•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un père conçoit un maillot de bain pour sa fille transgenre

Jamie Alexander aux côtés de sa fille, Rubuy.

Jamie Alexander n'arrivait pas à trouver un bas de maillot pour sa fille transgenre, alors il a décidé d'en inventer un.

Photo : CBC/Jamie Alexander

Radio-Canada

Jamie Alexander ne trouvait pas de bas de maillot de bain pour sa fille transgenre de 12 ans, alors il a décidé d'en inventer un.

La famille devait se rendre en vacances au Panama et M. Alexander s'inquiétait pour la « sécurité » de Ruby, qui s'identifie comme une fille depuis plusieurs années.

On ne voulait pas qu'elle soit victime de discrimination, explique-t-il.

La jeune fille, qui n'a pas complété sa transition, ne voulait plus porter de maillot de garçon, mais un bikini ne dissimulait pas suffisamment ses organes génitaux.

Son père, un entrepreneur en haute technologie à Toronto, ne connaissait rien de l'industrie du textile, mais il a eu l'idée l'automne dernier d'utiliser des matériaux de compression.

Il a reçu l'aide de l'incubateur pour petites entreprises Fashion Zone de l'Université Ryerson, afin de lancer sa ligne de vêtements appelée Rubies, en honneur de sa fille.

Les bas de maillot en vente.

Les bas de maillot sont offerts en rose et en noir.

Photo : CBC/Jamie Alexander

Il ne fabrique que des bas de maillot, pas de haut. Il vend aussi des t-shirts portant le slogan « Every Girl Deserves to Shine (Toutes les filles ont le droit de rayonner) ».

Je n'essaie pas de remplacer Lululemon, dit-il.

Une fille fière

M. Alexander a amélioré le produit au fil des mois grâce aux commentaires de 25 filles transgenres du Canada, des États-Unis et de l'Australie, qui ont testé le bas de maillot.

Ces vêtements, qui sont cousus dans le Grand Toronto, sont disponibles en noir et en rose. Leur prix : 62 $.

Je veux donner un millier de bas de maillot à des enfants moins nantis, ajoute-t-il, une promesse qu'il compte financer grâce à la vente de ses t-shirts.

Que pense Ruby de son père et de son invention? Il est super, lance-t-elle.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !