•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Océane Kitura Bohémier Tootoo, un trait d’union entre deux cultures

Des milliers d’élèves et d’étudiants de la région sont actuellement en relâche ou en congé forcé. Parmi ces jeunes s’exprime une relève artistique étonnante. Que jeunesse se passe? Non, qu’elle s’éclate!

Une fille devant un mur en bois à l'extérieur en hiver.

Océane Kitura Bohémier Tootoo

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Rhéaume

Stéphanie Rhéaume

Inuk et Québécoise, Océane Kitura Bohémier Tootoo pourrait bien devenir l’une des rares diplômés d’origine autochtone du programme d'interprétation en théâtre musical du Collège Lionel-Groulx.

Il y a à peine quelques années, rien ne laissait pourtant présager que la jeune femme de 17 ans de Cantley allait s’inscrire comme une étoile montante de la comédie musicale.

C’est quand même étrange, admet celle qui achève sa première année au collège. Dans ma famille, il n’y a personne qui ne fait vraiment des arts.

Entre ses origines maternelles québécoises et son héritage culturel inuit qui lui vient de son père, l’ancien homme politique Hunter Tootoo, Océane trace sa voie artistique en veillant à chérir ses racines autochtones.

Une fille avec une canne à pêche debout sur un rocher au bord de l'eau.

Océane à la pêche avec son père à Iqaluit

Photo : Gracieuseté d'Océane Kitura Bohémier Tootoo

Cette dernière est née à Iqaluit. Sa famille a toutefois choisi de s’installer en Outaouais pour lui permettre de poursuivre ses études secondaires en français.

C’est en fréquentant le programme de théâtre musical de l’Artishow, à Gatineau, dès 2016, qu’Océane a la piqûre pour ce genre unissant ses passions pour le chant, la danse et le théâtre.

Les trois sont vraiment connectés ensemble. En même temps, on raconte une histoire. Ça rallie plusieurs facettes d’art, pis c’est vraiment ça qui me captive, explique-t-elle.

Malheureusement, il n’y a pas de théâtre musical dans le Nord. Je n’aurais pas découvert ça si je n’étais pas venue ici.

Une citation de :Océane

À 15 ans, elle écrit sa propre comédie musicale, Sedna, inspirée d’une légende inuit. Dans le rôle-titre, l’adolescente dégage une assurance sans faille, transportée par un plaisir évident de fouler les planches.

Une fille qui performe dans une comédie musicale inspirée d’une légende inuite.

Océane sur scène dans la comédie musicale Sedna

Photo : Gracieuseté d'Océane Kitura Bohémier Tootoo

Sa production a été présentée sur une scène extérieure devant l’Université du Québec en Outaouais le 21 juin 2018, dans le cadre de la Journée nationale des peuples autochtones.

À l’image de son personnage de Sedna, la déesse de la mer, Océane a soif de liberté.

La bonne étoile (musicale) d’Océane

S'il lui est difficile de prédire l’avenir, le sien résonnera en musique, assure-t-elle.

Une partie de moi veut participer à plein de comédies musicales et faire ça de ma vie. Mais il y a une autre partie de moi qui veut être une chanteuse, écrire des chansons et faire des spectacles, soutient-elle.

Dans tous les cas, la jeune artiste souhaite toucher les gens. Pour elle, la musique doit impérativement raconter une histoire, qu’elle prenne la forme d’un théâtre musical ou d’une chanson.

Très inspirée par l’auteure-compositrice-interprète Elisapie, avec qui elle partage une identité métissée, Océane n’écarte pas la possibilité de produire un album solo.

Dans sa chanson, L’Inuite qui s’ennuite, écrite l’an dernier, Océane exprime une certaine mélancolie vis-à-vis sa terre natale.

Les blues d’une Inuite qui s’ennuite

De l’odeur de sa terre

De l’odeur de la mer

Elle se demande bien qu’est-ce qu’elle fait icitte

Son cœur souffle ce refrain

De retourner à Iqaluit

Une citation de :Extrait de L’Inuite qui s’ennuite d’Océane Kitura Bohémier Tootoo
Deux personnes chaudement habillées dans un traîneau.

Océane rêve de retourner vivre à Iqaluit pour se réapproprier sa culture inuite.

Photo : Gracieuseté d'Océane Kitura Bohémier Tootoo

Son désir le plus fou se dessine justement loin de la scène. Océane rêve de retourner dans la ville qui l’a vue naître pour embrasser les aurores boréales.

J’irais un an, je pense, dans le Nord, dans la communauté. Ça fait vraiment longtemps que je n’ai pas vécu là-bas, explique-t-elle songeuse. J’aimerais y aller pour apprendre la langue [l’inuktitut].

Plusieurs des membres de la famille de son père habitent toujours au Nunavut.

Malgré tout, Océane Kitura Bohémier Tootoo passera l’été non pas dans la lumière quasi éternelle d’Iqaluit, mais plutôt dans l’air salin de Charlottetown.

C’est à l’Île-du-Prince-Édouard que son étoile continuera de briller au cours des prochains mois. La comédienne-danseuse-chanteuse a été sélectionnée pour faire partie de la troupe de théâtre musical de la Jeune Compagnie du Centre des arts de la Confédération.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !