•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éric Martel quitte Hydro-Québec et prend la tête de Bombardier

Gros plan d'Éric Martel.

Éric Martel quitte Hydro-Québec après cinq ans à la tête de la société d'État.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Après cinq ans à la tête de la société d'État, Éric Martel quitte la direction d'Hydro-Québec et prend celle de Bombardier.

Éric Martel occupera le poste de président et chef de la direction de Bombardier à compter du 6 avril prochain.

C'est Jean-Hugues Lafleur qui assurera l'intérim à la tête d'Hydro-Québec à compter de maintenant, a annoncé la société d'État dans un communiqué diffusé en soirée.

Jean-Hugues Lafleur a fait son entrée chez Hydro-Québec au début des années 1990. En 2007, il a été nommé trésorier. Depuis avril 2018, il y oeuvre à titre de vice-président exécutif et chef de la direction financière et du risque d’Hydro-Québec.

« Éric Martel demeure à Hydro-Québec jusqu’à son entrée en fonction à Bombardier et assurera la transition avec les membres du comité de direction », peut-on lire dans la missive.

Je souhaite remercier sincèrement Éric Martel, dont le leadership a permis d’améliorer de manière importante la satisfaction de nos clients, tout en adoptant une approche axée sur la transparence. Il a aussi permis à Hydro-Québec de se doter d’une vision claire dans un contexte de transition énergétique, a déclaré Jacynthe Côté, présidente du Conseil d’administration d’Hydro-Québec.

La direction d'Hydro-Québec a également indiqué avoir retenu une firme de recrutement pour l'appuyer dans ses démarches pour pourvoir le poste laissé vacant par Éric Martel.

Bombardier

La nouvelle du départ d'Alain Bellemare de la direction de Bombardier survient un peu moins d'un mois après les ventes successives de la participation de l'entreprise dans le programme d'avions commerciaux A220 et de sa filiale Transport au géant français Alstom.

M. Martel a déjà dirigé la division des avions d'affaires de Bombardier, le seul secteur d'activité restant de l'entreprise québécoise.

Éric Martel s'est dit emballé de revenir chez Bombardier.

J’ai hâte de contribuer à bâtir une entreprise prospère, agile et ciblée, capable de fournir un service inégalé aux clients, d’offrir des occasions de calibre international aux employés et de créer de la valeur pour les actionnaires.

Éric Martel

Le président du conseil d'administration de Bombardier Pierre Beaudoin estime qu'Éric Martel est le bon leader au bon moment pour Bombardier, alors que l'entreprise achève son plan de redressement et se concentre sur la croissance de ses activités d’avions d’affaires à l’avant-garde de l’industrie. C’est un mobilisateur et un bâtisseur.

En vendant sa filiale Transport, la multinationale québécoise a expliqué qu’elle voulait se concentrer exclusivement sur ses activités dans le secteur des avions d'affaires.

L’opération qui se concrétisera le 1er semestre 2021 devrait permettre à Bombardier de toucher entre 4,2 et 4,5 milliards de dollars américains.

Les responsables européens scruteront cette transaction entre Alstom et Bombardier Transport, ce qui pourrait retarder la conclusion de la vente.

Traînant une dette de 9 milliards de dollars et ayant les voyants au rouge, Bombardier a déjà bénéficié de l’aide des gouvernements provincial et fédéral. Des centaines de millions de dollars ont été injectées dans l’entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Industrie aéronautique

Économie