•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bar symbolique du village gai de Toronto menacé de fermeture

Carlotta Carlisle durant une de ses performances sur la scène du Crews and Tangos.

La scène du Crews and Tangos a servi de tremplin pour de nombreuses drag queens à travers les âges, dont Carlotta Carlisle, qui ouvrait le spectacle lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Rozenn Nicolle

Récemment acquise par le groupe de développement immobilier Graywood, la propriété hébergeant le bar Crews and Tangos dans le village gai de Toronto pourrait être transformée dans les prochaines années. Des milliers de personnes ont déjà signé une pétition pour « sauver » ce lieu considéré comme un des symboles de la communauté LGBT dans la Ville Reine.

C’est sur cette scène que j’ai fait ma première pirouette en talons, se souvient Jason Pelletier, l’homme sous le costume de la drag queen Jezebel Bardot. Comme beaucoup d’autres artistes du village gai de Toronto, c’est sur les planches du Crews and Tangos qu’il a fait ses premiers pas.

Ça représente vraiment le tremplin pour nos carrières de drag queen.

Jason Pelletier
Un jeune homme assis sur une scène devant un mur arc-en-ciel portant le logo du bar Crews and Tango.

Jason Pelletier a fait sa première pirouette en talons en tant que Jezebel Bardot sur la scène du Crews and Tango.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

C’est comme ma deuxième maison, renchérit Jordan Timmons, dont l’alter ego, Babybel Bel, a été élue reine du Crews and Tangos l’an dernier. Lui aussi a fait ses débuts ici, et y travaille en moyenne deux soirs par semaine.

Toutefois, depuis quelques jours, la pérennité de cet endroit qualifié de symbolique pour le quartier, mais aussi pour la communauté LGBTQ de la Ville Reine, est remise en question. Le groupe Graywood, qui a récemment acquis la bâtisse ainsi que les deux propriétés adjacentes, le bar Boutique et un parc de stationnement, dit réfléchir à des opportunités de développement pour ces terrains.

Aucun changement pour le moment

Dans une déclaration envoyée à Radio-Canada, le promoteur immobilier assure n’avoir aucun plan concret pour le moment. Le groupe a également confirmé que le bail du Crews and Tangos a été récemment renouvelé pour une période de deux ans.

Graywood a récemment signé une prolongation de bail de deux ans avec les exploitants de Crews et Tangos et nous ne prévoyons aucun changement à leurs opérations pendant cette période.

Groupe Graywood

Nous avons l'intention de travailler avec nos locataires et la communauté pour comprendre la vision et les valeurs du quartier de Church-Wellesley, afin que ces commentaires éclairent notre proposition de développement, peut-on également lire dans la déclaration.

La conseillère municipale de l’arrondissement Toronto-Centre, qui inclut le quartier gai, a confirmé qu'aucune demande n’avait été soumise à la Ville pour l'instant concernant le possible développement de cette partie de la rue Church, qui s’étend du numéro 505 au 516.

Kristyn Wong-Tam affirme toutefois que le parc de stationnement ne restera pas. Celui-ci est notamment utilisé comme espace de célébration durant l’été lors des festivités de la Fierté.

Kristyn Wong-Tam pose à l'intérieur de l'hôtel de Ville de Toronto.

Kristyn Wong-Tam est la conseillère municipale de l'arrondissement Toronto-Centre, qui comprend le quartier Church-Wellesley, plus communément appelé le village gai.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Selon elle, les promoteurs veulent proposer la construction d’unités résidentielles, mais nous ne savons pas exactement combien, à quelle hauteur, nous ne savons pas non plus quand, a-t-elle complété.

Affirmant vouloir voir le Crews and Tangos perdurer, l’élue souligne toutefois qu’un nouveau bâtiment répondant mieux aux normes de sécurité, qui soit accessible en fauteuil roulant et qui soit plus sûr et dynamique, ne serait pas nécessairement une mauvaise chose.

Selon la conseillère municipale, de nombreuses étapes sont encore à compléter avant que quelconque changement ne puisse être effectué sur les bâtiments concernés. Le quartier Church-Wellesley, ajoute-t-elle, est désigné comme zone de caractère spécial.

Tout ce qui se passe sur la rue Church doit être soigneusement étudié et doit s'inscrire dans le contexte existant de la rue.

Kristyn Wong-Tam, conseillère municipale, Toronto-Centre

L'équipe de gestion du Crews and Tangos n'a pas souhaité commenté la nouvelle.

Consultations et transformation du quartier

Si les promoteurs semblent arriver avec respect et volonté de consulter les résidents, comme le souligne Mme Wong-Tam, certains membres de la communauté restent sceptiques quant à leurs intentions.

Photo nocturne de l'entrée d'un bar.

L'entrée du Crews and Tangos, sur la rue Church.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Nicky Ward vit dans le village depuis plus de 20 ans et était auparavant à la tête de l’Association des voisins de Church-Wellesley (CWNA). Elle veut rester optimiste, mais dit avoir vu de nombreuses fois des promoteurs consulter la communauté sans pour autant l’écouter.

Les gens sont venus écouter les idées, ont noté celles qui leur plaisaient et ont ignoré celles qui n’allaient pas avec leurs plans d’origine.

Nicky Ward, militante

Car le développement immobilier va bon train dans le quartier. Présentement, il y a eu une reprise des rénovations de bâtiments dans le village par certaines des plus grandes sociétés de développement et par des propriétaires, écrit dans un courriel l’actuelle présidente du CWNA.

Sur le site de l’Association, on décompte pas moins de dix propositions de développement immobilier, et cinq en cours de construction, dont la majorité sont des condos.

Carte des projets de développement immobilier du village gai de Toronto.

Le quartier du village gai de Toronto compte actuellement dix propositions de développement immobilier (violet), et cinq en cours de construction (orange).

Photo : CBC News

Faisant elle-même partie de la communauté LGBT, la conseillère municipale Kristyn Wong-Tam dit avoir elle-même été témoin de plusieurs fermetures de commerces dans le village depuis plusieurs années, et comprendre qu’il existe un certain niveau d’alerte.

Une inquiétude qui a poussé Francis Andreis à lancer une pétition pour sauver le Crews and Tangos, de même que le bar Boutique et le parc de stationnement récemment acquis par le groupe Graywood.

Une pétition pour mobiliser la communauté

Ce n’est pas qu’un simple endroit de divertissement, avance M. Andreis. Arrivé à Toronto il y a un peu plus d’un an, le jeune homme a vu dans le village gai un endroit où il pouvait être en sécurité, et dans le Crews and Tangos, un lieu où il pouvait être lui-même alors que son homosexualité n’était pas bien acceptée auparavant.

Un jeune homme pose devant le bar Crews and Tango, dans le village gai à Toronto.

Francis Andreis a lancé une pétition pour que la communauté manifeste son désaccord de perdre le bâtiment qui abrite le Crews and Tango.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

C’est un endroit où les personnes LGBT et même toutes les personnes voulant se sentir intégrées peuvent être intégrées et être en sécurité.

Francis Andreis, instigateur de la pétition « Sauvons le Crews »

Nous perdons ces endroits tellement rapidement, regrette-t-il, citant l’exemple du Fly 2.0 qui a fermé ses portes en mars 2019 après 20 ans d’existence. Il est devenu un immeuble locatif de 34 étages avec commerces. De l'autre côté de la rue, un autre chantier de construction laissera place à une tour à condos de 44 étages.

Cette pétition a pour but de mobiliser la communauté, même dans cette phase préliminaire de développement, pour mettre toutes les chances de son côté, explique celui qui l'a lancée.

Mais aussi de sauver l’histoire, qui réside en grande partie, selon Francis Andreis, dans la bâtisse elle-même. Un avis que partage Jordan Timmons. C’est certain que si le lieu devait changer, ce ne serait plus pareil, dit-il.

On dirait qu'ils effacent en quelque sorte notre histoire lorsqu'ils enlèvent ces bâtiments importants.

Jordan Timmons
Portrait d'un jeune homme dans un bar.

Jordan Timmons se produit sur la scène du Crews and Tango en tant que Babybel Bel depuis six ans.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

La pétition a dépassé les 30 000 signatures en moins d’une semaine.

Je pense que si ça a décollé si vite c’est parce que cet endroit compte tellement pour tellement de personnes, estime M. Timmons.

Tout le monde a sa petite place ici

Carlotta Carlisle, drag queen depuis 13 ans au Crews, estime que peu de lieux offrent autant de diversité que ce club. C’est un des seuls endroits où vous trouverez des hommes gais, des femmes hétéros, des femmes lesbiennes…Tout le monde a sa petite place ici.

Spectacle de drag queens au Crews and Tangos un lundi soir.

Spectacle de drag queens au Crews and Tangos un lundi soir.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

Y’a un public beaucoup plus diversifié, puis un public qui est aussi beaucoup plus hétéro, complète Jason Pelletier. C’est vraiment la place où les personnes hétéros viennent consommer notre art, explique-t-il.

C’est ici que tu peux vraiment goûter à la saveur de toutes formes de drag, que ce soit drag king, drag queen, des performances de genres (...) Ça a toujours été la place inclusive pour tout le monde.

Jason Pelletier

La communauté dispose donc d'un sursis de deux années pour convaincre les investisseurs que le Crews and Tangos dans sa forme actuelle est un symbole du quartier à ne pas dévaloriser.

Jason Pelletier lance également un appel aux gouvernements municipaux et provinciaux pour qu'ils protègent ce type de commerce.

En attendant... Show must go on.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Communauté LGBTQ+

Société