•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les effets de la pandémie de COVID-19 se multiplient dans le monde

Une rue quasi déserte à Turin, en Italie.

La ville de Turin, en Italie, est pratiquement à l'arrêt, après l'imposition d'une quarantaine nationale.

Photo : Reuters / Massimo Pinca

Radio-Canada

Plus de 1000 morts en Italie, des villes en quarantaine en Espagne, des interdictions d'entrée aux États-Unis, des annulations d'événements par centaines : les effets de la pandémie de COVID-19 se multiplient dans le monde.

Consultez notre dossier sur la COVID-19 : Tout sur la pandémie

Parmi les développements à signaler aujourd'hui :

Au Canada :

Dans les Amériques :

  • au Brésil, un collaborateur du président Jair Bolsonaro a la COVID-19; il a croisé le président Trump en fin de semaine;
  • les États-Unis multiplient les interdictions de rassemblements dans divers États, dont New York;
  • Cuba devient le 12e pays latino-américain touché par l'épidémie;

En Europe et en Afrique :

  • l'Italie franchit le cap des 1000 morts et des 15 000 cas déclarés;
  • un conseiller scientifique du gouvernement britannique estime qu'entre 5000 et 10 000 personnes sont probablement infectées au Royaume-Uni;
  • les hôpitaux européens risquent fort d'être débordés par la COVID-19, affirme une agence européenne;
  • en Espagne, une ministre a contracté la COVID-19; tout le Conseil des ministres subira un test de dépistage;
  • en Allemagne, le gouvernement présentera vendredi un plan de soutien de l'économie;
  • l'Irlande, les Pays-Bas, la Norvège, la Lituanie, la Turquie et l'Algérie ferment toutes leurs écoles et universités pour plusieurs jours;

En Asie :

  • l'Iran demande l'aide du FMI, une première depuis 1962;
  • en Corée du Sud, un nouveau foyer d'infection sème l'inquiétude;
  • la Chine n'a recensé que 15 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures;
  • au Japon, la gouverneure de Tokyo juge l'annulation des Olympiques « impensable »;
  • aux Philippines, le président Rodrigo Duterte fera un test de dépistage de la COVID-19; Manille est en quarantaine;

Ailleurs dans le monde :

Du côté du sport et des arts :

La « pire crise sanitaire depuis un siècle » en France

L'épidémie de coronavirus « est la pire crise sanitaire depuis un siècle » en France, a déclaré jeudi le président Emmanuel Macron, dans un discours à la nation en direct de l'Élysée. Le chef de l'État a aussi affirmé que la planète n'est « qu'au début » de cette pandémie.

Saluant les héros en blouse blanche, et réitérant l'importance de se fier à la science et d'écouter les experts, M. Macron a du même coup demandé aux plus vulnérables – les personnes âgées et celles souffrant déjà d'une maladie chronique, notamment – de demeurer à la maison.

Le président a aussi annoncé que toutes les garderies et les écoles de l'Hexagone seront fermées à partir de lundi, et ce, jusqu'à nouvel ordre. Le bilan de la maladie dans ce pays est pour l'instant de 61 morts.

M. Macron a par ailleurs demandé aux employeurs de faire preuve de flexibilité et de permettre à leurs employés de travailler de la maison.

Les transports publics seront maintenus en France, tout comme les élections municipales, prévues les 15 et 22 mars.

Depuis l'apparition du nouveau coronavirus en décembre dernier, 125 293 cas d'infection ont été recensés dans 115 pays et territoires, causant la mort de 4600 personnes, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 5 h (HAE).

Plus de 1000 morts en Italie

Le nombre de cas de COVID-19 continue de se multiplier en Italie, pays le plus touché d'Europe par la pandémie. Des mesures de restriction des déplacements sans précédent y sont déjà en place. Le pays signale plus de 1000 décès jusqu'à maintenant. À travers la capitale, Rome, toutes les églises catholiques seront fermées jusqu'au 3 avril pour éviter la dissémination de la maladie.

Selon la Protection civile italienne, 189 nouveaux décès des suites de la maladie ont été recensés au cours des dernières 24 heures, pour un total de 1016 cas. Pas moins de 2651 nouvelles infections sont aussi répertoriées, pour un total de 15 113 cas.

Sur ce total, 1258 personnes sont désormais guéries, contre 1045 mercredi, et 1153 personnes sont en soins intensifs, contre 1028 la veille.

Entre 5000 et 10 000 personnes probablement infectées au Royaume-Uni

Le nombre de personnes infectées par le nouveau coronavirus au Royaume-Uni se situe probablement entre 5000 et 10 000, a estimé jeudi le gouvernement, annonçant de nouvelles mesures pour contenir la pandémie.

Si le nombre de cas recensés est de 590, nous sommes probablement entre 5000 et 10 000 personnes infectées actuellement, a déclaré le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance.

Nous sommes sur une trajectoire qui nous montre que nous sommes quatre semaines derrière l'Italie et d'autres pays européens, a-t-il ajouté.

L'Union européenne et le Royaume-Uni ont par ailleurs décidé d'annuler leurs négociations sur le Brexit prévues à Londres la semaine prochaine en raison de la crise du coronavirus, annonce le gouvernement britannique dans un communiqué.

Étant donné les derniers développements liés à la COVID-19, les négociateurs britanniques et européens ont décidé conjointement aujourd'hui d'annuler la session de négociations de la semaine prochaine à Londres dans sa forme originellement prévue, indique le communiqué.

En Espagne, quatre villes sont placées en quarantaine

Quatre localités de la Catalogne ont été placées sous confinement jeudi, ont annoncé les autorités de cette région du nord de l'Espagne, où c'est la première mesure de type dans la lutte contre le nouveau coronavirus.

Les quelque 66 000 habitants de quatre municipalités (Igualada, Odena, Santa Margarida de Montbui et Vilanova del Cami) peuvent sortir de chez eux, mais ne peuvent pas quitter leur agglomération.

Par ailleurs, tous les ministres devront subir un test de dépistage de la COVID-19, après que la ministre de l'Égalité, Irene Montero, a contracté la maladie.

La ministre va bien, mais elle et son conjoint, le chef du parti Podemos et vice-président du gouvernement, Pablo Iglesias, sont désormais en quarantaine, a fait savoir le gouvernement jeudi.

En conséquence, seuls les ministres dont la présence est nécessaire participeront au Conseil des ministres extraordinaire convoqué jeudi pour adopter notamment des mesures économiques face aux conséquences de l'épidémie de coronavirus.

Les prochaines réunions prévues au calendrier du premier ministre socialiste Pedro Sanchez se feront de manière télématique. Les travaux du Parlement, interrompus mardi, ont quant à eux été suspendus pour 15 jours de plus.

Selon le dernier bilan des autorités fourni jeudi, le nombre de cas de COVID-19 a bondi en Espagne à 2968 contre 2140 mercredi soir. Près de la moitié des cas sont recensés à Madrid. Le nombre de morts a presque doublé, à 84 contre 48.

Une quarantaine pour les Américains rentrant d'Europe

Les États-Unis vont recommander à tous leurs citoyens de retour d’Europe de se placer en quarantaine pour 14 jours, dans un nouvel effort pour endiguer la progression du coronavirus, a révélé jeudi le vice-président, Mike Pence.

Au cours d'une tournée de plusieurs médias américains, M. Pence a par ailleurs défendu la décision du président Donald Trump d’interdire tous les vols en provenance de plusieurs pays d’Europe pour 30 jours, prise sans consultation auprès de l’Union européenne et du Canada.

L'annonce du président Trump, conjuguée à la décision de la Banque centrale européenne de laisser ses taux inchangés, n'a guère plu aux investisseurs. De Tokyo à New York en passant par Toronto, les marchés boursiers se sont écrasés une fois de plus.

La décision du président Trump va créer d'énormes pressions sur les flux de trésorerie des compagnies aériennes, affirme le directeur général de l'Association internationale du transport aérien, qui réclame des mesures d'urgence pour les aider.

Iran : un conseiller de l'ayatollah Khamenei en quarantaine

Ali Akbar Vélayati, principal conseiller du guide suprême iranien, a été placé en quarantaine, après avoir présenté de légers symptômes du nouveau coronavirus, a signalé jeudi soir l'agence iranienne Tasnim, proche des ultraconservateurs.

M. Vélayati, qui conseille l'ayatollah Ali Khamenei sur les questions de politique extérieure, a été placé en quarantaine après avoir manifesté de légers symptômes du coronavirus, écrit Tasnim en citant le porte-parole de l'hôpital Massih Daneshvari de Téhéran.

Par ailleurs, l'Iran a annoncé jeudi avoir demandé un accès immédiat à une aide financière du Fonds monétaire international (FMI), qui n'a pas prêté d'argent à la République islamique depuis 1962, afin de combattre l'épidémie de nouveau coronavirus.

L’Iran a signalé jeudi 75 nouveaux décès dus au coronavirus au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan national à 429 morts. Le nombre de nouveaux cas est passé de 1075 à 10 075.

Des piétons portant des masques marchent dans les rues de Séoul.

Les autorités sud-coréennes s'inquiètent de la virulence d'un nouveau foyer d'infection à Séoul.

Photo : Reuters / Kim Hong-Ji

Un nouveau foyer d'infection à Séoul inquiète

En Corée du Sud, les autorités s'inquiètent de la virulence d'un nouveau foyer d'infection à Séoul. Une centaine de cas de contamination en lien avec un centre d'appels ont en effet été recensés ces derniers jours.

Cela pourrait entraîner une "super propagation" dans la zone métropolitaine, où se concentre la moitié de la population totale, a déclaré lors d'une réunion le premier ministre Chung Sye-kyun.

À ce stade, près de 90 % des cas sud-coréens ont été recensés dans la ville de Daegu (sud) et la province voisine de Gyeongsang du Nord.

Les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC) ont déclaré 114 nouveaux cas jeudi, pour un total de 7869. Le pays compte maintenant 66 morts attribuables à la COVID-19, soit 6 de plus que la veille.

Nombre de nouveaux cas en Chine : 15

Le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes au coronavirus en Chine a chuté à 15, a annoncé jeudi le ministère de la Santé, au plus bas depuis le début de la publication des statistiques à la mi-janvier.

Parmi ces cas supplémentaires figurent cependant 6 personnes arrivées dans le pays depuis l'étranger, ce qui porte le bilan des cas en provenance de l'étranger à 85.

En outre, 11 personnes sont mortes lors des dernières 24 heures. C'est également le niveau le plus bas depuis le 24 janvier. Le total des morts s'élève désormais à 3169 en Chine, pour 80 793 personnes qui ont été infectées.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International