•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Lionel Carmant satisfait des investissements budgétaires dans la DPJ

Plan rapproché du Dr Carmant.

Lionel Carmant, député caquiste de Taillon et ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, croit que ces investissements permettront « d'en finir avec les listes d'attente ».

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

« Ça va nous permettre d'en finir avec les listes d'attente », affirme le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, qui est satisfait des investissements budgétaires de 90 millions de dollars par année pour la protection de la jeunesse.

Ça va également nous permettre de faire de la prévention pour prévenir tous les signalements que l'on voit, un nombre à la hausse qui continue au Québec, lance le ministre Carmant au lendemain du budget dans lequel le gouvernement investit 450 millions de dollars dans la DPJ sur 5 ans.

Ces investissements visent à réduire les listes d’attente, consolider les services à la protection de la jeunesse et embaucher 400 nouveaux intervenants pour alléger la charge de travail sur le terrain.

Malgré la pénurie de main-d'oeuvre à la fin janvier 2020, tous les postes qui avaient été affichés ont été comblés. Je vois que le Québec partage mon sentiment de venir en aide aux enfants. Par exemple, dans la région de Montréal, il y a des gens qui sont revenus à la DPJ pour offrir leur aide, explique ce dernier.

« Quand le syndicat parle de condition de travail, c'est parce qu'il manque de travailleurs. »

— Une citation de  Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux

Le ministre dit être à l'écoute. Les gens nous disent qu'ils ont besoin de plus de formation. On va aller à un rythme beaucoup plus lent. Ensuite, c'est le retour aux charges habituelles, dont de 16 à 20 dossiers par intervenant.

Il croit que la prise en charge des dossiers s'accélérera quand les embauches seront terminées. Ça va s'améliorer, dit-il.

Une somme insuffisante

L'argent ne fait pas le bonheur, c'est le message que souhaite faire comprendre au gouvernement Legault l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), le syndicat qui représente les employés de la DPJ en Estrie.

Le syndicat a réagi ainsi à l'investissement de 450 millions de dollars sur cinq ans par Québec pour prendre soin des enfants.

Outre les investissements, le directeur des relations de travail sur l'exécutif de l'APTS-Estrie, Danny Roulx, soutient qu'il est prioritaire d'améliorer les conditions de travail des intervenants pour retenir ceux qui sont en place et en attirer de nouveaux.

Il faut que le gouvernement soit agressif dans les conditions de travail pour les conditions qu'ils vont mettre pour les gens de la DPJ, croit Danny Roulx.

Rappelons que la DPJ de l'Estrie a été mise sous tutelle par le ministère de la Santé la semaine dernière après un autre cas de négligence constaté à Granby.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !