Chrystia Freeland a discuté du sujet avec le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo.

Pour le moment, le gouvernement fédéral ne semble pas vouloir emboîter le pas aux Américains et mise sur un renforcement des mesures de contrôle et de détection dans les aéroports internationaux ainsi qu'aux points d'entrée routiers, maritimes et ferroviaires du pays.

C'est aux leaders du Canada de prendre les décisions pour le Canada, a affirmé la vice-première ministre du Canada, avant d’ajouter qu'il était néanmoins nécessaire de conserver une bonne communication avec « les fonctionnaires américains ».

Chrystia Freeland a évoqué l'importance des discussions en cours avec ses homologues américains au sujet des frontières et des conséquences économiques.

On réévalue la situation chaque heure et chaque jour, a ensuite assuré la vice-première ministre du Canada, en mentionnant que le gouvernement canadien se fiait avant tout aux conseils des experts scientifiques.

Consultez notre dossier sur la COVID-19 : Tout sur la pandémie

Des mesures déjà en place

Au cours d'un point de presse à la sortie de la période des questions, à Ottawa jeudi, le ministre Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor, a assuré que le gouvernement fédéral avait mis en place, ces dernières semaines, des mesures pour que les voyageurs qui présentent des signes [d'infection au coronavirus] soient interceptés et puissent être identifiés et accompagnés correctement.

Il y aura également davantage d’informations, de présences et d’interventions aux frontières, a poursuivi le ministre.

Au cours des dernières semaines, les mesures [de protection] ont été renforcées, et elles continueront de l'être, parce qu'on s'aperçoit que le nombre de cas augmente dans le monde, mais aussi le nombre de pays [où l'on dénombre des cas], a-t-il ajouté.

Après vérification par La Presse canadienne, les mesures sont les mêmes depuis le début de l'épidémie.

Seul changement : depuis jeudi matin, les voyageurs qui arrivent d'Italie se font dire de s'isoler pour 14 jours et d'avertir la santé publique s'ils développent des symptômes pendant cette quarantaine volontaire. Pareilles instructions étaient déjà données aux voyageurs arrivant d'Iran et de la province chinoise de Hubei.

L'Europe condamne

De son côté, l'Union européenne (UE) a « désapprouvé » l'annonce du président Trump. La décision a été prise de façon unilatérale et sans consultation, ont déclaré jeudi les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen.

Le coronavirus est une crise mondiale qui n'est pas limitée à un continent et qui requiert de la coopération plutôt qu'une action unilatérale, ont souligné Ursula von der Leyen et Charles Michel dans un communiqué.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a réagi sur Twitter après cette annonce, soulignant qu'il fallait éviter une perturbation économique. Il a également rappelé que l'UE prenait des mesures « fortes » pour limiter la propagation du virus.

L'Europe prend toutes les mesures nécessaires pour contenir l'expansion de la COVID-19, limiter le nombre de personnes contaminées et soutenir la recherche, a déclaré M. Michel.

La COVID-19 au Canada

Nombre total de cas : 159


En date du 12 mars 2020, 22 h 40 (HAE)

Plan moyen de Justin Trudeau et de Sophie Grégoire qui marchent main dans la main devant la résidence de la gouverneure générale du Canada.

Le premier ministre Justin Trudeau et son épouse, Sophie Grégoire, se sont placés en isolement volontaire.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Sophie Grégoire atteinte du coronavirus

Sophie Grégoire, l'épouse du premier ministre Justin Trudeau, est atteinte du coronavirus. Le chef du gouvernement poursuivra son isolement.

Dans un communiqué diffusé jeudi soir, il est mentionné que Mme Grégoire se porte bien et qu'elle poursuivra son isolement à la maison.

Rien n'indique que le premier ministre soit malade, précise l'annonce. Il demeurera en quarantaine pendant 14 jours, sur l'avis d'experts et de médecins. Il ne fera pas non plus l'objet d'un test de dépistage pour l'instant, puisqu'il ne démontre aucun symptôme de la maladie COVID-19.

De retour de Londres, Sophie Grégoire Trudeau s’était mise en isolement après avoir commencé à ressentir des symptômes mineurs semblables à la grippe.

APLATIR LA COURBE

Rencontre avec les premiers ministres annulée

Le premier ministre a conséquemment annulé la rencontre avec les premiers ministres des provinces et des territoires ainsi que les leaders autochtones, qui devait se tenir jeudi soir et toute la journée de vendredi.

Des discussions auront plutôt lieu par téléphone, et la rencontre sera reportée à une date qui n'est pas connue pour le moment.

La rencontre devait notamment être consacrée aux enjeux économiques et à l'urgence de coordonner les effectifs afin de combattre l'épidémie de COVID-19 au pays.

Déjà arrivé à Ottawa pour la rencontre, le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a déclaré que tous les Canadiens devaient unir leurs efforts pour faire face à l'épidémie. Ces moments de crise nous obligent à mettre de côté nos différends et à nous entraider, a-t-il affirmé.

Le premier ministre du Yukon, Sandy Silver, et son homologue du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, avaient indiqué qu'ils ne comptaient pas se déplacer à Ottawa pour participer à la rencontre par mesure de précaution.

Jagmeet Singh reste chez lui

Peu de temps après l'annonce du premier ministre, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a déclaré sur Twitter qu'il avait lui aussi décidé de rester chez lui puisqu'il ne se sent pas bien. Après avoir consulté un médecin, celui-ci lui a affirmé qu'il ne présentait toutefois pas de symptômes compatibles avec la COVID-19.

Rappelons que le ministre fédéral des Ressources naturelles, Seamus O'Regan, a déjà décidé de se placer en quarantaine après avoir ressenti des symptômes semblables à ceux d'une grippe.

Peter MacKay, candidat à la direction du Parti conservateur du Canada, a de son côté annoncé qu'il suspendait sa campagne jusqu'à nouvel ordre.

Limiter la transmission communautaire

Bien que le Canada ait passé mercredi le cap des 100 cas confirmés de contamination à la COVID-19, l'Agence de santé publique a répété jeudi que le risque demeurait faible au pays. Les personnes de plus de 65 ans et celles qui ont des problèmes de santé chroniques sont toutefois plus vulnérables.

Alors qu'un seul Canadien est décédé des suites de la maladie, l'agence fédérale rappelle d'éviter les rassemblements et de garder ses distances afin d'éviter la transmission communautaire du coronavirus. L'important, rappellent les autorités, c'est d'aplatir la courbe, soit de ralentir avant tout la propagation du virus, afin que le taux d'infection ne dépasse pas la capacité des systèmes de santé.

Près de 80 % des personnes malades sont des voyageurs et 12 % sont des contacts proches de ces voyageurs, selon l'Agence de la santé publique du Canada. La plupart des personnes infectées présentent des symptômes légers ou modérés tels que fièvre et toux, mais la maladie peut être plus grave pour les personnes âgées de 65 ans et plus ou dont le système immunitaire est affaibli.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !