•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : Justin Trudeau annoncera ce matin des mesures d’aide

Plan rapproché de Justin Trudeau en conférence de presse.

Justin Trudeau veut aider les travailleurs, les entreprises et les systèmes de santé.

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

Radio-Canada a appris que le premier ministre annoncera lors d’un point de presse aujourd'hui une série de mesures d’aide pour contrer les impacts du coronavirus sur l’économie et la santé publique au Canada.

Selon nos informations, la réponse du gouvernement sera concentrée sur le renforcement du système de santé et de l’économie au pays et devrait comprendre des mesures pour venir en aide aux travailleurs, aux entreprises et aux systèmes de santé provinciaux.

Ottawa annoncera notamment du financement supplémentaire pour la recherche sur le coronavirus. Cela s'ajoutera aux 27 millions de dollars sur deux ans annoncés la semaine dernière pour la recherche sur les contre-mesures médicales, sociales et stratégiques face au coronavirus.

Il s’agira d’un premier pas de la part d’Ottawa. D’autres mesures devraient être annoncées plus tard, notamment lors du prochain budget fédéral.

Justin Trudeau reconnaît l’urgence d’agir. On est très conscients qu’il va y avoir des impacts économiques pour les familles, pour les travailleurs, les petites entreprises. C’est pour ça qu’on est en train de regarder différentes mesures qu’on va pouvoir annoncer bientôt, qui vont commencer à aider les gens de façon concrète, a-t-il déclaré.

La semaine dernière, le ministre fédéral des Finances Bill Morneau avait laissé entendre que son plan pour combattre la COVID-19 inclurait des mesures de soutien pour les Canadiens qui doivent s’isoler afin de prévenir la propagation du virus.

Par exemple, les critères d’accès à l’assurance-emploi et aux prestations de maladie sont en train d’être révisés, et pourraient être ajustés en fonction de l’ampleur de la crise.

Le gouvernement a l'intention d’éliminer la période d’attente d’une semaine pour l'assurance-emploi, de réduire le nombre d’heures nécessaires pour se qualifier et de limiter les prestations à la période de quarantaine. Les prestataires devraient donc répondre à plusieurs conditions, dont l’obtention d’une note du médecin.

Mais avant de mettre ces mesures en oeuvre, le gouvernement veut en évaluer l'incidence socioéconomique et s’assurer qu’elles sont viables financièrement.

Droit de refus d’un travail dangereux

Le gouvernement Trudeau songe également à inclure les risques de contamination élevés dans le droit de refuser d’exécuter un travail dangereux, pour des raisons de santé et de sécurité.

Selon la loi, un travail dangereux représente une situation, [une] tâche ou [un] risque qui pourra[ien]t vraisemblablement présenter une menace imminente ou sérieuse pour la vie ou pour la santé de la personne qui y est exposée. Les policiers, pompiers et travailleurs de la santé sont parfois exemptés de cette provision, lors de circonstances limitées.

La ministre du Travail Filomena Tassi souligne que l’important est que les travailleurs se sentent protégés et en sécurité, et qu’ils ne se retrouvent pas dans des situations où ils se sentent obligés d’aller au travail dans un milieu qu’ils jugent non sécuritaire.

Nous nous attaquons à ce problème afin de donner aux travailleurs le soutien dont ils ont besoin pour ne pas qu’ils aient à choisir entre leur sécurité et leur salaire.

Filomena Tassi, ministre fédérale du Travail

Ottawa pourrait avoir besoin d’embaucher des inspecteurs supplémentaires pour faire appliquer la loi. Ce changement toucherait uniquement les entreprises de compétence fédérale. Le gouvernement Trudeau pourrait demander aux provinces de faire de même dans les secteurs d’emplois qui relèvent de leur administration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique