•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vacances sont essentielles, rappelle un documentaire

Des femmes en maillot de bain sautent dans un trou d'eau.

Une scène du documentaire « Que reste-t-il de nos vacances? »

Photo : Téléfiction

Cecile Gladel

Le Québec est la province canadienne où les gens prennent le moins de vacances, et une productrice a eu l’idée d’approfondir le sujet dans un documentaire. Que reste-t-il de nos vacances? propose une réflexion sur le peu de place qu’occupent les vacances dans nos vies, trop souvent centrées sur le travail.

La jeune femme parle en ouvrant les mains.

Aurélie Lanctôt dans le documentaire « Que reste-t-il de nos vacances? »

Photo : Téléfiction

La productrice Élisabeth Gervais a eu l’idée de fouiller la question après avoir lu la chronique d’Aurélie Lanctôt dans Urbania en 2017 : « Je ne sais pas quand je vais vivre! » La chroniqueuse se questionnait sur la place trop importante du travail dans nos vies. C’était émouvant, ça touchait une corde sensible. Elle se demandait quand elle allait faire autre chose que travailler. Je sentais que ça touchait les gens, souligne la réalisatrice en entrevue.

La productrice a voulu aller plus loin dans le documentaire. Elle s’est penchée sur les conséquences du manque de pauses sur le monde du travail, sur la productivité, mais également sur la vie personnelle et la santé des travailleurs et travailleuses.

Ça m’a interpellée intimement. Ce sujet touche à l’identité, l'intimité, le couple, la santé mentale. Ça nous invite à réaliser la place que le travail a prise dans notre vie. Le travail est devenu notre identité.

Élisabeth Gervais

Les vacances sont un investissement

Dans le documentaire, des spécialistes expliquent aussi pourquoi prendre des vacances est bénéfique et que prendre une pause du travail permet d’être plus efficace. On sait qu’après 11 ou 12 semaines, notre niveau d’efficacité va chuter dramatiquement. Donc, si on a une ou deux semaines de vacances tous les trois mois à peu près, on reste à un niveau d’efficacité qui est toujours au-dessus de 80 %, expose Nicolas Chevrier, psychologue du travail, dans le documentaire.

L'homme est assis et parle à la caméra.

Nicolas Chevrier, psychologue du travail, dans le documentaire « Que reste-t-il de nos vacances? »

Photo : Téléfiction

Par ailleurs, trop souvent, les vacances sont considérées comme un moment ennuyant, qui ne vaut rien, une perte de temps. On pense aussi que si on n’a pas d’argent pour partir, ça ne vaut pas la peine, alors que ce n’est pas vrai. Les vacances sont un investissement dans notre bien-être. Il faut changer les mentalités. Les vacances, ça peut être du temps pour soi et décrocher du travail, la fin de semaine et tous les jours, ajoute Élisabeth Gervais.

La productrice espère aussi que des patronnes et patrons vont voir le documentaire et modifier leur rapport aux vacances. C’est dur de changer leur mentalité sur le fait que les employés doivent faire le plus grand nombre possible d’heures pour être efficaces, conclut-elle.

Le documentaire Que reste-t-il de nos vacances sera diffusé sur les ondes de Télé-Québec le mercredi 11 mars à 20 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Télé

Arts