•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vidéos pornos illégales : Ottawa envisage de légiférer

Steven Guilbeault accorde une entrevue à la caméra.

Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Radio-Canada

Ottawa envisage de légiférer pour donner une responsabilité accrue aux propriétaires de sites pornographiques, comme Pornhub, une adresse montréalaise, accusés d'héberger des vidéos de pornographie juvénile et de vengeance pornographique.

Interrogé à ce propos mardi, le ministre du Patrimoine Steven Guilbeault, qui est responsable du projet de loi sur la haine en ligne, a expliqué qu'il a commencé à travailler sur cette question avec ses collègues Navdeep Bains, ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, et David Lametti, ministre de la Justice.

C'est encore embryonnaire [...]. Comment on va conclure là-dessus, un projet de loi, deux projets de loi différents, je ne suis pas en mesure de vous répondre.

Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine

Dans la foulée, le ministre a aussi dénoncé le fait que des vidéos de pornographie juvénile ou de vengeance pornographique puissent être hébergées sur de tels sites. Est-ce que c'est immoral, répréhensible? Bien sûr que oui! La seule question est : quelle est la meilleure façon, du point de vue législatif, pour nous, de nous attaquer à ce problème-là?

Le site Pornhub, par exemple, permet aux utilisateurs de télécharger eux-mêmes des vidéos, ce qui rend possible le fait de diffuser une vidéo sans le consentement des personnes qui y sont filmées.

Un groupe composé de trois sénateurs et de six députés fédéraux a fait récemment parvenir une lettre au premier ministre Justin Trudeau pour qu'il agisse dans ce dossier. Parmi eux, la sénatrice indépendante, Julie Miville-Dechêne.

Il pourrait y avoir, par exemple, de nouvelles lois afin de donner une responsabilité accrue aux intermédiaires comme Pornhub, dit-elle.

Une pétition en ligne réclamant la fermeture du site Pornhub, une plateforme appartenant à MindGeek, un groupe dirigé par deux Montréalais, a recueilli près de 400 000 signatures en quelques jours.

Le professeur en droit de l'information à l'Université de Montréal, Pierre Trudel, explique qu'il est difficile de tenir la plateforme responsable de son contenu. Dans l'ambiguïté, c'est difficile de tenir la plateforme a priori responsable, dit-il.

Dans un courriel, Pornhub affirme utiliser des logiciels à la fine pointe de la technologie pour repérer les vidéos au contenu illégal.

Avec les informations de Nancy Caouette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique