•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

David Sidoo risque 3 mois de prison dans le scandale des admissions universitaires

Un homme en veston fait face à des journalistes. Un homme le suit, la cravate au vent.

David Sidoo à sa sortie de cour fédérale à Boston, le 15 mars 2019.

Photo : Associated Press / Jonathan Wiggs

Radio-Canada

L'homme d'affaires de Vancouver, David Sidoo, devrait plaider coupable dans une arnaque d'admission à l'université tandis que les procureurs comptent recommander une peine de 90 jours d'emprisonnement et une amende de 250 000 $ US, selon des documents de la cour.

Les procureurs fédéraux à Boston ont déclaré, mercredi, que David Sidoo a payé 200 000 $ US à un consultant en admission pour qu’une autre personne passe un examen d'entrée à l'université à la place de ses deux fils. La même personne a également passé un examen de fin d'études secondaires à la place de son fils aîné au Canada, ont indiqué les autorités.

Par ailleurs, l'homme qui a passé ces tests a plaidé coupable et coopère avec les enquêteurs.

Cette tractation douteuse faisait partie d’un stratagème à plus grande échelle. En effet, le Vancouvérois faisait partie d'un groupe de 15 parents riches qui faisaient face aux mêmes accusations. Ces derniers ont été arrêtés au mois de mars dans ce vaste scandale. Plus d’une vingtaine d'autres parents, dont la vedette de l'émission Desperate Housewives, Felicity Huffman, ont déjà plaidé coupable.

L'ancien joueur de la Ligue canadienne de football (CFL) David Sidoo devait être jugé en janvier aux côtés d'autres parents éminents pris au piège dans cette affaire qui a troublé le monde de l'enseignement universitaire. Bien qu’il ait longtemps clamé son innocence, M. Sidoo devrait plaider coupable vendredi devant un tribunal fédéral.

Philanthrope, David Sidoo a joué au football professionnel pendant six ans pour les Roughriders de la Saskatchewan et les Lions de la Colombie-Britannique. Il était PDG de la société minière Advantage Lithium Corp. lorsqu'il a été arrêté l'année dernière. Il était également actionnaire fondateur d'une société pétrolière et gazière qui a été vendue en 2010 pour plus de 600 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !