•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Irak : des roquettes font trois morts, dont deux soldats américain et britannique

Plusieurs soldats discutent près de la carcasse d'une structure.

Des soldats de la base américaine d'Aïn al-Assad, en Irak, discutent près d'une infrastructure endommagée par un missile iranien en janvier dernier.

Photo : Reuters / John Davison

Agence France-Presse

Des tirs de roquettes contre une base militaire en Irak ont pour la première fois fait trois morts mercredi, dont deux soldats, l'un américain et l'autre britannique, ce qui marque une escalade dans les tensions entre Washington et ses alliés d'une part, et Téhéran et ses supplétifs, de l'autre.

Aussitôt après cette attaque – la plus meurtrière recensée contre une base abritant des soldats américains depuis plusieurs années –, des raids aériens ont visé des positions de supplétifs de l'Iran à la frontière entre l'Irak et la Syrie, a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Ces raids ont tué 18 paramilitaires irakiens, selon la même source.

Lors d'une conversation téléphonique, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo et son homologue britannique Dominic Raab ont réitéré la solidarité de leurs pays, et ont exigé que les auteurs des attaques rendent des comptes, selon le département d'État américain.

Ces tirs de roquette sont la 22e attaque depuis la fin d'octobre contre des intérêts américains en Irak. Ils n'ont pas été revendiqués, mais Washington, qui dirige la coalition internationale antidjihadiste en Irak, attribue régulièrement ces attaques aux factions irakiennes pro-Iran.

Après les raids aériens, qui semblent être des représailles, le spectre de nouvelles violences plane en Irak, où les tensions entre les deux grands alliés du pouvoir à Bagdad, Téhéran et Washington, ont déjà dégénéré ces derniers mois.

Confirmation du Pentagone

Deux soldats, l'un américain et l'autre britannique, ainsi qu'un sous-traitant américain ont été tués mercredi soir dans le tir de dix roquettes sur la base irakienne de Taji, au nord de Bagdad, a indiqué à l'AFP un responsable militaire américain.

Le Pentagone a confirmé dans un communiqué la mort de trois membres de la coalition, dont deux Américains.

Douze autres personnes ont été blessées dans cette attaque, qui fait l'objet d'une enquête, a précisé le ministère américain de la Défense.

La coalition internationale antidjihadiste avait indiqué plus tôt que 18 roquettes avaient été tirées au total, faisant également 12 blessés, sans préciser leur nationalité.

La coalition compte des dizaines d'États membres, dont les États-Unis, qui ont déployé 5200 soldats sur diverses bases militaires en Irak.

Quelques heures plus tard, dix explosions ont secoué une zone au sud de la ville syrienne de Boukamal, frontalière de l'Irak, a rapporté à l'AFP M. Abdel Rahmane.

Trois avions probablement de la coalition internationale ont visé des positions iraniennes et des factions armées alliées, dont le Hachd al-Chaabi irakien, a indiqué le directeur de l'OSDH, en référence à cette coalition de paramilitaires désormais intégrés aux forces régulières irakiennes.

Au moins 18 combattants irakiens du Hachd al-Chaabi ont été tués, selon la même source.

Tensions ravivées

Les attaques à la roquette contre des soldats, des diplomates ou des installations des États-Unis en Irak ont déjà tué un sous-traitant américain et un soldat irakien par le passé.

Régulièrement, une ou plusieurs roquettes s'abattent sur des bases accueillant des soldats américains ou sur l'ultrasécurisée Zone verte de Bagdad, où est installée l'ambassade américaine. Mais le nombre de roquettes tirées mercredi, confirmé par le Pentagone, est particulièrement élevé.

Deux jours après la mort d'un Américain dans les tirs de 30 roquettes sur une base militaire irakienne à Kirkouk (nord) à la fin de 2019, l'armée américaine avait frappé cinq bases, en Irak et en Syrie, d'une faction armée pro-Iran, les brigades du Hezbollah. Elle avait fait 25 morts dans ses rangs.

Les tensions s'étaient ensuite accentuées entre Washington et Téhéran, menant à l'assassinat à Bagdad du puissant général iranien Qassem Soleimani et de son lieutenant irakien dans une frappe américaine, ainsi qu'à des bombardements iraniens de bases irakiennes abritant des soldats américains en représailles.

La coalition internationale formée contre le groupe État islamique (EI) en 2014 continue de combattre et d'apporter un appui aérien aux troupes irakiennes. Car si l'EI a perdu son territoire, il conserve des cellules clandestines toujours capables de mener des attaques.

Dimanche, deux soldats américains avaient été tués dans des combats contre des djihadistes dans le Nord irakien, alors même que la coalition avait annoncé suspendre ses activités en Irak en raison des tensions entre Téhéran et Washington.

Le Parlement irakien a récemment voté l'expulsion des 5200 soldats américains du pays, une décision qui doit encore être appliquée par le gouvernement. Mais l'Irak est plongé depuis des mois dans une crise politique et, depuis le début d'octobre, en proie à un mouvement de contestation antigouvernemental inédit.

Les militaires canadiens saufs

Le ministère de la Défense nationale a indiqué que tous les militaires canadiens étaient en sécurité.

Le camp Taji, qui a été visé, est l'une des bases abritant du personnel militaire canadien impliqué dans une mission de l'OTAN pour former des soldats irakiens.

« Tous les membres des Forces armées canadiennes dans la région sont en sécurité et sont comptabilisés », ont indiqué les Forces.

Le Canada compte environ 500 militaires en Irak.

La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Conflits armés

International