•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Sandra Gaudet : des appuis de taille pour la demande d'une enquête publique

Martin Paquette et Jean-Claude Bernheim lors de la conférence de presse.

Des citoyens et des experts, dont le cinéaste Martin Paquette et le criminologue Jean-Claude Bernheim (au micro), unissent leurs forces pour réclamer une enquête publique dans le dossier de Sandra Gaudet.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des voix s'élèvent pour réclamer de nouveau une enquête publique sur l'affaire du meurtre de Sandra Gaudet à Val-d'Or, il y a 30 ans. Des citoyens appuyés par des personnalités publiques, notamment le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, le criminologue Jean-Claude Bernheim et le journaliste Claude Poirier, ont rencontré les médias mardi matin à Montréal.

La demande est portée par le mouvement citoyen « Sandra Gaudet, la population exige des réponses », qu'appuient diverses personnalités.

Le mouvement demande de faire la lumière sur le meurtre en 1990 de l'adolescente de 14 ans Sandra Gaudet. Il y a 30 ans, son corps avait été retrouvé à Val-d'Or. Elle avait été agressée sexuellement et assassinée.

Un an après le meurtre, deux hommes de Senneterre, âgés à l'époque de 21 et 23 ans, Hugues Duguay et Billy Taillefer, étaient reconnus coupables de meurtre prémédité et condamnés à la prison à perpétuité.

À ce jour, ils continuent de clamer leur innocence. Ils ont respectivement passé 12 et 15 ans derrière les barreaux avant qu'un juge n'ordonne leur libération.

Déjà en 1999, la commission Poitras, qui enquêtait sur la Sûreté du Québec, avait conclu que des informations favorables aux deux hommes avaient été cachées à la défense.

Claude Poirier.

Le journaliste Claude Poirier appuie, lui aussi, le mouvement citoyen.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En 2002, la Cour Suprême a accepté de se pencher sur le dossier. Un an plus tard, elle décrétait un arrêt des procédures dans le cas de Duguay et un nouveau procès dans le cas de Taillefer.

Ce deuxième procès n'a pas eu lieu, puisque la Couronne soutenait ne plus avoir de preuves susceptibles de convaincre un juge hors de tout doute raisonnable.

Plus récemment, c'est la série documentaire Meurtriers sur mesure, basée sur le livre du même nom du criminologue Jean Claude Bernheim, qui mettra au jour ces éléments troublants.

Voici pourquoi, selon lui, une enquête publique est la seule façon possible de connaître la vérité. C'est pour permettre à la famille de Sandra Gaudet, éventuellement, de savoir qui est l'auteur du meurtre de leur fille. Deuxièmement, c'est pour rendre justice à Billy Taillefer et Hugues Duguay. Et troisièmement, c'est pour que la population puisse avoir l'occasion de voir quels sont les mécanismes en jeu dans le fonctionnement du système criminel, dit-il.

Jean-Maurice Matte.

Le maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte, faisait partie des gens présents à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Ils ont souhaité tenir la conférence de presse à Montréal pour que l'histoire sorte de la région de l'Abitibi-Témiscamingue et soit connue de tout le Québec, en vue de faire pression sur le gouvernement afin qu'il accepte de déclencher une enquête publique.

Par ailleurs, Hugues Duguay et Billy Taillefer poursuivent la Municipalité de Val-d'Or et le procureur général pour un total de 40 millions de dollars. Le procès civil aura lieu à l'automne 2020.

Une marche en mémoire de Sandra Gaudet est prévue samedi à Val-d'Or.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Justice