•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget provincial bien accueilli en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

Plusieurs réactions sont positives dans la région après le dépôt du budget provincial mardi.

Le ministre est applaudi par les députés.

Le ministre des Finances Eric Girard en compagnie du premier ministre François Legault lors du dépôt du budget.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Les mesures budgétaires pour l’année 2020-2021 semblent satisfaire le milieu municipal gaspésien et madelinot, mais aussi certains intervenants du milieu touristique et culturel.

On avait des priorités en ce qui concerne les changements climatiques, les transports et le développement régional et le gouvernement a répondu présent. Il a délié les cordons de la bourse et va nous soutenir à ces chapitres-là, estime le maire de Gaspé et vice-président de l’Union des municipalités du Québec, Daniel Côté.

Bien que peu de mesures spécifiques à la Gaspésie et aux Îles soient incluses dans le budget, plusieurs mesures plus générales bénéficieront à la région, selon Daniel Côté.

Il se dit particulièrement favorable à la mesure annonçant un investissement de 300 millions de dollars dans une nouvelle mouture de la Stratégie maritime, dont plus de la moitié sera consacrée aux ports de mer.

Il estime que ce montant signifie des investissements dans les ports de Gaspé et de Matane, qui passeront bientôt aux mains du gouvernement provincial.

Le bateau George-Alexandre Lebel accosté au port de Matane

Le port de Matane (photo) et le port de Gaspé seront cédés au gouvernement provincial en avril 2020.

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis_Rad

M. Côté se dit également satisfait du montant de 80 millions de dollars pour favoriser le cabotage, le recours aux activités maritimes de nature commerciale.

Il rappelle que le transport commercial en région se fait principalement par camion, alors que l’industrie connaît une pénurie de camionneurs.

En même temps, c’est une mesure qui sera bénéfique pour l’environnement. Donc, c’est aussi bon pour le transport que pour la protection de l’environnement, soutient-il.

Un peu plus pour l’érosion des berges

Le budget du ministre des Finances, Éric Girard, bonifie de 40 millions de dollars sur quatre ans l’enveloppe destinée à la lutte contre l’érosion des berges, une mesure qualifiée de « grande avancée » par Daniel Côté

On va faire un petit bout avec ça. C’est certain qu’on ne réglera pas tous les problèmes, mais au moins on fait des avancées, affirme-t-il.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine et vice-président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Jonathan Lapierre, partage l'enthousiasme prudent de son homologue de Gaspé. Il rappelle que la communauté maritime demandait une enveloppe de 80 millions de dollars sur 10 ans uniquement pour l’érosion des berges dans l’archipel, mais que ce montant est tout de même une bonne nouvelle.

Maintenant, peut-être que cette mesure-là pave la voie à d’autres bonifications dans les prochaines années. Ça reste à voir, mais pour l’instant on peut se réjouir, puisque les montants destinés à l'érosion des berges n’ont pas été augmentés depuis plusieurs années.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine et vice-président de la FQM

Les deux maires saluent d’autres mesures budgétaires liées à l’environnement, entre autres les montants destinés à l’électrification des transports.

Le deuxième budget Girard consacre en effet une enveloppe de plus de 6,2 milliards de dollars d'ici 5 ans dans la lutte contre les changements climatiques, dont une partie ira dans l’électrification des transports.

C’est assez flou pour le moment, mais on voit qu’il y a une ouverture de la part du gouvernement d’investir là-dedans, note Daniel Côté.

Paysage d'hiver aux Îles-de-la-Madeleine

Les falaises et les plages de l'archipel sont menacées par l'érosion

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Une expertise environnementale madelinienne

Le budget Girard réserve 20,1 millions de dollars pour la poursuite de la mission du Centre d’expertise en gestion des risques d’incidents maritimes (CEGRIM), basé aux Îles-de-la-Madeleine.

Satisfait de cette mesure, Jonathan Lapierre indique que cet investissement profitera à tout le Québec.

Les Îles-de-la-Madeleine occupent une place géostratégique dans le golfe du Saint-Laurent et donc pour le Québec. De voir la volonté du gouvernement de poursuivre la mission du CEGRIM aux Îles, c’est une excellente nouvelle pour notre communauté, se réjouit-il.

M. Lapierre ajoute que le CEGRIM emploie une douzaine de personnes dans l’archipel.

Exploramer souffle enfin

Les institutions muséales à vocation scientifique auront finalement un financement constant de la part du gouvernement provincial.

Deux élèves avaient choisi d'étudier les étoiles de mer.

Exploramer propose différentes activités visant à éduquer la population sur les enjeux liés aux milieux marins.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Le budget Girard prévoit 25 millions de dollars étendus sur cinq ans pour soutenir les activités de ces institutions, un réel soulagement pour la directrice d’Exploramer, Sandra Gauthier, qui milite pour ce financement depuis plusieurs années.

On va pouvoir continuer nos missions d’éducation, de conservation et de vulgarisation scientifique. On va pouvoir fonctionner normalement comme toute autre institution muséale. Ça va nous permettre de nous concentrer sur l’accomplissement de nos missions et non pas sur la recherche de financement.

Sandra Gauthier, directrice d'Exploramer

Mme Gauthier, qui ne cache pas son enthousiasme à la suite du dépôt du budget, conclut que cet investissement dénote de l’importance qu’accorde le gouvernement Legault à l’éducation et de l’innovation scientifique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Économie