•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’USB veut amasser un million de dollars pour sa future garderie

Image d'une maquette de bâtiment.

Le coût global de la construction de la garderie est évalué à 6,6 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada / Chantallya Louis

Laïssa Pamou

L’Université de Saint-Boniface a lancé mardi une campagne de financement pour la construction de son centre d’apprentissage et de garde d’enfants, avec pour objectif d'amasser un million de dollars.

Cette campagne baptisée Voir plus loin commence avec une somme initiale de plus de 180 000 $ provenant des fonds des priorités émergentes.

Selon la coordinatrice du bureau de développement de l'USB, Lynne Connelly, de nombreuses personnes ont fait des dons aux fonds des priorités émergentes depuis plusieurs années en précisant qu’elles aimeraient que leur argent soit consacré à la réalisation du projet de garderie sur le campus.

La campagne de financement sera présidée en interne par deux professeurs, Dominique Arbez et David Alper.

À l'externe, la campagne sera portée par deux jeunes familles constituées de parents qui sont tous des finissants de l’Université de Saint-Boniface : Ben Maréga et son épouse Kadidia Kagnassy, Janelle Delorme et son conjoint Philippe Bellefeuille.

Ces parents de jeunes enfants sont bien au fait de la difficulté de trouver une place de garderie en français, affirme Mme Connelly.

Lorsque l’équipe du bureau de développement et de communication s’est mise à réfléchir sur le ou la porte-parole idéale pour ce projet [de campagne de financement], nous savions que nous aurions besoin de quelqu’un qui pouvait témoigner de son importance, quelqu’un qui aurait peut-être vécu les effets de la pénurie de services de garde qui existe depuis quelques années au Manitoba.

Janelle Delorme a ainsi dû prolonger son congé de maternité car elle ne trouvait pas de place dans une garderie francophone pour son fils Olivier. Après plus de 12 mois de recherche, son conjoint et elles ont finalement pu confier leur enfant à une garderie familiale, chez leur voisine.

Il y a une sévère pénurie de places en garderie francophone dans la communauté, indique Mme Delorme.

Ben Maréga et Kadidia Kagnassy ont envoyé leurs enfants en Guinée, chez leurs parents, pendant dix mois, car ils ne trouvaient pas de place aussi bien dans les garderies francophones qu’anglophones.

Ce fut une très belle expérience pour les enfants, certes, mais ça a été très difficile pour nous de ne pas voir nos enfants pendant 10 mois, dit Kadidia Kagnassy.

Deux hommes et deux femmes debout. Une des femmes porte un petit garçon dans ses bras.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De gauche à droite : Ben Maréga et Kadidia Kagnassy, Janelle Delorme, Philippe Bellefeuille et leur fils Olivier.

Photo : Radio-Canada / Chantallya Louis

Les deux couples disent connaître beaucoup d’autres familles qui peinent à trouver des places en garderie. Ils comptent sur la générosité de l’ensemble de la population pour amasser les fonds nécessaires qui permettront de construire le centre d’apprentissage et de garde d’enfants de l’USB.

Cette garderie pourra accueillir 80 enfants, soit 16 poupons et 64 enfants d’âge préscolaire. Elle s’étendra sur une superficie de 725 mètres carrés, sur le terrain situé tout près du pavillon Marcel-André-Desautels.

Le coût global de la construction du bâtiment est évalué à 6,6 millions de dollars.

Le projet a déjà reçu le soutien financier du gouvernement fédéral, du gouvernement provincial, de l’Université de Saint-Boniface et de l'association des étudiants de l’USB.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Éducation