•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Muskrat Falls : un rapport met en lumière les bévues de l'ancien PDG de Nalcor

Le chantier Muskrat Falls en hiver.

Le chantier Muskrat Falls en hiver.

Photo : Nalcor Energy

Radio-Canada

Après deux ans de travail, la commission d'enquête de Muskrat Falls vient de rendre public son rapport ce mardi. Il inculpe Ed Martin, l’ancien président-directeur général de Nalcor, mais aussi le gouvernement terre-neuvien.

Dans son rapport, le juge Richard LeBlanc, de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador, a épinglé les gouvernements précédents et les fonctionnaires qui ont failli à leur tâche de surveiller la société d’État Nalcor Energy.

Portrait du juge Richard LeBlanc.

Le juge Richard LeBlanc dénonce l'inaction du gouvernement terre-neuvien face au fiasco financier de Muskrat Falls.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

Le juge LeBlanc a aussi envoyé des flèches au gouvernement actuel pour son inaction.

Il dit que le gouvernement a échoué dans sa manière d'agir avec les Autochtones et avec l'environnement. C'est direct, c'est clair qu'ils n'ont pas abordé de manière juste et honnête, donc c'est vraiment des mots très forts, explique Caitlin Urquhart, avocate à la commission d'enquête sur Muskrat Falls.

Portrait de Caitlin Urquhart.

Pour Caitlin Urquhart, ces recommandations sont intéressantes, mais n’auront pas un impact concret sur les Terre-Neuviens.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

La commission a entendu plus d’une centaine de témoignages et examiné quelque 6 millions de documents pour faire la lumière sur les raisons de l'escalade des coûts du projet hydroélectrique de Muskrat Falls, qui sont passés de 6,2 milliards à 13 milliards de dollars.

 Ed Martin lors d'un point de presse.

L'ex-PDG de Nalcor, Ed Martin.

Photo : CBC

Le rapport accuse Ed Martin, l'ancien PDG de Nalcor Energy, d’avoir volontairement omis de transmettre des informations primordiales au gouvernement en déformant des informations liées aux coûts, aux risques et aux possibles retards du projet.

Ce rapport a enfin donné 17 recommandations pour éviter que la province ne répète ces erreurs. Le gouvernement a dit vouloir prendre le temps d'examiner celles-ci avant de les mettre en application dans une trentaine de jours.

Pour Caitlin Urquhart, ces recommandations sont intéressantes, mais n’auront pas un impact concret sur les Terre-Neuviens, qui vont continuer à payer les frais de ce raté pendant plusieurs années.

C'est trop tard pour les gens du Labrador qui vont vivre avec les impacts du projet, dénonce-t-elle.

Dwight Ball.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Dwight Ball, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, a déclaré avoir remis un rapport à la police et au ministère de la Justice, sans toutefois donner des détails sur les raisons qui l'ont poussé à le faire

On sait qu'il y a des critiques, depuis le début, qui disent qu'il y avait des aspects criminels dans la manière dont certains individus se sont comportés, donc on est heureux que ce soit considéré parce qu’on ne pensait pas que ce serait possible après le rapport, ajoute l’avocate.

En février dernier, le gouvernement Trudeau a annoncé qu’il allait aider la province à se remettre de ce fiasco financier pour limiter son poids sur les Terre-Neuviens. Ottawa se dit prêt à négocier une restructuration financière pour réduire les coûts associés à la structure de capital de Muskrat Falls.

Avec les informations de Marie Isabelle Rochon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !