•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La place du français dans le budget de la Ville de Winnipeg

Brian Bowman debout derrière un lutrin, adresse la parole aux journalistes assis devant lui dans une salle de l'hôtel de ville.

Le maire de Winnipeg Brian Bowman a déposé vendredi un premier budget municipal, qui comprend une planification pour les 4 prochaines années.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Dans les 600 pages des trois volumes du budget préliminaire de la Ville de Winnipeg, le mot « français » n'apparaît qu’une seule fois. Mais selon le conseiller municipal Mathieu Allard, il y a raison d’être optimiste quant aux services en français.

La seule mention du français dans le budget municipal préliminaire apparaît dans une section sur l’externalisation d’une partie des traductions de la Ville. Surprenant, car le conseil municipal de Winnipeg a adopté plus tôt cette année les recommandations d’un rapport qui prône d’étendre les services en français dans l'ensemble de la municipalité.

Un rapport détaillé sur mise en application des services en français sera publié cet été, selon Mathieu Allard, le conseiller de Saint-Boniface, le quartier avec la plus forte densité de francophones à Winnipeg. Dans ce rapport-là, on va avoir un plan d’élaboration d’action, dit-il.

Dans le budget [de plus d’un milliard de dollars de la Ville], il y a de la place dans les départements pour qu’ils puissent toujours offrir un meilleur service en français. Non seulement pour les résidents du secteur de Riel, mais maintenant ça va être pour les résidents de Riel et n’importe qui d’autre qui parle français à Winnipeg, affirme le conseiller municipal.

Par ailleurs, les Winnipegois auront bientôt plus de détails sur le financement des services en français de la Ville. Le 19 mars dans le cadre du processus budgétaire, il y aura une présentation de la directrice des services en français de la Ville, Nicole Young, lors d’une réunion du comité exécutif municipal.

Autres mesures pour les francophones

Mathieu Allard signale aussi que certaines mesures qui favorisent la francophonie de Winnipeg ne sont pas toujours identifiables dans le document du budget, comme le service d’interprétation au conseil municipal.

L’interprétation des réunions de conseil, c’est un autre exemple de l’allocation qui importe à la francophonie, mais qui n’est pas dans un budget spécifique que tu peux trouver avec le mot français, poursuit-il

Par ailleurs, une des grandes questions que l’on avait, c’était le futur du financement du Musée de Saint-Boniface, dit-il. Le budget 2020, qui est aussi le premier budget pluriannuel de la Ville, prévoit un financement stable de 450 000 $ par année pour le musée jusqu’en 2023.

C’est un exemple de financement important pour les francophones, affirme le conseiller Allard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !