•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un juge valide un testament écrit sur une serviette McDonald's

L'arche double de la plus célèbre chaîne de restauration rapide du monde.

L'une des filles du défunt avait remis en question la validité de la note (archives).

Photo : Getty Images / NICOLAS ASFOURI

Radio-Canada

Décédé en 2015, Philip Langan avait écrit son testament de manière assez simpliste : « Partagez mes biens de manière égale ». Sa volonté était accompagnée de sa signature et des noms de ses sept enfants, le tout sur une serviette en papier brun d'un restaurant McDonald’s en Saskatchewan.

Le mois dernier, Donald Layh, un juge de la Cour du Banc de la Reine à Yorkton, a confirmé la validité du testament malgré les protestations de Maryann Gust, l’une des filles du défunt.

Cette dernière s’était montrée sceptique, déclarant que son frère et sa sœur, Ronald et Sharon, avaient écrit la note après la mort de Philip Langan.

Les deux personnes concernées ont expliqué que leur père avait rédigé son testament en mangeant au McDonald’s entre 2006 et 2015. Selon eux, leur père pensait avoir une crise cardiaque au restaurant et aurait choisi d’écrire ses dernières volontés rapidement.

Sa fille Sharon a dit que son père lui avait donné la serviette de table en lui disant de s’en occuper.

Maryann Gust n’était pas en mesure de vérifier qu’il s’agissait bien de la calligraphie de son père, car elle n’avait aucune autre note pour faire la comparaison. Elle a également déclaré qu’un mois avant de mourir, son père lui avait confié ne pas avoir l’intention de faire un testament.

Quoi qu’il en soit, le juge Donald Layh a adhéré à la version de Ronald et Sharon, qui soutiennent que Philip Langan a écrit son testament au restaurant : M. Langan pensait faire une crise cardiaque au moment où son esprit s’est tourné raisonnablement vers la question de la planification successorale, surtout en l’absence d’un testament existant.

Le juge a estimé que la remise de la note à sa fille Sharon montre « une intention testamentaire claire ».

L’un des fils de Philip Langan est mort avant la rédaction dudit testament. Il n’a donc pas été inclus dans celui-ci, mais les frères et sœurs encore en vie ont accepté de donner un huitième de la succession à la famille du fils défunt.

D'après les informations de David Shield

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Procès et poursuites