•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès d'Ugo Fredette : chaque partie fera témoigner un psychiatre

Ugo Fredette dans un restaurant.

Ugo Fredette a été reconnu coupable des meurtres au premier degré de son ex-conjointe et d’un automobiliste.

Photo : Radio-Canada

Les visions de deux psychiatres sur la dangerosité du meurtrier Ugo Fredette vont s’opposer aux observations sur la peine à lui imposer. C’est ce que les parties ont annoncé mercredi matin, lors d’une audience au palais de justice de Saint-Jérôme.

L’homme de 44 ans a été reconnu coupable des meurtres au premier degré de son ex-conjointe et d’un automobiliste, l’automne dernier.

Lors de l’audience mercredi, la poursuite s’est d'ailleurs plainte du délai étonnamment long de deux à trois ans demandé par le Service correctionnel du Canada pour lui fournir une copie du rapport d’évaluation du détenu Ugo Fredette. Un ordre de la Cour sera donc envoyé au ministère fédéral afin qu’il offre une copie du rapport dans des délais raisonnables.

Le ministère public souhaite aussi demander au Tribunal qu’il y ait un interdit de contact entre Ugo Fredette et l’enfant avec lequel il avait fui en septembre 2017, après le meurtre de son ex-conjointe Véronique Barbe. Le garçon, âgé de six ans à l’époque, avait assisté au meurtre du septuagénaire Yvon Lacasse, mais s’était sorti indemne de la cavale.

Les observations sur la peine à imposer au meurtrier sont prévues pour deux semaines en mai et juin.

Un long débat constitutionnel est à prévoir puisque la poursuite souhaite l’imposition de peines cumulatives, ce qui signifierait l’emprisonnement à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 50 ans. La défense s’y oppose et réclame plutôt une peine de détention minimale de 25 ans.

Pendant l’audience, Ugo Fredette était attentif aux discussions, vêtu d’un chandail blanc ajusté, assis dans le box des accusés. Lors de sa dernière présence en Cour, en novembre, les proches de ses victimes avaient défilé devant lui et témoigné avoir été anéantis par ses crimes.

Ugo Fredette a porté en appel les verdicts de culpabilité.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Procès et poursuites

Justice et faits divers