•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un congrès pour soutenir les élèves aux besoins particuliers

Une femme parle derrière le lutrin du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue lors d'un point de presse.

Lucille Doiron est directrice générale à l’Institut des troubles d'apprentissage.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Les parents d'enfants avec des besoins particuliers pourront en apprendre un peu plus sur les façons de les soutenir les 6 et 7 novembre prochains. Le premier Congrès régional en éducation inclusive, qui vise à soutenir la réussite scolaire, se déroulera au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, au campus de Rouyn-Noranda.

Les professionnels qui travaillent avec les élèves et étudiants du préscolaire à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue auront accès à une journée de formation.

La deuxième journée est réservée aux parents. Les parents n'ont pas besoin de savoir les critères diagnostiques d'un TDAH. Ce qu'ils ont besoin de savoir, c'est "Quand je couche mon enfant le soir, qu'est-ce que je peux faire? Qu'est-ce qui peut m'aider?" Ce sera beaucoup plus pratique, beaucoup plus axé sur la réalité, affirme Nathalie Tremblay, présidente du comité organisateur.

Une femme parle derrière le lutrin du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, une autre femme à ses côtés.

Nathalie Paquin, conseillère pédagogique et Nathalie Tremblay, présidente du comité organisateur du congrès

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Celle qui est aussi enseignante en travail social au Cégep remarque que les besoins sont nombreux pour les élèves ayant un trouble d'apprentissage, qui vivent de l'anxiété ou un trouble du spectre de l'autisme. Il y a eu une étude faite par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse qui estime qu'un élève sur cinq a des besoins particuliers. C'est énorme, c'est 20 % de notre clientèle du préscolaire à l'universitaire. Ces étudiants-là se retrouvent aux études supérieures, précise-t-elle.

Les organisateurs ont créé un partenariat avec l'Institut des troubles de l'apprentissage. L'organisme tiendra son 45e congrès à Montréal du 25 au 27 mars.

C'est la première fois que l'Institut des troubles de l'apprentissage initie un tel projet dans votre belle et grande région. Ça devient un congrès et un colloque régional autant pour les intervenants scolaires que pour les parents, soutient Lucille Doiron, directrice générale de l'Institut des troubles de l'apprentissage.

Les parents se sentent souvent isolés. Ils le sont véritablement ou ils le sont parce qu'ils viennent d'apprendre qu'un de leurs enfants a des troubles d'apprentissage. Dans ce cadre-là, ils peuvent souvent s'isoler ou faire des recherches très intenses pour trouver des services et comme c'est nouveau, c'est difficile. Le colloque se veut un moment pour que les parents puissent rencontrer d'autres parents et des experts du domaine de l'orthophonie, par exemple, de la dyscalculie, du trouble du spectre de l'autisme, le TDAH, trouble anxieux, etc., ajoute Mme Doiron.

Les personnes intéressées peuvent réserver dès maintenant leur place aux différentes conférences.

Projet-pilote

L'Institut des troubles de l'apprentissage développe la plateforme « Ensemble, en ligne », un projet-pilote pour répondre aux besoins dans les milieux scolaires des régions du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Éducation