•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : Trump ferme les frontières aux voyageurs en provenance d'Europe

Donald Trump donne une allocution dans le bureau ovale.

Le président américain Donald Trump s'est adressé à la nation, le 11 mars 2020, au sujet de la pandémie de coronavirus.

Photo : Getty Images

Devant une crise qui prend de l'ampleur, Donald Trump s'est adressé mercredi soir aux Américains depuis le bureau ovale, annonçant la suspension des voyages vers les États-Unis « en partance de l'Europe ». Ses propos, ponctués d'erreurs, ont cependant semé la confusion, obligeant le président et des membres de son administration à corriger le tir par la suite.

La décision de prononcer un discours à la nation, un événement exceptionnel, contraste avec le ton rassurant employé depuis des semaines par le président Trump, qui, contrairement aux membres de son équipe, a minimisé à répétition la crise du coronavirus.

J'ai décidé de mener plusieurs actions fortes, mais nécessaires pour protéger la santé et le bien-être de tous les Américains, afin d'éviter que de nouveaux cas atteignent notre territoire, a-t-il soutenu au fil de son allocution solennelle d'une dizaine de minutes, lue sur un télésouffleur.

La fermeture des frontières, à laquelle échappe le Royaume-Uni, s'appliquera pour 30 jours.

La mesure, qui cible des personnes ayant séjourné dans la zone visée au cours des 14 jours précédant leur entrée prévue aux États-Unis, s'apparente à celle prise en janvier dernier relativement aux non-Américains s'étant rendus en Chine.

Ces interdictions s'appliqueront non seulement aux énormes échanges commerciaux et au fret, mais aussi à plusieurs autres choses au fur et à mesure que nous obtiendrons l'autorisation, a-t-il indiqué, son annonce tirant aussitôt les marchés boursiers asiatiques vers le bas et faisant chuter les prix du pétrole de plus de 2 %.

Dans un tweet envoyé quelques minutes après son allocution, le président a semblé corriger le tir. Il est très important que tous les pays et les entreprises sachent que le commerce ne sera en aucun cas touché par la restriction de 30 jours sur les voyages en provenance d'Europe. La restriction arrête les personnes, pas les marchandises, a-t-il écrit.

Accusant au cours de son discours l'Union européenne d'avoir tardé à agir, il a affirmé qu'un nombre important de lieux où se concentraient les cas de COVID-19 avaient été ensemencés par des voyageurs venant d'Europe.

Le département d'État a par ailleurs conseillé aux Américains de reconsidérer les voyages à l'étranger.

Ces annonces surviennent dans un contexte où le nombre de cas de COVID-19 recensés sur le territoire américain a doublé en quelques jours à peine, passant selon l'Université Johns Hopkins à plus de 1300, le virus n'épargnant plus que huit États et faisant au moins 38 morts.

L'état d'urgence a été déclaré dans une quinzaine d'États américains, dont Washington, New York et la Californie, qui cumulent à eux trois près de 800 cas et la quasi-totalité des victimes. Dans l'État de Washington, la ville de Seattle, principal foyer du virus, a fermé ses écoles publiques pour au moins 14 jours.

D'autres informations contradictoires

Le président a évoqué des exemptions pour les Américains qui ont subi les contrôles appropriés, mais celles prévues dans la proclamation semblent en fait beaucoup plus vastes.

Elles s'appliquent par exemple à tout citoyen américain, tout résident permanent légal des États-Unis et à son conjoint ou tout étranger dont l'entrée ne présente pas de risque significatif [...] de transmission ou de propagation du virus.

Le secrétaire adjoint du département de la Sécurité intérieure, Ken Cuccinelli, a d’ailleurs rapidement apporté la précision sur Twitter.

De plus, la proclamation officielle publiée par la Maison-Blanche simultanément au discours à la nation spécifie que la suspension des voyages entrera en vigueur une minute avant samedi. Le président Trump avait déclaré que ce serait un jour plus tôt.

En outre, selon le texte officiel, les restrictions s'appliquent plus précisément aux 26 États européens membres de la zone Schengen, un espace de libre circulation des personnes incluant par exemple l'Italie, l'Allemagne et la France, et non à la cinquantaine de pays du continent ou aux 27 pays de l'Union européenne, comme la déclaration de M. Trump le laissait supposer.

Ainsi, l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse sont visés par les restrictions, mais ne sont pas membres de l'UE. Inversement, la Bulgarie, la Croatie, l'Irlande, la Roumanie et Chypre, membres de l'UE, ne sont pas ciblés.

Une journaliste du site Politico a par ailleurs rapporté, sur le même réseau social, qu’une des annonces du président Trump, concernant les assureurs, était erronée.

Le président américain a déclaré que les fournisseurs d’assurance maladie ont accepté de renoncer à tous les quote-parts [des assurés] pour les traitements contre les coronavirus. Or, un porte-parole du principal lobby des assureurs, AHIP, cité par la journaliste, a affirmé qu’ils avaient convenu d’y renoncer pour les tests de dépistage et non pour le traitement de la maladie.

Mesures économiques d'urgence

Un homme avec la main sur le visage à la Bourse de New York.

Lundi, les échanges ont été suspendus 15 minutes à la Bourse de New York après l'effondrement de l'indice élargi S&P 500 en pleine panique autour du krach pétrolier et des conséquences économiques du coronavirus.

Photo : Associated Press / Richard Drew

Ceci n'est pas une crise financière, a martelé le président Trump, au terme d'une autre journée mouvementée sur les marchés financiers, alors que le coronavirus a eu raison de 11 années de hausse ininterrompue à Wall Street. La situation est temporaire, a-t-il insisté.

Le président américain n'a pas décrété l'état d'urgence – une hypothèse soulevée par des médias –, mais a présenté, comme il l'avait évoqué cette semaine, des mesures visant à juguler les effets économiques de la crise, comme des prêts à faible taux d'intérêt aux entreprises en difficulté ou le report de la date butoir de paiement des impôts pour certains individus et entreprises.

D'après le Washington Post, le coronavirus a entraîné la mise à pied de centaines de travailleurs, notamment dans l'industrie touristique.

Donald Trump a également fait allusion à une aide financière d’urgence aux travailleurs malades, dont il n’a cependant pas présenté la teneur.

Il a aussi appelé très fermement le Congrès à offrir rapidement aux Américains une baisse de l'impôt sur les salaires pour aider ces derniers à surmonter les impacts économiques de la pandémie. La proposition, à laquelle il a fait allusion plus tôt cette semaine, n'a pas trouvé un écho très favorable auprès des élus du Congrès, y compris au sein de son propre parti.

Par ces mesures vigoureuses, je suis convaincu que nous réduirons considérablement la menace qui pèse sur nos citoyens et que nous vaincrons rapidement et définitivement ce virus, a-t-il soutenu, louant la réponse très rapide et le professionnalisme de son administration.

Les démocrates, eux, avaient accusé le président d'avoir tardé à réagir et de minimiser l'ampleur du problème. Celui-ci avait comparé leurs critiques à un canular.

Nous devons mettre la politique de côté, arrêter la partisanerie et nous unir comme une seule nation et une seule famille, a lancé Donald Trump.

Un sondage de la firme Morning Consult, publié il y a quelques jours, montre que les Américains sont de plus en plus critiques de la gestion du dossier par leur président. Il y a un mois, 34 % appuyaient fermement sa façon de gérer la crise, tandis que 14 % la désapprouvaient avec autant de vigueur. Le dernier coup de sonde indique que les pourcentages sont respectivement passés à 24 % et à 31 %.

Vendredi dernier, Donald Trump avait par ailleurs donné son aval à un projet de loi bipartite du Congrès approuvant une aide d'urgence de 8,3 milliards de dollars américains pour le traitement et la prévention de la COVID-19. C'est trois fois plus que la somme qui avait été jugée nécessaire par son administration.

Selon CNN, Donald Trump a par ailleurs fait de son gendre Jared Kushner un conseiller dans ce dossier.

Consultez notre dossier : COVID-19 : tout sur la pandémie

Une situation banalisée

Donald Trump est entouré de quatre personnes. Tous sont assis devant une table de conférence.

Le président Trump a parfois envoyé des messages contredisant ceux de son équipe chargée de gérer la crise du coronavirus, dont fait partie le directeur du NIAID, Anthony Fauci (à droite).

Photo : Getty Images / BRENDAN SMIALOWSKI

Accusé par ses adversaires de prendre à la légère la menace posée à la santé publique, désormais considérée comme une pandémie mondiale par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le président Trump a multiplié au cours des dernières semaines les affirmations contredisant le message de son administration, véhiculant même des informations erronées.

Donald Trump, qui a comparé à plusieurs reprises la COVID-19 à la grippe saisonnière, a banalisé, lundi, le nombre de victimes susceptibles de succomber à la première, affirmant que la deuxième faisait bien plus de victimes.

La semaine dernière, il a en outre mis en doute l'information de l'OMS sur le taux de mortalité de 3,4 % de la COVID-19.

Comparaissant mercredi devant un comité de la Chambre des représentants, le directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), Anthony Fauci, a pour sa part martelé que la COVID-19 avait un taux de létalité de loin supérieur à la grippe saisonnière.

Les gens disent toujours : "La grippe fait ceci, la grippe fait cela", a-t-il déclaré. La grippe a un taux de mortalité de 0,1 %. Le taux de mortalité [de la COVID-19] est dix fois plus élevé. C'est la raison pour laquelle je tiens à insister sur le fait que nous devons garder une longueur d'avance dans la prévention de cette maladie.

Ultimement, ça va s'aggraver, a averti l'immunologiste, membre de l'équipe gouvernementale chargée de lutter contre la propagation du coronavirus et coordonnée par le vice-président Mike Pence.

Le président a plutôt cherché à se faire rassurant. Ça va disparaître. Il faut juste rester calme. Ça va disparaître, a-t-il martelé devant les journalistes mardi.

Le Dr Fauci a en outre recommandé de ne pas tenir d'événements attirant des foules nombreuses, citant en exemple les matchs de la NBA, l'Association nationale de basketball, mais se gardant soigneusement de parler de rassemblements politiques.

La NBA a d'ailleurs par la suite suspendu sa saison jusqu'à nouvel ordre.

Donald Trump avait pour sa part déjà martelé qu'il n'était pas question d'annuler ses rassemblements partisans, qui attirent des milliers de personnes.

Mercredi soir, la Maison-Blanche a annoncé l'annulation des visites prévues au Colorado et au Nevada. Rien n'a cependant été dit au sujet du rassemblement partisan prévu à Milwaukee, au Wisconsin, la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International